Suicide à Bamako – coura : Un jeune photographe se tranche le machin

    0

    Selon certaines indiscrétions, Diawoye Touré, environ 37 ans, aurait été poussé au suicide par de méchants génies.    

     

    L’émotion était à son comble le lundi dernier, 21 décembre vers 19 heures, dans le vieux quartier de Bamako – coura. Le corps sans vie de Diawoye Touré a été découvert dans sa chambre, gisant par terre dans une mare de sang. Sur le lit, son sexe sectionné. Non loin, le couteau qui a servi à accomplir cet  acte. Les éléments de la protection civile et du commissariat du 1er arrondissement ont été appelés au secours. Une foule de curieux prit d’assaut les alentours de la famille. On se perdait en conjectures sur les raisons qui ont pu pousser au suicide le défunt qui, apprend-on, est un célibataire âgé d’environ 37 ans. Ainsi pour certains, derrière le jeune homme qu’il était, se cachait un alcoolique voire un drogué. D’autres imputent son acte à la déception car il n’aurait pas supporté que son jeune frère ait pu avoir les moyens de se marier avant lui.

     

    Il aurait fait des confidences à un ami selon lesquelles, il n’arrivait pas à dormir depuis son retour de Wassoulou où il s’était rendu pour les besoins de son travail. Il aurait confié à ce dernier avoir couché avec la femme d’un grand chasseur lors de son voyage à Wassoulou et que, depuis, il n’arrêtait pas de faire des cauchemars. Des choses bizarres défilaient devant lui et l’empêchaient de fermer les yeux. La situation devenait de plus en plus insupportable. Ce qui a fait dire à d’autres que Diawoye a été poussé au suicide par les méchants esprits qui lui ont jeté un mauvais sort.

    On le soupçonne par ailleurs d’avoir avait prémédité son acte. Car, dans la matinée de ce lundi fatidique, il aurait demandé pardon presque tous les membres de la famille au point que certains se sont posé des questions sur son comportement. Personne n’avait imaginé qu’il allait se suicider. Il a été enterré le lendemain dans la plus grande discrétion.  

    Boy Siby

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER