TRANSHUMANCE POLITIQUE A GOUNDAM : 16 membres d’une fraction quittent l’URD pour l’Adéma

0

          Pendant que les directions nationales de l’URD et de l’Adéma-Pasj tentent de se mettre d’accord à Bamako pour soutenir ATT en 2007, à la base, la chasse aux militants se poursuit. A preuve, “le secrétaire général du comité URD du groupe EDJEF II, Mohamed Ag Arachahi, informe tous les militantes et militants de la fraction de leur démission de l’URD pour l’Adéma-PASJ commune rurale de Douékiré”. C’est un communiqué radiodiffusé qui l’annonce.

            Pour ceux qui ne le savent pas, la commune rurale de Douékiré relève du cercle de Goundam dans la région de Tombouctou. Cette démission de l’URD à Douékiré est effective depuis le 20 août dernier, selon les termes du communiqué qui ne précise pas si tous les démissionnaires sont des élus communaux ou non. Mais il se contente  de donner la liste des démissionnaires considérés comme étant membres d’une fraction. Il s’agit de Agaly Ag BACRE, Galéwat Ag AWADE, Ahmédou Ag MOHAMED, Bacré Ag WANNA, Mohamed Ibrahim Ag IDIASSIMIK, Ahmed Ag ALJOU, Mossa Ag BACRE, Mohamed Mohamed Ag ERACHAHI, Houlèye Mohamed Ag ERACHAHI,  Aljoumat Ag MOSSA, Mossa Bacré WANNA, Idiassimik Ag AWAL, Alhousseiny Ag RHISSA, Aminatou Ag ABDOULAHI, Fadha Ag MAMY et Souleymane Ag IDIASSIMIK.

            Ces démissionnaires de l’URD et leurs camarades ont basculé dans les structures de l’Adéma de leur localité. Et c’est le président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara qui se frotte les mains. Puisqu’il est le secrétaire général de la section Adéma-Pasj de Goundam dont relève le comité et la sous-section de l’ancien parti au pouvoir. Il peut s’agir d’une bonne moisson au moment où les élections générales de 2007 pointent le nez quand on sait que dans les zones nomades, si le chef vire dans un autre parti, c’est toute la fraction qui le suit.

Oumar SIDIBE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER