MENDICITE DEGUISEE : « Entrave à la liberté de travail »

0

MENDICITE DEGUISEE : « Entrave à la liberté de travail »

rn

Passer dire bonjour à un parent ou un ami est une valeur sociale. Mais, le phénomène a pris une autre allure ces dernières années. Aujourd’hui, à côté du bonjour traditionnel, il existe ce que l’on peut appeler le « bonjour politique ».

rn

En raison de la conjoncture, les gens préfèrent se promener pour, dit-on, « aller tenter leur chance ». Mais en réalité, certains font le porte-à-porte à la recherche du quotidien sous prétexte d’une visite de courtoisie.

rn

En général, ils se tirent d’affaire avec un ticket d’essence ou un billet de banque que leur glisse la personne visitée. A défaut, elle prend une promesse consistant à dire au visiteur de repasser tel ou tel jour.

rn

D’autres, pour échapper à ces indésirables, ont trouvé la bonne formule. Ils affichent à l’entrée de leur bureau ou au secrétariat une note dont le libellé est le suivant : « Rien n’ennuie davantage ceux qui travaillent que la présence de ceux qui ne font rien ». Ce message n’est autre qu’un avis à l’attention du visiteur indésirable. Cependant, il ne produit d’effet que pour quelqu’un qui sait lire et comprendre les choses.

rn

De l’avis de certaines personnes, la mendicité déguisée est favorisée par les personnes visitées qui, à leur avis, devraient leur tenir le langage de la vérité en disant par exemple que le service est un lieu de travail où la visite à tout bout de champ n’est pas forcément une bonne chose.

rn

En tout état de cause, la mendicité déguisée n’est pas une infraction à la loi pénale. Selon Me Boubacar Soumaré, avocat à la Cour, elle constitue tout simplement « une entrave à la liberté de travail ».

rn

Mohamed Daou

rn

 

rn

Commentaires via Facebook :

PARTAGER