APRES SA PRESIDENCE DE LA COMMISSION DE L’UA : Alpha se prépare à créer l’Université de l’Union Africaine

0

            En déclarant qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession à la présidence de la Commission de l’Union Africaine, Alpha Oumar Konaré a surpris ses compatriotes. Leur étonnement est si grand qu’ils se sont demandé si le panafricaniste n’abandonnait pas ainsi son projet de l’Union Africaine. Certainement non, car son départ précipité est une façon pour celui qui se dit “militant de l’intégration” de changer le fusil d’épaule.

            Puisque l’ancien président malien rentre à Bamako pour lancer l’Université de l’Union Africaine, dit-on.

            “Mon engagement restera africain et malien”, déclarait l’ancien président malien dans ses confidences d’outre pouvoir dans les colonnes de J-A/L’Intelligent n°2167 de juillet 2002. Promesse tenue, puisqu’Alpha Oumar Konaré, après Koulouba, a été élu président de la Commission de l’Union Africaine.

            Mais, son mandat en cours n’a pas été de tout repos. Konaré a toujours eu des prises de bec avec certains chefs d’Etat africains par rapport à certains dossiers brûlants sur le continent. C’est le cas des propos tenus par le Malien qui qualifiait la situation togolaise de coup d’Etat quand Faure Eyadéma succéda à son défunt père sans élections. Sa gestion du conflit du Darfour au Soudan n’est pas également appréciée.

            Donc, agacés par ses prises de position qui mettent sans nul doute les Chefs d’Etat qui sont présidents en exercice de l’UA, certains d’entre eux l’ont qualifié de “gueulard”. Et pour éclabousser l’ancien N°1 Malien, on, fera cas d’un scandale financier au niveau de l’organisation panafricaine. Alors, en décidant de ne pas briguer un second mandat à la présidence de la Commission de l’UA, Alpha met-il fin ainsi à son combat pour l’intégration africaine ?

            A cette question, on peut répondre par la négative. Aussi, n’avait-il pas dit, toujours dans les colonnes de l’hebdomadaire africain : Je suis un militant de l’intégration africaine et je ne sortirai pas de ce combat, parce que c’est celui de l’avenir. Je suis persuadé qu’il est impossible de régler de façon durable certains problèmes nationaux si on ne les inscrit pas dans un cadre régional ou continental. Le combat de l’intégration est un combat permanent?.

            En effet, de l’avis de Konaré, il y a mille façons de participer à l’avènement et à la consolidation de l’Union Africaine. On peut y concourir au sein d’un gouvernement ou d’une organisation non gouvernementale. C’est à ce titre qu’après un mandat à la présidence de la Commission de l’UA, Alpha Oumar Konaré revient au Mali. Ce retour à la maison n’est pas synonyme d’abandon d’un combat.

            Selon nos sources, Konaré se prépare à porter sur les fonts baptismaux une organisation pour la cause panafricaine. Il s’agit de créer une association pour les Etats-Unis d’Afrique. Cette association serait chargée d’oeuvrer pour la mise en place d’une université.

            Basée à Bamako, l’université qui devra en principe ouvrir ses portes le 1er octobre 2007, aura des ramifications dans tous les Etats africains. Ce changement dans la démarche est sans nul doute la preuve que le panafricaniste a compris que l’unité africaine ne sera jamais une réalité si on n’a pas de cadres bien formés.

            Dans tous les cas, le futur ancien président de la Commission de l’Union Africaine tient beaucoup à son projet. Puisque nos sources, nous rapportent qu’il aurait déjà bouclé la rédaction des statuts et règlement intérieur de l’association qui lancera les structures de la future université à vocation panafricaniste. Comme si cela ne suffisait pas, l’ancien Chef d’Etat malien est en train de prendre des contacts avec les présidents africains engagés pour la cause africaine. C’est ainsi qu’il a été reçu, samedi 16 décembre à Tripoli par Kaddafi. Si au centre des entretiens, il y avait les prépratifs du 8ème Sommet de l’UA prévu en janvier 2007 à Addis Abeba, Konaré a certainement échangé avec le Guide libyen sur le projet en gestation.

            On se rappelle que c’est avec le même Kaddafi qu’il était parvenu à concrétiser le projet de transformation de l’OUA en UA. Konaré est allé même en Libye lorsque ce pays était sans embargo. Accusé d’être parti dans ce pays plus d’une cinquantaine de fois, l’ancien Chef d’Etat malien répond que non seulement la Libye est un pays frère qui a beaucoup aidé le Mali dans le règlement de la crise au Nord (la rébellion touarègue), mais aussi et surtout nous partageons avec le colonel Kaddafi les mêmes idées sur l’intégration et la solidarité africaines.

            Peut-on dire qu’il y avait réellement rupture entre Konaré et le Guide libyen, comme le font croire certains commentaires ?

Oumar SIDIBE

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER