Assemblée nationale : Younoussi Touré fait le ménage pour les cadres URD

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

C’est un balayage dans la maison que met en exergue l’avènement de l’Union pour la République et la Démocratie à la présidence de l’Assemblée Nationale du Mali. Arrivé au perchoir de l’hémicycle à la faveur de l’investiture du Pr Dioncounda Traoré comme chef de l’Etat, le président de l’Urd et 1er vice-président de l’AN, Younoussi Touré, vient de procéder à un réaménagement de cabinet qui fait murmurer plus d’un. D’aucuns jugent la mesure tout simplement inopportune, au regard de la durée de la transition et des circonstances, tandis que d’autres pointent du doigt la gêne que certains départs pourraient  provoquer dans les rangs de la majorité parlementaire charriée par l’Adéma-PASJ.

Younoussi Touré, président Assemblée PI

A quelques exceptions près pourtant, l’opération rendue officielle vendredi matin, n’aura pas produit un bouleversement si conséquent dans l’administration parlementaire. Et pour cause, le président de l’Assemblée Nationale a choisi de conserver le même chef de Cabinet légué par son prédécesseur, en la personne de l’ancien député de Koro Issa Togo. En revanche, le conseiller diplomatique M. Coulibaly est gentiment remercié à la faveur d’une suppression de son poste, tandis que le conseiller aux affaires sociales Sanou Lamine, ancien Directeur de l’INPS, ne doit son maintien, selon toute évidence, que grâce à l’imminence de son départ à la retraite.

Quant au Conseiller Spécial et au Directeur de Cabinet de Dioncounda Traoré, ils ont tous les deux personnellement demandé à partir. Les anciens ministres Ousmane Sy et Moustaph – il s’agit d’eux -, sont respectivement remplacés par Salikou Sanogo, ministre jusqu’au dernier gouvernement d’ATT, puis Founé Dembélé, un cadre dont le parcours n’est pas aussi connu. Parmi les nouveaux arrivants, on note également le nouveau conseiller aux affaires administratives, Madani Traoré, un inspecteur des finances et cadre émérite de l’Union pour la République et la Démocratie, ainsi que Moussa Sissoko, professeur d’enseignement secondaire promu au poste de conseiller à l’Education.

Le réaménagement de cabinet fait place à un autre cadre influent du Parti de Soumaïla Cissé, en l’occurrence Daouda Touré de Kayes. Ancien député élu dans la même localité et jadis encore chargé de mission du département ministériel de l’Agriculture, il fera office désormais de collaborateur de son camarade président de l’Assemblée Nationale, Younoussi Touré, en qualité de conseiller au Développement rural. La liste n’est pas exhaustive. Un autre ancien député et non moins ancien questeur de l’Assemblée Nationale, en l’occurrence Moussa Sangaré de Yanfolila, signe son retour dans les enceintes du Parlement avec le nouveau manteau de conseiller spécial. Idem pour le chargé des relations publiques du CIP, Amadou Coulibaly, un autre militant de l’URD qui revient à titre de chef-protocole à l’Assemblée Nationale où il servait faisait jadis comme huissier.

Le réaménagement a aussi permis de combler une place restée longtemps vacante pendant la présidence du Pr. Dioncounda Traoré. Il s’agit notamment du poste de conseiller à la communication qui revient finalement au juriste Moussa Sèye Diallo. Un autre cadre fait son entrée au cabinet à la faveur de la création d’un nouveau poste. C’est le cas du Colonel en retraite El Hadj Yeya, qui devient conseiller à la sécurité au sein du Cabinet de Younoussi Touré, président par intérim de l’Assemblée Nationale du Mali. Idem pour le poste de conseiller économique et financier revenu à l’ex-DG de la BCS Abdel Aziz Dicko, un influent responsable du Parti de la Poignée de Mains en Commun I du District.

Par delà les conseillers, le ménage concerne également les chargés de mission. Ils sont au nombre de trois nouveaux qui effectuent leur entrée au cabinet du président du parlement dont un seul au détriment du personnel en place. Il s’agit des Administrateurs civils Moulaye Bocoum (un retraité) et Seydou Théra, puis de M. Diombana, professeur d’enseignement secondaire.

Il parait somme toute plus approprié de parler d’élargissement que de changement de cabinet, mais l’opération fait néanmoins jaser, et pour cause. En plus d’une tendance à faire la place aux seuls cadres de l’Union pour la République et la Démocratie, des réserves se murmurent également au sujet des incidences financières d’une mesure qui intervient en pleine période de crise et à un moment où la tendance est à la baisse du budget de fonctionnement des démembrements de l’Etat.

Par ailleurs, les critiques pleuvent à un point tel que qu’il ne serait pas exagéré d’entrevoir une possible affectation des rapports au sein de la majorité parlementaire et, par delà, au sein de la coalition politique anti-putschiste dans son ensemble. Car, à défaut de la percevoir comme un coup de balai, beaucoup y voient à tout le moins la prépondérance d’une volonté de mieux positionner l’URD.

A.Keïta

es nouvelles têtes du Cabinet du président de l’Assemble Nationale

Directeur de Cabinet  Founé Dembélé

Conseil spéciaux : Salikou Sanogo (ancien Ministre) et Moussa Sangaré (ancien Député)

Conseiller  aux affaires administratives : Madani Traoré  (inspecteur des  finances)

Conseiller à l’Education : Moussa Sissoko (professeur d’Enseignement secondaire)

Conseiller au Développement rurale : Daouda Touré (ancien députe)

Conseille à la communication : Moussa S. Diallo juriste

Conseiller à la sécurité : Colonel (El Hadj Yehya Dramé)

Conseiller économie et financier : Abdoul  Aziz Amara Diciko (Inspecteur des finances)

Chargés de mission :

Moulaye Bocoum (Administrateur civile à la retraite)

Seydou Théra (Administrateur civile)

M Diombana  (Professeur enseignement secondaire)

Attaché de  cabinet : Ali Sanogo (Contrôleur de Douanes)

Chef de protocole : Amadou Coulibaly (Maître enseignement Fondamental en retraite)

 
SOURCE:  du   20 nov 2012.    

4 Réactions à Assemblée nationale : Younoussi Touré fait le ménage pour les cadres URD

  1. Touarrek

    Kankélé tigui c est toi qui n existe plus laisse mon partie tranquille ou je t éclatent ta quelle fils de pute .Soumi est le seul qui peu diriger le Mali !!

  2. Le Mage

    kankele tigui c’est toi qui dois voter à la place de tous les Maliens?

  3. Kankélé tigui

    Je ne sais pas quand les fraudeurs vont comprendre que le temps de la magouille est terminé. L’assemblé va bientôt disparaître. Tout le monde sait que l’URD n’existe plus au Mali d’aujourd’hui, au lieu de faire profils bas ces vautours continuent à s’agiter autour des cadavres pour quel festin?
    Ces gens nous ont conduit tout droit dans la guelle du loup et pense que ces comportements sont encore à la mode. Qu’ils prennent tous les postes aux élections prochaines il n’y aura aucun d’entre eux à Bagadadji.

  4. A l’AN, on a pas le souci d’économie sur les ressources publiques. Il faut seulement des hommes comme TIENA COULIBALY (MEF) dans les postes responsabilit& dans ce pays. Sans quoi, c’est foutu.