CHRONIQUE : La revanche d’ATT-cratie

0

Au moment où la tempête bat son plein autour de sa personne et sa gestion des affaires publiques, depuis son investiture en juin 2002, le président de la République, ATT, puisque c’est encore de lui qu’il s’agit, sort de l’ornière ailleurs, sous d’autres cieux plus cléments. Les commentaires fusent à tout recoin de rue au Mali. «Ses cinq ans, à la tête du Mali sont couronnés de succès», répètent inlassablement les Maliens. «Ses efforts en matière de démocratie et de bonne gouvernance doivent servir d’exemple à ses pairs», ajoutent-t-ils. Péremptoire. Bref ! La paille du Millenium challenge met du baume dans le cœur d’un ATT profondément meurtris par les fallacieuses révélations de l’apocryphe «ATT-Cratie, la promotion d’un homme et son clan».

N’est-ce pas la une belle revanche sur ses détracteurs ? L’homme ATT en avait vraiment besoin. D’autant qu’il ne s’est même pas épargné d’aller jusqu’aux Usa en qualité de simple spectateur pour être sûr que ledit pactole est bien destiné à son pays, son régime. En effet, ATT s’est rabaissé –il ne devrait pas- au rang de ministron indésirable même si le jeu en valait la chandelle.

Cependant, il devait y aller, sans doute autrement, pour la bonne raison qu’il détient là une argutie indestructible quant à sa volonté de continuer à changer le visage pittoresque du Mali. Que les nombreux partis politiques ou associations, partenaires alimentaires, affichent-ils, ne le sortirons jamais de l’auberge. Ces perroquets nuisibles, cigales pendant l’été, deviennent muet quand le prince traverse un désert en flammes. Mais, le bon Dieu ne dort jamais.

Coup du sort. Le salut vient de l’extérieur de la même manière que le livret ATT-Cratie.

Désormais requinqué au plus au point, mais aguerri plus qu’il ne le fut, ATT, parti de son pays le week-end dernier, les bras ballants, les poches complètement trouées, est rentré au bercail avec des milliards à partager, comme de coutume avec tous les fils du pays. Qui dit mieux ! Tenez-vous bien ! Le père de M. Sphinx et la mère de son employé, le commanditaire haut perché quelque part dans le ravin, mangeront à l’œil dès que ses milliards seront injectés dans divers secteurs de la vie économique, sociale, culturelle et politique de notre pauvre pays.

Au terme de quelques petits jours d’un périple effectué successivement à Washington, New york et Bruxelles le gardien de la Colline du pouvoir toise ses ennemis. Aux Usa, le Millenium challenge a d’abord loué sans complaisance les efforts du Mali en matière de démocratie et de bonne gouvernance. C’est un signal fort ! Surtout que ceux sont les Américains, eux-mêmes, qui disent il n’y a plus péril en la demeure. Alors il faut passer donc le plus naturellement à une belle moisson : La faramineuse somme de 238 milliards qui sanctionnent les performances de notre pays en tout. A Bruxelles, au siège de la prestigieuse Union européenne, l’Europe confirme avec le même cérémonial et la même appréciation. Le Mali, ATT à sa tête, se retrouve une fois de plus honoré à quelques kilomètres du lieu où l’apocryphe ATT-Cratie a été diabolique pondu par un fils de Satan. Là où paisse, pardon picore le commanditaire de ce satanique livret, le Fed met gracieusement entre les mains d’ATT la coquette somme de 340 milliards Fcfa pour récompenser son parcours digne de confiance. Une fois de plus, cette manne inespérée par M. Sphinx et son machiavélique maître, servira à nourrir copieuse leurs pères et mères jusqu’au dernier centime.

En moins d’une semaine, ATT revient au bercail avec plus de 500 milliards Fcfa. Combien de billions, voire de trillions de milliards Fcfa, a-t-il emmené au pays de Kankou Moussa durant ses quatre années de règne sur la mythique colline de Koulouba ? M. Sphinx, cet imbécile et son tordu maître –les mot sont trop faible pour qualifier ces enfants du diable- qui passe sous silence toutes les réalisations, le connaît au centime près pour en avoir bénéficié, par voix détournée, à satiété.

Décidément, l’étoile ATT, par moment ternie et affectée par un bougre d’âne, a considérablement et sans conteste recouvré son éclat. De nouveau en constellation, cette étoile-ci brille pour tout le Mali en particulier, l’Afrique et sa diaspora en général. ATT le misérable M. Sphinx prospère encore et toujours, pour longtemps. Il fait les cents sur le qui-vive. A la moindre erreur sur la gestion du pouvoir, l’histoire lui donne pas raison. Alors sans piété. Ouvrez la trappe et larguer y l’ivraie pour ne garder que la bonne graine pour votre futur gouvernement de campagne.

Joe Bathily

Commentaires via Facebook :

PARTAGER