Présidentielle 2007 : Soumeylou Boubèye est parti…

0

Fortement attendus par les protagonistes et les observateurs de la scène politique malienne, les Amis de Soumeylou Boubèye Maïga ont finalement pris date. Samedi, en effet, ils ont réussi une mobilisation enthousiaste et enviable au point d’arracher au parrain une manifestation moins ambiguë de ses ambitions présidentielles. La nouvelle donne clarifie les choses au sein de son parti, mais elle en rajoute aussi aux multiples inconnues de la grande équation de 2007.

«Je suis sensible à la nécessité d’aller aux élections… Je suis totalement engagé et disponible avec vous… ». Voilà la quintessence du message lancé par le 1er vice-président de l’Adéma-PASJ, en laissant tomber les rideaux d’un meeting qui a drainé monde au Centre International de Conférence de Bamako. Les  sympathisants du candidat à la candidature de la Ruche en 2002 ont peuplé les lieux en provenance des quatre coins de Bamako, de l’intérieur ainsi que de l’extérieur du Mali. Affluant visiblement de partout, la liesse pouvait même dégager un surplus mis en symbiose avec le gros des participants à l’aide d’écrans géants installés dans deux autres salles supplémentaires.  ‘SBM, espoir du Mali’, ‘Agir ensemble pour construire le Mali de demain’, etc. sont les slogans brandis, entre autres, pour accueillir le parrain, dont les effigies s’imposaient à travers les centaines de tee-shirts qu’arboraient les militants de l’ASMA. Entouré d’un impressionnant bouclier de vigiles, Soumeylou Boubèye Maïga fit son entrée en salle dans une ambiance fortement dominée par les cris et youyous de partisans davantage chauffés à blanc par une série de réquisitoires assez sévères contre le système politique actuel du pays.

Le premier émanait d’un fidèle jusqu’ici inconnu de SBM, en la personne de Tiéman Coulibaly. En procédant au lancement de ‘Convergence 2007’, la nouvelle alliance autour de l’ancien patron de la DGSE, le responsable UDD ne s’est point limité à faire l’apologie de l’ASMA, de ses nobles idéaux et autres largesses caritatives. Très en verve, M. Coulibaly n’a tari de diatribes à l’adresse d’une démocratie malienne qui offre à ses yeux un tableau désolant où l’incertitude le dispute à l’espoir, l’autocratie l’emporte sur le pluralisme, au détriment notamment des repères vertueux et d’un véritable débat d’idées. Le ton de l’adepte inconnu n’est guère moins déclaratif que l’adresse du parrain. Justifiant la naissance de ‘Convergence 2007’, Soumeylou Boubèye Maïga, pour qui la pauvreté des Maliens résiste aux efforts déployés pour le combattre, a invité ses fidèles à une cohésion autour des desseins collectifs. L’ASMA a été créée pour « soulager beaucoup de détresses » a-t-il expliqué, ajoutant qu’« une perte de confiance et de repères » justifie une aspiration progressive des masses au changement. Ainsi, à l’instar de son prédécesseur à la tribune, le 1er vice-président du PASJ milite également pour un changement dans les comportements et attitudes politiques. M. Maïga trouve, en clair, que «la flagornerie, la génuflexion, … l’opportunisme » sont des pratiques politiques affligeantes pour un peuple qui a tant donné pour la démocratie. Et d’ajouter que les tensions artificielles de la situation politique ne profitent qu’aux « maraudeurs de la politique » qui ne compétissent que pour mieux afficher leur identité.

De quoi plaire, en définitive, aux nombreux militants ADJ et RPM qui rivalisaient de solidarité, de témoignages d’estime et de sympathie avec les représentants des différentes délégations de l’Association au meeting. En effet, de Tombouctou à Kayes en passant par Kidal, Mopti et Ségou, les porte-voix des diverses structures régionales de l’ASMA se sont succédé pour scander leur soutien et leur loyauté sans failles à l’ancien ministre de la défense. Qui pour louer ses hauts faits, qui pour susciter sa candidature en lui promettant une victoire certaine dans sa contrée d’origine. Aux multiples appels de ses fans, Soumeylou Boubèye Maïga a répondu par une insistance sur les enjeux d’une candidature, avant de conforter l’assistance par un engagement à demeurer à leurs côtés.

Par ailleurs, les ambitions présidentielles du 1er vice-président du PASJ sont d’autant moins ambiguës qu’il a profité du premier conclave de ses amis pour offrir quelques esquisses des traits et caractéristiques sur lesquels reposeront l’image du seul candidat déclaré après Kida. L’auditoire eut droit, en effet, à un documentaire sur le parcours politique et professionnel de l’homme, depuis son audacieuse apparition devant Moussa Traoré jusqu’à une carrière ministérielle jalonnée de prouesses.

  1. Keïta

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER