Nos expatriés : Coups de baguette magique pour Hamchetou Maiga-Ba

0

Jugez-en à travers ces quelques extraits d”articles de presse locale :

Basket-ball : Sans Maiga-Ba, Mondeville bat de l”aile Ligue féminine.

Battu 89-79 à Clermont, Mondeville a perdu le bénéfice de son succès montpelliérain. La vie sans Maiga-Ba ne s”annonce pas facile. Retrouvez notre dossier spécial sur la saison des féminines de Mondeville Basket ! Hamchetou Maiga-Ba est une grande joueuse. C”est évident quand elle est sur les parquets, ça l”est aussi quand elle est absente. Hier, l”abattage de l”ailière mondevillaise a fait défaut dans un domaine que les stats ne comptent pas, mais qui pèse tant sur le match. La défense. En encaissant 89 points, 51 à la mi-temps, « Mondeville était une proie facile », regrette l”entraîneur Hervé Coudray. Clermont, le 9e du championnat, a donc pris sa revanche sur le match aller, ces 40 points encaissés à Paris.

Emmenées par une grande Salagnac, les Auvergnates ont dicté leur rythme, joué ce basket large qu”elles aiment et quasiment tout rentré (58 % à 2 points, 55 % à 3, 94 aux lancers). Mondeville n”aura fait qu”un passage dans le top 4, où Bourges a également chuté chez le promu arrageois. « D”autres feront peut-être des faux pas, espère Hervé Coudray. En attendant, il faut se serrer les coudes, et multiplier les exploits. Nous n”avions pas si mal tenu le choc que cela sans Hamchetou à Cracovie. »

Vers une 2e pigiste Car l”Usom devra se passer un mois au moins de sa polyvalente malienne. Le revers auvergnat indique que rien ne sera facile, pas même les matches contre Saint-Amand ou Mourenx, et surtout pas la prochaine journée, dimanche, si importante contre Villeneuve-d”Ascq. « Certaines devront endosser plus de responsabilités, avance le coach, marri de voir les siennes ne shooter que 9 lancers. Elever leur niveau de jeu. Silvia Janostinova a pris 8 rebonds samedi, c”est sans doute son record de la saison, mais tout le monde devra apporter encore davantage. »


L”Equipe féminine de Baskettball de
Mondeville (France)

En ce début d”année si chargé, le mot d”ordre sera donc défense, et solidarité. Car la perspective d”un nouveau joker médical pour compenser l”absence de Maiga-Ba est lointaine. Même si le staff normand planche sur cette hypothèse. L”équipe doit d”abord mieux intégrer Ferdinand, discrète samedi « après un début de match correct », dixit Coudray. « Elle se cherche un peu, et nous la cherchons aussi. Il faut du temps. » Ensuite, les pistes sont plus rares sur ce poste : « On ne m”a encore proposé personne, indique le Breton. Nous savons aussi que notre budget est plus limité maintenant. »

Avant de retrouver les réalités du championnat, l”Usom effectuera une belle parenthèse européenne mercredi, contre Vilnius. Sans pression, ni grandes possibilités de changer son statut en Euroligue, ou le niveau de son adversaire en 8e de finale. Les priorités sont ailleurs, et faute de pouvoir jouer un 3e match cette saison au complet (!), Mondeville n”aura guère de chances d”y briller. Reste à se maintenir en bon rang en championnat, en attendant des jours meilleurs.

Dominique FAURIE. Ouest-France


Basketball : Maïga-Ba va enfin soulager Mondeville Ligue féminine.

Mondeville – Tarbes (dimanche, 16 h). La Malienne fait son retour, après deux mois d”absence pour blessure. « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». A Mondeville, on a disposé de trois mois pour travailler sur la citation de Lamartine. Pas le genre de maxime qu”Hervé Coudray aime à afficher sur le planning hebdomadaire de ses joueuses. Certes l”Usom n”a pas pleuré un amour, mais sa plus belle recrue de l”été dernier.

Monarchs, Sacramento, USALa Malienne Hamchetou Maïga-Ba, absente depuis le 3 janvier pour une rupture de l”aponévrose plantaire. Un bail. En plein boom championnat, dans une période clé de l”Euroligue. Le manque a été énorme dans un effectif pas spécialement étoffé. « On a eu d”autres blessures qu”on a réussi à compenser, pas la sienne, admet Hervé Coudray. C”est la pièce importante de l”équipe, capable de jouer sur un poste intérieur ou extérieur. Une rebondeuse, une joueuse de fixation avec une grosse qualité défensive, elle a souvent colmaté les brèches, en plus c”est un leader, quelqu”un de rassembleur dans le groupe ».

La native de Bamako, à bientôt 29 ans, n”avait jamais connu de grosse blessure dans sa carrière, n”avait pas imaginé, après le match à Montpellier être condamnée si longtemps à l”arrêt. « J”ai senti un coup de poignard, je ne savais pas ce que c”était, Hervé (Coudray), lui, a compris de suite ». L”internationale malienne dit avoir « appris sur moi pendant cette période. Appris sur l”équipe aussi, quand on ne joue pas, on voit le match différemment, cela me permettra peut-être de mieux comprendre ce que veulent les autres sur le terrain ».

