Mobilisation du monde entier autour du Mali : La baraka d’un Président intérimaire

17 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Professeur de mathématiques, fin politicien, Dioncounda Traoré, car c’est de lui qu’il s’agit, est un homme qui a de la baraka. Après avoir échappé à un assassinat qui n’a en rien entamé la détermination de ses adversaires à le destituer, il a réussi à faire une quasi unanimité autour de lui, après avoir mobilisé le monde tout entier pour la résolution de la crise que le pays traverse.

 

Le président malien par intérim Dioncounda Traoré, le 11 janvier 2013 à Bamako
© AFP

Militant syndical et politique au sein des associations qui ont combattu le régime du Général Moussa Traoré, Adéma association, Dioncounda Traoré a surmonté beaucoup d’épreuves. Après un long combat politique pour l’avènement de la démocratie et après avoir gravi allègrement tous les échelons de son parti, l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adema-Pasj), le Professeur Dioncounda Traoré avait décidé de prendre place dans le starting-block pour la succession du Président Amadou Toumani Touré. Il  était l’un des quatre favoris du scrutin  du 29 avril 2012.  Suite au coup de force qui a interrompu le processus démocratique de son pays, la baraka lui a toujours souri car il est devenu Président de la république, même si c’est pour un intérim qui le fera renoncer à son ambition présidentielle pour sauver le Mali.

Rappelons qu’avant les évènements de 2012, Dioncounda a survécu à plusieurs tentatives de marginalisation, aussi bien au  plan politique que social au Mali.  D’autres ont même souhaité sa mort, y compris ceux qui se font passer pour ses amis. En effet, son cercueil  préfabriqué porté en l’air par une foule de manifestants qui ont ensuite envahi le palais de Koulouba, pour l’agresser et le laisser pour mort, le 21 mai 2012, il a vu passer l’ange de la mort sans pour autant trépasser. Ce qu’il faut remarquer dans cette histoire: personne  n’aurait passé un simple coup de téléphone pour lui faire savoir ce qui se tramait en direction de ses bureaux de Koulouba le jour de la tentative de son assassinat. Aussitôt après cet acte ignoble, l’annonce de sa mort s’était répandue à travers le Mali comme une traînée de poudre.

Mais bref, Dioncounda a ressuscité dans les hôpitaux français où il a passé sa convalescence. Le 27 juillet 2012, il a signé son retour au Mali et s’est immédiatement mis au service du pays. Contre toute attente, il a déclaré avoir pardonné à tout le monde, y compris ses agresseurs, parce que pour lui «Le Mali est au-dessus de sa personne ».  Si cette leçon de patriotisme n’a pas été bien assimilée par ses détracteurs qui étaient aveuglés par une chose: le chasser du pouvoir pour le remplacer ou le faire remplacer par leur choix.

Rappelons que ce n’était pas la première fois qu’on annonçait la mort de Dioncounda. Il y a quelques années, c’est-à-dire en  2005, alors qu’il avait piqué une crise cardiaque qui l’avait obligé à se rendre en France pour se soigner, on l’avait déclaré mort. Des responsables politiques – et pas des moindres – avaient rédigé et signé des avis de décès et présenté leurs condoléances à la famille de Dioncounda. Ce fut d’ailleurs le cas du président du Rassemblement pour le Mali (Rpm), Ibrahim Boubacar Kéïta. Heureusement que les dirigeants de l’Ortm avaient fait preuve de vigilence pour vérifier cette information avant de la diffuser.

Sur le plan social, un prêcheur tristement célèbre du nom de Bandiougou Doumbia avait tenté de ternir l’image du sauveur du Mali, le Président Traoré, en le traitant de tous les noms d’oiseau. Mais sans succès.

Sur le plan politique, dans son propre parti, l’Adéma, Dioncounda a fait face à de nombreux soubresauts. Mais telle une carapace impénétrable, la baraka lui a permis de survivre à tous ces assauts et de diriger cette formation et l’Assemblée nationale, avant de devenir le président de la République par intérim.

Récemment encore, pendant que ces «fous» de Bamako s’agitaient et mettaient tout en œuvre pour déposer le Président Dioncounda au détour de concertations nationales piégées au départ. Menaçant même d’instaurer le chaos si ce même Dioncounda tardait à scier la branche sur laquelle il est assis, c’est-à-dire convoquer lesdites concertations, le président de la République par intérim crée la surprise en mobilisant le monde entier pour la résolution de la crise du Nord qui ébranle notre pays. Impressionnés par le pouvoir et la bénédiction du Président Traoré, excepté Oumar Mariko qui devrait faire un tour chez le psychiatre, tous les opposants ont changé de ton en s’alignant derrière lui pour soutenir la contre-offensive de l’armée appuyée par les troupes françaises. Pour sûr, la victoire sur les ennemis obscurantistes du nord n’est pas pour longtemps et ce sera écrit à l’encre indélébile dans les annales de l’histoire. Ça, c’est de la baraka !

Oumar KONATE 

 

SOURCE:  du   17 jan 2013.    

17 Réactions à Mobilisation du monde entier autour du Mali : La baraka d’un Président intérimaire

  1. Bamakois libéré

    Ah Maliba! Quand un Konaté veut prendre la place des Kouyaté Diabaté! A ce rythme, les griots seront au chômage par la faute des journaleux!

  2. justicequity

    Dioncounda comme la junte les hommes politiques et les différents groupes armés sont tous pareils , chacun se bat pour ses intérêts ce Mr n’est président que depuis l’atterrissage des forces françaises, si ce Mr voulait se battre pour le Mali il n’aurait jamais du revenir au Mali après son lynchage sans être sous la protection de gens qui n’étaient pas sous les ordres de Sanogo et son gang, il est comme la plupart des maliens il s’est contenté de profiter des privilèges de sa fonction sans avoir les responsabilités qui vont avec, ce n’est certainement pas à cause lui que les français ont intervenu sinon les français auraient fait en sorte qu’il puisse pleinement exercé son pouvoir et non être le pantin de Sanogo, la chute de tout le Mali mettait en danger le monde entier et ce n’est que pour ça que la France a pris les choses en main.

  3. dibi

    On a mal à l’Afrique, au Mali en lisant certains messages. Ah les nègres couchés! Débilités par des dizaines d’années de régime néocolonial criminel et prédateur. Les Libyens aussi disaient, vive Sarkozy et merci la France, quand les barbouzes de l’Otan dézinguaient leur pays et assassinaient Kadhafi accusé de tous les maux. On a vu le même scénario avec certains Ivoiriens acquis au tandem criminel Ouattara-Soro. Rien que des esclaves célébrant sans dignité leurs maîtres dans un rituel à vomir! C’est dire que les Dioncounda et autres héritiers d’ATT se frottent les mains. Les Français pour leurs intérêts donneront les clés du pouvoir d’après massacres aux plus offrants dans la docilité à Bamako ou aux ethno-sécessionnistes Touaregs au Nord en plus de la charia comme c’est le cas aujourd’hui dans certains Etats du Nord Nigéria. Enfin nous sommes encore quelques uns à n’avoir pas oublié que ni l’Occident impérialiste, ni les prédateurs et satrapes nègres ne libèrent jamais les peuples.

  4. anti

    Il s’ est comporté en vrai homme d’ Etat.
    Honneur à lui!
    Honte à qui a oeuvré pour la déstabilisation du pays.