Zeidane Ag Sidilamine réagit : ″Les déclarations et interventions du Pr Ali Nouhoum Diallo sont parfois passionnées mais jamais cyniques ou racistes″

1

L’ancien Président français Monsieur François MITTERRAND parlant du suicide de son Premier ministre démissionnaire Monsieur Pierre BÉRÉGOVOY a eu cette éloquente et magique formule :

« Son honneur a été jeté en pâture aux chiens de la République » pointant d’un doigt accusateur les journalistes et les médias de  l’Hexagone.

J’ai rencontré le Professeur Ali Nouhoum DIALLO dans le sillage de la signature du Pacte National le 11 avril 1992 à Bamako puis à son domicile au Point G en lui rendant une visite de courtoisie pour saluer son épouse,  une sœur aînée de la famille Arma de Gao.

Le Professeur Ali Nouhoum DIALLO m’a frappé par son humilité, son projet de société basé sur la justice sociale , le travail et l’équité.

Élu Président de l’Assemblée Nationale du Mali , nos relations humaines ont migré de la sphère privée à la sphère institutionnelle et publique en ma qualité de Coordinateur des Mouvements et Fronts Unifiés de l’Azawad (MFUA) du 11 avril au 30 novembre 1992.

C’est à ce titre que le Président de l’Assemblée Nationale du Mali, le Professeur Ali Nouhoum DIALLO à la tête d’une forte délégation du Parlement malien élargie au Commissariat au Nord et à des médias nationaux s’est rendu à TAWARDÉ (Région de Gao) où se tenait la Rencontre des MFUA du 16 au 30 novembre 1992 autour de l’application du Pacte National les parties signataires à savoir le Gouvernement et la Coordination des MFUA sous l’égide de la médiation algérienne.

De retour de TAWARDÉ, le Président de l’Assemblée Nationale a rencontré en ma présence les Autorités régionales et les populations à Gao et à Mopti puis au Siège de l’Assemblée Nationale pour le compte rendu de sa mission.

Le Président de l’Assemblée Nationale du Mali , le Professeur Ali Nouhoum DIALLO est l’un des Dirigeants politiques maliens qui a su déchiffrer très tôt les attentes et les revendications des MFUA autour de la diversité du peuple malien dans l’unité nationale et  l’intégrité du territoire.

Le Professeur Ali Nouhoum DIALLO a favorisé le dialogue politique et social autour de la mise en œuvre du Pacte National en recevant en son Bureau les différents segments de la société malienne, les acteurs , les décideurs ,  les partenaires au développement et les Ambassadeurs accrédités au Mali à travers son initiative de “diplomatie parlementaire”qui lui a valu d’être au Parlement européen en audition sur la question Touareg en décembre 1994.

Le Parlement malien sous le leadership du Professeur Ali Nouhoum DIALLO a contribué à l’apaisement du climat social en prêchant la réconciliation à Gao (différend FIAA- FPLA en 1993 marqué par l’assassinat de BOYDA par des combattants hostiles au Pacte National , Conflit ARLA- MPA en 1994 avec l’assassinat de Bilal SALOUM, tueries des civils sans défense par l’Armée malienne , massacre des civils Arabo-Touareg par des groupes et milices Songhoy , conflits fonciers ou pastoraux entre éleveurs et agriculteurs dans le Sahel occidental , le Mema , le Macina , le Seno , le Gourma, le Zgaret à Tedjarert de Menaka , l’Azawagh.)

Dans les périodes violentes de 1994 au Mali, le Professeur Ali Nouhoum DIALLO faisait le tour de certaines familles Arabo-Touareg vivant à Bamako pour les rassurer face à d’éventuels pillages de leurs domiciles sous forme de représailles de la part des forces hostiles au processus de paix.

Les discours, déclarations et interviews du Professeur Ali Nouhoum DIALLO sont parfois passionnés mais jamais cyniques ou racistes.

