APRES LE MEURTRE D’UN JEUNE MALIEN DE 3 ANS : Les Maliens de Guinée équatoriale ont peur pour leur vie

0

Après le meurtre d’un Malien de trois ans, la communauté malienne en Guinée équatoriale s’inquiète et en appelle à l’intervention des autorités maliennes.

Grâce aux revenus pétroliers, la Guinée équatoriale est devenue un eldorado économique en Afrique particulièrement dans la sous-région d’Afrique centrale. Elle demeure la destination privilégiée des immigrés ouest-africains qui ne sont pourtant pas toujours les bienvenus. Une famille malienne originaire de Douentza dans la région de Mopti a vécu un drame avec l’assassinat de son enfant âgé de trois ans.

Boucari Cissé d’Ibrahima et d’Adama Traoré habitait avec ses parents à « Commadanthina », un quartier de Bata, capitale politique de Guinée équatoriale. Cet enfant de trois ans est porté disparu le 10 octobre 2006. Après des nuits d’intenses recherches, les soupçons se sont portés sur une vieille femme chez qui Boucari a été aperçu pour la dernière fois en compagnie de ses petits-fils.

Les témoignages d’un boutiquier sénégalais et des petits-fils qui ont confirmé que Boucari a passé la nuit dans leur chambre ont conduit à l’arrestation par la police de la vieille femme comme suspecte principale. Des interrogatoires finirent par faire avouer à la dame son forfait.

Le 12 octobre la police équato-guinéenne a découvert le corps sans vie du jeune Boucari enfoui dans la fosse septique d’une concession voisine. Son père Ibrahim a été appelé pour constater le décès. L’autopsie d’un médecin légiste révélera quatre perforations à la nuque. Pour l’instant, les mobiles du crime ne sont pas connus.

Nous demandons une fois de plus aux autorités maliennes de tout mettre en œuvre pour que ce crime crapuleux ne soit pas étouffé. Nous ressortissants maliens en Guinée équatoriale, nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Nous sommes à la merci des autorités et populations équato-guinéennes.

Hier c’était une décision arbitraire d’expulsion de tous les étrangers vivant dans ce pays. Tous les pays se sont mobilisés pour protéger leurs ressortissants sauf le nôtre. Aujourd’hui, c’est l’assassinat programmé de nos enfants. Où est parti le ministère des Maliens de l’extérieur et de l’Intégration africaine ?

Abdoulaye Diarra

(correspondance particulière)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER