«Les députés maliens ont ramené la question du pouvoir à la question d’argent», dénonce Omar Mariko

0

La Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance, parti du ministre de la Culture, Cheick Omar Sissoko, a animé, samedi dernier, une conférence de presse au centre de Conférence internationale. C’était en présence des responsables du parti. rn

Face à la presse, le secrétaire général de la Sadi, le docteur Oumar Mariko, n’a pas avalé sa glaire pour dénoncer les changements opérés sur la loi électorale, notamment la caution présidentielle.

rn

Est-il nécessaire de rappeler que la caution était fixée à 5 millions Fcfa lors de l’élection présidentielle de 2002 ? Elle fut en tout cas ramené à 10 millions Fcfa pour 2007 ?

rn

En son temps, la majoration suscita moult commentaires. Le secrétaire général de la Sadi avait craché sur cette caution qu’il juge «excessive et énorme ». A ce rythme, soutient la Sadi, on prend le risque d’éliminer les candidats du peuple. «Les candidats du peuple », poursuit-il, ne sont pas forcement ceux qui brassent l’argent.

rn

Une autre forme d’exclusion  déplorée, malheureusement, à la Sadi, les députés l’ont cautionné. Oumar Mariko d’ajouter à ce propos qu’il est triste de voir les députés maliens ramenés la question du pouvoir à la question du pognon.

rn

Abordant par ailleurs le parrainage du candidat à l’élection présidentielle, le secrétaire général de Sadi,  sort de ses gonds : «On n’aurait pu demander à chaque citoyen de parrainer une candidature jusqu’à hauteur de 2 000 signataires». Cette formule, selon lui, est  beaucoup plus consistante et démocratique que la démarche du parrainage d’élus adoptée par l’administration malienne.

rn

Si le parrainage du candidat à l’élection présidentielle semble désormais acquis, par les députés qui va alors donc parrainer les législatives à venir, s’interroge-t- on. «Nous vivons une démocratie pour riches», déplore Oumar Mariko, avant d’indiquer que la démocratie des pauvres aura du mal à s’affirmer dans un pays comme le Mali. Une liberté qui brade les sociétés et les entreprises d’Etat, détrousse les paysans sans jamais soulager les Maliens. A preuve : «Le récent classement du Pnud, confirme qu’au Mali, les citoyens sont mal  à l’aise et le peuple va mal», signale le Secrétaire général

rn

Abdoulaye Diarra

rn

 

rn

«ATT-cratie ne s’attaque pas au fond du problème»

rn

Oumar Mariko estime que le livre «ATT cratie ne raconte pas d’histoires. Mais ATT cratie ne s’attaque pas au fonds du problème.Il est superflu». Pour le secrétaire général de la Sadi, son parti a proposé mieux qu’ATT cratié. Comme pour dire que la solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance s’attaque au problème de notre pays, que le Malien subi dans son quotidien. Et non à la personne de l’homme ATT.

rn

 Mariko ajoutera qu’il y a un point sur lequel tout le monde doit s’accorder. C’est que ça ne va pas dans le pays.  Sinon comment comprendre que ceux qui ont écrit ATT cratie se cachent pour agir, et ceux qui ont répliqué à travers un autre pamphlet ont également agit dans la clandestinité».

Commentaires via Facebook :

PARTAGER