J’ai partagé avec le Professeur Ali Nouhoum DIALLO des situations douloureuses du Parlement malien à celui de la CEDEAO à ABUJA en 2000 mais jamais la trahison de notre idéal :  Construire un Mali pluriel dans la paix, la démocratie et le progrès.

Comme tous les Peulhs à travers la Planète, le Professeur Ali Nouhoum DIALLO se considère comme un lien génétique, racial, culturel, religieux et territorial entre les populations noires et blanches du Mali , de l’Afrique et du Monde.

Le penseur et écrivain malien Amadou Hampaté BAH a dit avec lucidité :

<< Le Peulh est blanc parmi les Noirs et noir parmi les Blancs .>>

Communautariser ALI c’est l’injurier !

ZEIDAN AG SIDALAMINE

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Dans l’extrait suivant, comme on dit que la “répétition est pédagogique”, je réchauffe le tô chiran pour mon cousin ZEIDAN AG SIDALAMINE pour le faire mentir sur son assertion “Communautariser ALI c’est l’injurier !”; lisez voir et comprendre que les hommes politiques changent à travers les circonstances et le Prof AND, qui n’était pas grabataire dans les années 90 au cours desquelles le brave rebelle Zaïdan le fréquentait, est en ce moment comme du “lait tourné-aigre” des peulhettes de son Haïré natal, du côté de Douentza.

    Dixit Pr Ali Nouhoum Diallo qui s’adresse au Gouvernement du Mali de IBK, son « camarade politique » : «Si vous continuez à stigmatiser les peulhs…ils risqueront un jour de se dresser, rien que pour se faire respecter …» Par Oumar Diakité ; Le Combat du 10 Mai 2018. Extraits.

    « Le nombre des Réfugiés peulhs à Dialakorobougou venant du Cercle de Koro s’augmente. Hier, 15 nouveaux cas de déplacés ont été enregistrés à Bamako dont 6 femmes, 7 enfants et 2 hommes. Au total, 96 personnes quand on tient compte des 81 personnes du premier groupe. Pourtant, l’ex-président de l’Assemblée Nationale du Mali, Pr Ali Nouhoum Diallo, en marge de la conférence de presse de l’Association Tabital Pulaaku, alerte l’opinion nationale qu’il risque d’avoir une révolte des peulhs partout dans le pays si le gouvernement continue à ignorer les exactions en cours…..
    « De l’avis du Doyen Prof Ali N. Diallo, les peulhs ne réclament aucune terre particulièrement ; mais, ils estiment qu’ils sont partout chez eux. Toutefois, un autre traitement leur est infligé. Ce qui amène Pr Ali Nouhoum Diallo a alerté : «Je sens la révolte qui grogne et nous autres qui sommes en train de calmer, de dire aux gens non, non, que c’est des erreurs simplement d’aiguillage…nous risquons d’être débordés».
    « Sans mâcher ses mots, ni langue de bois, Pr Ali Nouhoum Diallo met en cause la volonté du Président de la République du Mali ainsi que son Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga. «Notre sentiment c’est que le Président Ibrahim Boubacar Kéïta, le Premier Ministre Soumeylou Boubèye Maïga sont fortement interpelés. Dans les jours à venir, s’ils n’arrêtent pas les massacres, les peulhs finiront par comprendre que c’est eux qui sont derrière». Fin des extraits.

    Des commentaires significatifs qui reflètent mon opinion :
    1) Anonyme : « Les Peulhs n’ont d’autre choix de demander aux gens de se calmer, … Ce sont les Peulhs qui sont en conflit avec les Touaregs, avec les Sonrhais, avec les Bambaras, avec les Dogons, … avec, avec, … au Mali et dans les autres pays (Cameroun, Tchad, Niger, BF, CI, Guinee, Niger, Senegal, Centrafrique, …). IL FAUT PLUTOT CRAINDRE DE NOS JOURS ”UN SOULEVEMENT GENERAL” CONTRE LES PEULHS DANS LA SOUS REGION, CE QUI SERA REGRETABLE.IL NE PAS CHERCHER A INTIMIDER QUI QUE SE SOIT, …..ATTENTION, ATTENTION, ATTENTION ET 1000 FOIS ATTENTION, SINON, ….”GENOCIDE REEL”.

