Arrestation de Ousmane Diarra, banni de l’AEEM : ses partisans perturbent les cours dans certains établissements

0

Les élèves du lycée Askia Mohamed, du lycée technique, LBAD, Alfred Garçon, Billali Sissoko ont été contraints par les partisans de Ousmane Diarra ex-secrétaire général de la FSJP de vider les classes hier mardi 20 février. Et cela malgré la promesse données par le premier responsable de l”AEEM, Mohamed Ibrahim Baby, aux autorités du pays de prendre des précautions pour que le clan Ousmane Diarra ne perturbe pas les cours conformément au code de bonne conduite pour une école apaisée signée entre les partenaires de l”école malienne

Le 29 décembre dernier, le 13e congrès ordinaire de l”Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) a décidé de radier à vie de l”association, Ousmane Diarra, ancien secrétaire général de la Faculté des sciences, juridiques et politique pour des faits qu”on peut qualifier de criminel au sein de la dite faculté. Le lundi dernier encore au sein même de la Faculté des sciences juridiques et politique (FSJP) il était à la tête d’éléments extérieurs à l”école qui ont porté atteinte à l”ordre public. A cause de ses actes de vandalisme, il a été le même jour arrêté par les limiers du premier arrondissement. Certains de ses partisans ont pris hier mardi l”école malienne en otage pour exiger la libération de leur camarade. Nous nous désolidarisons de cet acte solitaire. Aussi bien que nous dénonçons l”inertie de l”administration pour ne pas prendre des précautions, malgré nos mises en garde 24 heures avant ces évènements malheureux"

C”est avec cette précision de taille que l”actuel secrétaire général de l”AEEM, Mohamed Ibrahim Baby, a introduit sa brève rencontre avec des journalistes pour démentir les folles rumeurs qui couraient dans certains milieux faisant état que l”AEEM a mis les étudiants dans la rue.

Pour le premier responsable des élèves et étudiants son association n”est ni de près ni de loin impliquée dans cette perturbation." D”ailleurs depuis le lundi dernier, nous avons informé les policiers du 1er et du 4e arrondissement, les différents proviseurs et les secrétaires généraux de l”AEEM des différents établissements du District, l”intention des partisans de Ousmane Diarra», a declaré le leader de l’AEEM. Avant d”ajouter «à notre grande surprise l”administration n” a pas pris de précautions. Par contre, ce sont les secrétaires généraux de l”AEEM qui ont résisté aux jets de pierres, certains ont même repoussé les perturbateurs»

Pour le premier responsable de l”AEEM, son association a respecté son engagement par rapport au pacte signé pour une école apaisée, il revient alors aux autorités du pays de ne plus tolérer des actes tendant à troubler l”ordre public au sein des établissements. Au moment où nous mettions sous presse cet article, nous avons appris de bonne source, que le nommé Ousmane Diarra a été libéré par les limiers.

Kassoum THERA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER