TRANSPARENCE DES ELECTIONS DE 2007 : Pourquoi l’opposition s’inquiète-t-elle?

0

   Les offensives généralisées s’annoncent sur la scène politique en cette approche d’élections présidentielles. Déjà les tendances sont en train de se préciser, de même que les rapports de forces. Il semble que les données essentielles sont disponibles au stade actuel des préparatifs de ces élections qui pointent à l’horizon.

 En effet, les grosses pointures de l’échiquier politique national ont déjà choisi leur voie; pour les identifier, on les retrouve soit au sein de l’ADP ou au FDR, les deux grands regroupements qui s’affronteront très bientôt dans le cadre de la conquête du pouvoir. Mais, au fur et à mesure que nous nous acheminons vers ces élections, au sein de la classe politique, il y en a qui expriment des inquiétudes au sujet de la transparence de ces élections.

    En se référant aux rapports de forces, comment la situation politique évoluera-t-elle d’ici le moment décisif? Les partis qui sont déterminés à réaliser l’alternance politique en 2007 ont-ils de bonnes raisons de s’inquiéter?
    Ce sont là des questions qui suscitent de la curiosité au sein de l’opinion publique nationale. Aussi, l’actualité politique nationale est agitée par des constats, fondés ou non, en tout cas, des prises de position qui en disent long sur les ambitions des uns et des autres.

DES REACTIONS TOUS AZIMUTS

    Au fur et à mesure que l’on se rapproche de la date des élections présidentielles, on se rend compte que les acteurs politiques, en particulier ceux qui sont déterminés à réaliser l’alternance politique en 2007 expriment ces temps-ci de multiples inquiétudes par rapport au bon déroulement des élections qui s’annoncent. Pourtant, cela paraît incompréhensible, dans la mesure où les partis politiques, associations et autres organisations de soutien de la candidature d’ATT aux élections présidentielles de 2007 sont en train de travailler également de manière à ce que les élections générales de 2007 se déroulent dans les conditions requises de transparence. C’est d’ailleurs de là qu’ils entendent déployer de gros efforts pour atteindre l’objectif de takokelen, espérant mobiliser suffisamment d’électeurs pour que le candidat ATT passe dès le premier tour. Cela ne va-t-il pas être une première?

2007 SERA-T-ELLE DIFFERENTE DE 1997 ?

    La réponse est affirmative, quand on sait que les élections présidentielles de 1997 ont été un fiasco électoral. Et d’ailleurs à ces élections, il n’y avait pas de challenger d’envergure de l’ancien président de la République. Il a fallu, en effet convaincre feu Mamadou dit Maribatrou Diaby pour qu’il soit le challenger d’Alpha Oumar Konaré qui se succédait à lui même. Cela est intervenu après que les différents candidats aux élections présidentielles se soient désistés, en raison de la pertinence d’irrégularités notoires, notamment l’absence de fichier électoral fiable. Nous ne sommes pas dans un tel contexte aujourd’hui, qui serait de nature à amener des candidats à boycotter les élections.

    Dans tous les cas, pendant qu’on organisait la mascarade électorale de 1997, c’est lbrahim Boubacar Kéïta qui était le Premier ministre. Aujourd’hui, on ne cesse d’exprimer des inquiétudes par rapport à la bonne organisation des élections générales de 2007. Pourquoi cela? Les uns et les autres doivent cependant se convaincre que les contextes sont bien différents, en raison de la particularité de la gestion du pouvoir par ATT. En tant qu’homme de consensus, il a géré différemment les affaires publiques et compte poursuivre les efforts dans les conditions de paix sociale et de stabilité politique.

MANOEUVRE MALADROITE

    En général, on a l’habitude de dire qu’il y a beaucoup de probabilités que l’on soit victime des mêmes pratiques auxquelles on s’adonnait. Mais, force est de constater que cela n’est pas toujours vérifié. En effet, le pouvoir actuel est soucieux du bon déroulement des élections générales de 2007; il y va de sa crédibilité. Et cela, ne serait-ce que pour maintenir la paix sociale, fondement de la philosophie politique d’ATT. Depuis l’annonce de sa candidature, le président ATT a, en effet mis un accent particulier sur la consolidation de la paix sociale, la promotion de la collaboration entre les forces vives de la nation pour bâtir un Mali prospère où les composantes de la classe politique sont réconciliées.
    Au regard d’un tel souci du président de la République, les différentes parties prenantes aux élections présidentielles n’ont-elles pas plutôt intérêt à mieux travailler sur le terrain dans le cadre de la sensibilisation et de la mobilisation des électeurs?

DES INQUIETUDES QUI NE SE JUSTIFIENT PAS

    Il faut surtout éviter de verser dans des considérations qui ne visent qu’à tenter de diluer ses inquiétudes et faiblesses dans les manipulations politiciennes. Tout compte fait, l’opinion publique nationale est témoin de tout ce qui s’est passé à une période récente, voire depuis l’ouverture démocratique au Mali. De là, il faut donc comprendre que les agissements en cours et qui sont en train de prendre d’autres ramifications au sein de la classe politique et de la société civile se classent dans le cadre des manœuvres maladroites, voire insensées. La seule chose qui importe aujourd’hui est le travail réel de mobilisation des électeurs pour affronter les élections qui s’annoncent.

Moussa SOW

Commentaires via Facebook :

PARTAGER