    2) Anonyme : « Merci M.Diallo pour ton éclairage partial. Je dis haut et fort que ce nommé Ali N Diallo est le premier djihadiste que l’armée doit à tout prix combattre. Un monsieur égoïste, partial, haineux j’en passe. Comment ce monsieur parle des déplacés peulhs sans parler des villages dogons pillés et abandonnés au profit des djihadistes. Il n’aime pas la vérité et cela est regrettable. Monsieur Diallo il faut se renseigner avant de venir nous divertir. Les colonnes de djihadistes toujours à moto sont visibles dans cette zone et ils attaquent au village qu’ils veulent. M. Diallo, as-tu levé ton petit doigt quand les djihadistes attaquaient les villages de Douna, Âme, Dangantene, Bono, Sabere, Kara, Inrenvin,pour ne citer que ceci. Renseigne toi auprès de tes djihadistes comme tu es leur porte-parole, si les dogons ont l’habitude d’attaquer à un village peuhl. Ils sont toujours les premiers à attaquer et après ils crient au sapeur-pompier. La vérité est toute autre, viens ici au pays dogon tu sauras que tout ce qu’on t’a raconté ne sont des balivernes. Peulhs et dogons sont complémentaires, et toi en tant qu’une figure respectée et respectable il serait mieux pour toi de faire un appel à d’unisson qu’au lieu d’avancer des paroles de haine pour l’autre ethnie. Mets-toi en tête qu’au Mali il n’y a pas d’ethnie supérieure. »

    3) Shérif : « Mr le Pr A N Diallo! Savez-vous que vous êtes la honte de la SANTÉ au Mali. Président de l’assemblée, nous avions pensé que l’amélioration du système de santé allait voir le jour. “GRAND PROFESSEUR “, vous n’avez rien fait même à ton village, si ce n’est que diviser la population. Les cadres honnêtes PEUHLS savent déjà vos calculs. Regardez derrière vous, mal propre, en 1950 vous n’aviez même pas à manger; vous avez pourris le SYNDICAT de la Santé. A votre âge vous devriez être rassembleur des différentes communautés de ce pays qui vous a tout donné Vous faites vraiment HONTE! Merci d’y réfléchir! »

    4) Djen ! « Avec tout le respect que je vous dois professeur, il faut vous calmer. Tout ce qui se passe dans les coulisses sous tes aiguillages (selon ton propre mot) au sein de la communauté peulh dans le sens de créer du désordre au Mali est connu. Taisez-vous, vous avez intérêt à calmer les choses. J’ai entendu de votre propre bouche lors d’un colloque à Bamako qu’actuellement vous ne cherchez plus de postes, que vous n’en avez pas besoin. Cela justifie votre vouloir à ne pas vous souciez de notre cher Mali. »

    5) KS : «il appartient aussi à cet ethnie de faire le ménage dans ses rangs afin de préserver son image et d’éviter les amalgames chez les autres ethnies ! On ne peut pas avoir AMADOU KOUFFA supplétif de LYAD dans ses rangs et ne pas subir une telle situation !Comment une ethnie qui fait partie des dernières à être islamisées dans ce pays peut être jouer son islam de façon aussi ZELEE! »

    6) Anonyme : « Personne n’est contre les peulhs, ce sont des idées du genre de celle évoquée par Aly Nouhoum qui mettent de la poudre au feu. Certes, au Mali, on sait qui est qui et qui fait brouter impunément les champs des pauvres paysans en toute impunité. Malgré tout la cohabitation peulh et sédentaire a toujours été au beau fixe depuis des millénaires, quand un intellectuel se disant éclaire parle de la sorte le petit ignorant y voit une voie ouverte pour faire ce qu’il veut au nom de la l’identité ethnique. Évitons d’entrer dans ce jeu. »
    Sincèrement

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here