Dimanche contre Tarbes, Maiga-Ba ne cassera sans doute pas la baraque, devra patienter pour retrouver son niveau, mais elle voit le bout du tunnel. Et l”Usom aussi peut-être. Coudray a apprécié mercredi soir en amical contre l”équipe masculine du club, « son état d”esprit, son travail de fixation ». «Les play-off : une autre compétition» La polyvalente joueuse d”1m83 espère, elle, passer outre l”appréhension pour aider le collectif, méfiante. « On avait perdu à l”aller (NDLR, 89-88), alors qu”on aurait dû l”emporter, Tarbes est une équipe équilibrée, mais on n”a pas le choix, il reste cinq matchs en phase régulière, on doit tous les gagner pour espérer nous qualifier pour le Tournoi de la Fédération ».

Maïga-Ba n”a pas évacué toute ambition en championnat : « les play-off, c”est une autre compétition qui débute, on a eu beaucoup de blessures dans le groupe jusqu”ici, mais on a une belle équipe ». La Malienne veut évacuer ses frustrations, finir la saison en trombe, avant une nouvelle pige aux Etats-Unis, en WNBA. A Sacramento ou ailleurs, « Le choix n”est pas encore défini. Le camp commence le 25 avril ». Le jour de ses 29 ans. La perle africaine sera t-elle à l”Usom l”an prochain ? Elle ne manquera en tout cas pas de propositions. La décision d”Hervé Coudray de prolonger ou non au club influera peut-être sur son choix, une qualification normande pour la prochaine Euroligue sûrement.

David GUÉZENNEC. Ouest-France



Maïga-Ba arrive, Mondeville redémarre Ligue féminine. Mondeville – Tarbes 82-63. P

ointées à quinze longueurs à la 8e minute, les Normandes ont redressé une situation bien compromise. Le retour de Maïga-Ba, après deux mois d”absence, a tiré l”équipe vers le haut hier. Il arrive qu”une joueuse gagne un match à elle seule. Hier, Hamchetou Maïga-Ba n”en était pas tout à fait là, mais pas loin.

Au-delà de son statut de meilleure marqueuse du match (18 points en 28 minutes), bien au delà, elle a changé le visage d”un Mondeville – Tarbes bigrement mal embarqué. Rassuré une formation qui doutait après cinq défaites. Le tout deux mois et un jour après son dernier match. « Ce qu”elle a apporté ? On passe de moins 14 à plus 20, sourit son coach. Il n”y a pas qu”elle, mais… » « Les filles m”ont bien aidée, évacue l”ailière à tout faire. Peut-être que moi aussi je les ai soulagées. » En lançant sa capitaine sur le terrain après la 5e minute, Hervé Coudray n”avait plus guère de saints auxquels se vouer, si ce n”est le temps restant à jouer.

Mondeville s”était mis dans de drôles de draps. La défense n”avait de défense que le nom. Walker se gavait offensivement, et une 3e faute s”abattait sur Kublina, alors auteur d”autant de paniers (7e). De 8-11, le score s”était ainsi affolé. Maïga-Ba mettait alors un terme à un 0-9, mais le mal était profond : en 8 minutes, Mondeville avait encaissé 25 points, n”en rendant que 10. L”apport du banc, Jannault et Tanqueray comprises, avait toutefois permis de limiter la casse au 1er pointage (17-27). La Malienne semblait posséder une baguette magique. Quelques coups pour elle, d”autres pour ses coéquipières… Quasi pathétique durant le 1er quart, Janostinova signait un 5 sur 5 au tir. En trois minutes, Tarbes séchait sur un 10-0, et Mondeville revenait dans le match (27-29, 14e), à défaut d”en prendre les commandes. La course poursuite touchait toutefois à sa fin sur le buzzer de la mi-temps (36-36).

L”égalisation survenait sur un panier de Janostinova, créditée de 14 points dans ce 2e quart. Période durant laquelle Tarbes avait scoré trois fois moins que durant l”acte initial. Aubert au diapason Cela va toujours mieux en défendant. « Nous leur avons enfin rendu les tirs difficiles, lâche Coudray. Nous avons mis plus de détermination dans ce que nous voulions faire, et comme par hasard notre défense nous a permis de retrouver du rythme offensivement. » Qui croyez-vous qui portât l”Usom en tête ? Maiga-Ba ? Gagné, sur un panier sous le cercle (40-38e). Les Calvadosiennes, sans être royales, étaient opiniâtres, plutôt justes dans leurs choix d”attaque.

Enfin dures derrière, pour contrer des Bigourdanes emmenées par Yacoubou à l”intérieur. La méthode payait sur un 7-0 amenant les locales à +6, avec une bonne séquence (52-46, 27e). A la 30e minute, on ne reconnaissait plus le TGB, distancé à 60-48. Aubert et Maïga-Ba avaient signé 14 des 16 derniers points mondevillais. Les Normandes avaient retrouvé une équipe, l”envie de plonger sur les ballons, de batailler. Tarbes piochait à trois points, et n”avançait guère (69-56, 35e). Le coup était fatal, et le renoncement manifeste.

« Cela fait longtemps que nous n”avons pas livré 30 minutes comme cela, estime Coudray. Mais je ne crois pas que nous gagnerons beaucoup d”autres matches en jouant pareillement pendant les 10 premières minutes. » A quatre journées de la fin, Mondeville ne doit pourtant commettre aucun faux-pas pour entrer dans le top 4. Ce sera plus facile avec Maïga-Ba que sans elle…

Dominique FAURIE.  Ouest-France.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER