SYNACODEM : Les bons points du président Cheick Oumar Sacko

0

Le tout-puissant patron  du Syndicat national des commerçants détaillants du Mali «(Synacodem) a de quoi se réjouir. En effet après seize ans  de combats acharnés pour acquérir une certaine légitimité parmi ses pairs et surtout  remporter les batailles de la légalité tant auprès  des instances consulaires que des autorités étatiques, le président Sacko a pu s’imposer comme le seul interlocuteur  crédible des commerçants détaillants du Mali.

Avec ses compagnons de lutte qui contrôlent toutes les places fortes des différents marchés de Bamako  et de ceux des autres régions, le Synacodem a su engranger  des résultats positifs qui ne laissent aucun observateur indifférent.

Aujourd’hui, aucune décision  importante ne se prend à l’insu de ce qu’on appelait le secteur informel ou plus précisément  ‘’Bana-bana’’. Leur contribution  dans l’économie  nationale n’est plus à démontrer. Certains d’entre eux sont parvenus  en effet à franchir le pas pour se retrouver de l’autre côté du mur c’est-à-dire dans le secteur formel.

L’Etat ayant bien compris le sens de la démarche des membres  du Synacodem            a décidé de les accompagner à les réorganiser pour en faire une force de proposition concrète. Tels sont quelques acquis engrangés par le président Cheick Oumar  Sacko en seize ans  de lutte.

Que de chemins parcourus ! En effet, aujourd’hui,  tout le monde  reconnait le leadership du président du Synacodem. A cause de sa personnalité,  son charisme et  son sérieux, les chargés d’affaires des ambassades de Chine, des pays de l’Asie du Sud-est, de la Turquie  et autres pays partenaires du Mali ne résistent plus aux actions et la vision de Cheick Oumar Sacko. Toutes choses qui permettent aux commerçants maliens de vaquer allègrement à leurs affaires dans lesdits pays.

Les mérites du président  Cheick Oumar Sacko

Son principal atout, c’est  d’avoir osé au moment où le Groupement des commerçants détaillants du Mali dirigé en son temps par feu le président  Hama Abba Cissé régnait sans partage  dans tous les marchés. Le président Sacko et certains de ses amis  ont daigné  se lever   pour proposer une autre alternative.

Que  la bataille a été rude ! Une véritable guerre des tranchées qui a fait tomber une à une toutes les places fortes.

Les nouveaux  venus dont certains  râlent aujourd’hui  ont été  coptés. De simples commerçants détaillants, certains se sont vus confier des postes de responsabilité.  Le président Sacko qui a été le catalyseur de tout ce changement  a été porté à la tête  de la délégation régionale de la Chambre de commerce et d’industrie de Bamako. Certains d’entre eux qui président dans les régions  ont aussi bénéficié  des mêmes avantages. D’autres  ont été désignés comme membres  de l’Assemblée consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie de Bamako.

Aucune mission consulaire  tant à l’intérieur qu’à l’extérieur ne se fait plus sans  la participation  des commerçants détaillants.

Les Synacodem à la croise des chemins

Le petit syndicat qui est né  il y a seize ans a aujourd’hui grandi. Certains de ses géniteurs veulent aujourd’hui la place du Calife. Mais est-ce la peine de vilipender le chef historique et charismatique à travers  la presse ?

Toute cette agitation  en cours est orchestrée à dessein pour préparer les assises  de décembre prochain. C’est ainsi que des associations et groupements sont créés tous les jours. Une  division qui ne profitera guère aux commerçants détaillants.  Les détracteurs  du président Cheick Oumar Sacko doivent donc se ressaisir rapidement dans l’intérêt  de tout le secteur informel.

Birama FALL

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here