Grottes de Missirikoro à Sikasso : Un site touristique mythique et emblématique

1
L'intérieur de la grotte de Missirikoro
L'intérieur de la grotte de Missirikoro

Le Ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Nina Wallet Intallou, a visité le 31 décembre 2016 l’emblématique et mythique site touristique “Les Grottes de Missirikoro”.

Depuis sa nomination à la tête du département en charge de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Nina Walett Intallou multiplie les initiatives visant à valoriser les sites touristiques du Mali, notamment ceux des régions du sud du pays. Mme Nina Walett mise beaucoup sur la diversification des produits touristiques. Mme le ministre se rend régulièrement sur le terrain afin d’inciter les touristes étrangers, mais aussi les nationaux à découvrir ces sites. C’est dans ce cadre qu’elle a visité le 31 décembre 2016 l’emblématique et mythique site touristique ‘’Les Grottes de Missirikoro’’, situé à une vingtaine de kilomètres de Sikasso dans la commune rurale de Missirikoro. Elle était accompagnée par le Gouverneur de la région de Sikasso, Bougouzanga Coulibaly et les membres de son cabinet. C’était la première visite de Mme le Ministre de l’Artisanat et du Tourisme sur ces rochers devenus au fil du temps un véritable lieu de culte et de recueillement.

Selon le Directeur régional sortant de l’hôtellerie et du tourisme de Sikasso, Konimba Etienne Sangaré, les “Grottes de Missirikoro” sont nées à la place d’une cuvette suite à une dispute entre deux villages (Niagasoni et Socourani) qui réclamaient la paternité des lieux. Sur place, Mme le ministre et sa délégation ont visité trois endroits très prisés par les visiteurs. Le premier espace ayant reçu la délégation ministérielle est le culte des animistes où les gens viennent formuler des vœux et faire des offrandes. Sur des tas de  cailloux, on aperçoit des têtes de mouton, des plumes de poulets, des morceaux de calebasse, etc. Mme Nina et ses compagnons ont ensuite mis le cap sur le vestibule. Pour y accéder, il faut escalader une colline à travers un passage aménagé à cet effet. « Ici, c’est le vestibule. Toutes les réunions secrètes du roi avec ses généraux se tenaient ici pour planifier les attaques », a fait savoir le Directeur régional de l’hôtellerie et du tourisme de Sikasso.

Un site beau et extraordinaire

Il y a deux trous et plusieurs traces de présence humaine.  « Ce trou n’a pas de limite. L’autre trou débouche sur le lieu des offrandes que nous venons de visiter. De l’autre côté, il y a le passage secret. C’était le lieu où le roi et ses compagnons passaient en cas d’attaque surprise. Au cours du passage, il est possible de croiser un boa secret. Dans ce cas, tous vos vœux seront exhaussés », a détaillé Kominba Etienne Sangaré.

Le troisième et dernier endroit visité par Mme Nina Wallet Intallou et sa délégation est la mosquée naturelle, un lieu par excellence de méditation et d’isolement pour les marabouts. A l’intérieur de la mosquée, on voit des moustiquaires et des restes de nourriture. Des signes qui traduisent la présence des marabouts dans la mosquée. Au bas de l’escalier qui donne accès à ce lieu de culte, les gens avaient commencé à creuser pour prendre du sable avec quoi ils se lavaient. « Ça soigne et protège », a lancé Konimba Etienne Sangaré. Mme le ministre de l’artisanat et du tourisme s’est dite impressionnée par la cohabitation des différentes croyances dans ces grottes. Ce qui symbolise, une fois de plus, la diversité culturelle et religieuse de notre pays.  « Je trouve cela extraordinaire. Ce site est beau. Il n’a rien à envier au palais de Versailles. Je voudrais habiter ici avec la permission des populations de Sikasso », a affirmé Mme Nina Wallet Intallou. Avant de quitter les lieux, elle a visité les aménagements faits par la Direction régionale de l’hôtellerie et du tourisme pour rendre le site plus attrayant.

Sur le chemin de retour de Sikasso, la délégation ministérielle s’est rendue chez le chef de village de Missirikoro, Yacouba Sanogo, pour saluer les notabilités. « Si on avait reçu l’information de votre arrivée, on allait organiser une grande fête », a souligné le notable qui a salué cette marque de considération de Mme le ministre. Le gouverneur de la région de Sikasso, Bougouzanga Coulibaly, a invité le chef de village à veiller sur ce lieu qui appartient à tout le monde. En retour, le chef de village et sa suite ont demandé aux autorités de leur venir en aide en dotant le site d’adduction d’eau. Le ministre de l’artisanat et du tourisme a offert une enveloppe symbolique au chef de village.

Chiaka Doumbia*envoyé spécial à Sikasso *

PARTAGER

1 commentaire

  1. Celle-là aurait besoin d’être mieux renseignée et bien placée sur l’apport du tourisme au devéloppemment local de ce pays et spécialement dans les régions Nord du pays. C’est Eux qui y ont mis le feu par leur histoire de rébellion et détruit ainsi toutes ces activités génératrices de revenus pour tant de familles vivant dans ces localités pendant une bonne partie de l’année: Artisanat, Tissus + Couture+ Couvertures, Azalai, Danse Targui, Visites + Guide touristique …

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here