Parkings payants de l''aéroport de Bamako-Sénou : Les Tarifs font fuir la Clientèle

0

Jugeant les coûts de stationnement trop élevés, les clients boudent. La direction, sûre du bien fondé de sa démarche, n”entend pas céder. Même si elle n”exclut pas de revoir les tarifs à la baisse.

L”aéroport international de Bamako-Sénou se modernise afin de se mettre au diapason des grandes plates-formes de la sous-région voire du monde. C”est ainsi qu”il a récemment refait ses trois parkings en y installant des systèmes de tarification automatisés très modernes. Les travaux ont consisté à bitumer l”aire de stationnement, à tracer des lignes de stationnement et à installer des barrières automatiques dans des parkings dont la capacité totale dépasse les 600 places. Il s”agit du "parking ouest", du "parking est" et de celui du centre.

En faisant le compte-rendu de l”inauguration de ce nouveau système en octobre dernier, L”Essor émettait des réserves sur le niveau des tarifs en ces termes : "Vus les tarifs pratiqués pour les abonnements -équivalents quasiment à la location d”un domicile moyen-, il ne reste plus qu”à souhaiter aux responsables de l”aéroport d”avoir bien étudié leur affaire au préalable". Ce pronostic s”est confirmé. En effet, les nouveaux tarifs ont été très mal accueillis par les usagers dont la plupart boudent aujourd”hui les parkings.

24 JEUNES FILLES RECRUTEES

Pourtant, les responsables de l”aéroport semblent convaincus du bien fondé du niveau des tarifs pratiqués. "L”installation des ces parkings automatiques fait partie des travaux que nous avons engagés en vue de moderniser notre aéroport. Avant leur installation, nous avons dépêché des missions dans les pays voisins pour voir comment le système fonctionne là-bas", explique Mamadou Gadiaga, le responsable du service de l”exploitation aéroportuaire.

Le chef de la section informatique, Cheick Kéita, qui dirige une petite équipe de techniciens s”occupant de l”entretien et de la maintenance des appareils, précise que chaque parking est doté d”entrées et de sorties différentes. Seul le parking ouest offre aux clients deux entrées et deux sorties : une pour les clients abonnés et une autre pour les clients soumis au ticket horaire.

La nouvelle formule de gestion des parkings a nécessité le recrutement de 24 jeunes filles par la direction des Aéroports du Mali. Celles-ci sont chargées d”aider les usagers à maîtriser la procédure l”utilisation des parkings. Concrètement, leur travail consiste à accueillir les automobilistes, à les orienter sur la place à occuper, et à les aider dans le processus d”achat et de validation des tickets. Elles fournissent également aux usagers toutes les informations relatives à l”abonnement.

Le directeur commercial de l”aéroport, Mohamed Diallo, que nous avons rencontré pour parler de la tarification explique que la facture est établie par un système défini automatiquement suivant le temps passé dans le parking. Par exemple, celui qui gare son véhicule pendant 30 minutes doit payer 200 Fcfa et pour chaque demi-heure supplémentaire, le tarif augmente de 200 Fcfa. A partir de 2 heures de stationnement, chaque tranche d”heure supplémentaire est facturée 400 Fcfa.

Les usagers qui le désirent peuvent s”abonner. Les tarifs d”abonnement vont de 7680 Fcfa par jour à 207360 Fcfa pour l”année. L”abonnement hebdomadaire coûte 20160 F. La formule mensuelle est fixée à 57 600 F tandis que trimestriellement, l”abonnement revient à 129 600 F. Quand le délai d”abonnement d”un client arrive à échéance, il bénéficie d”un jour pour le renouveler.

"Une fois que vous pénétrez dans le parking, vous ne pouvez pas sortir sans valider votre ticket à la caisse. Quatre caisses manuelles ont été installées à cet effet", précise le directeur commercial.

LES TAXIS EN PREMIERE LIGNE

En principe, très peu d”usagers sont opposés à l”installation des parkings automatisés. Mais beaucoup tiquent devant les tarifs pratiqués. Au point que le coût du stationnement constitue aujourd”hui une pomme de discorde entre la direction de l”aéroport de Sénou et les clients des parkings.

Un automobiliste rencontré au parking du centre, salue l”installation des parkings automatisés, jugeant qu”ils ont permis de mettre fin au grand désordre qui régnait auparavant. Mais comme beaucoup d”autres, il estime que les coûts de facturation sont un peu trop élevés et ne sont donc pas à la portée de tous les usagers. "Je gare mon véhicule ici très fréquemment. Autrefois on avait de la peine à trouver une place pour se garer à cause de la pagaille qui régnait ici. Mais avec les parkings automatisés, tout est en ordre et à tout moment, il y a de la place. Le seul problème c”est le niveau des frais de stationnement. Si la direction de l”aéroport peut revoir les tarifs à la baisse, ce sera une bonne chose", suggère ce familier.

La suggestion semble raisonnable car, aujourd”hui, le constat saute à l”oeil : les parkings automatiques ne sont pas fréquentés comme prévu. Bon nombre d”usagers préfèrent garer leur voiture ailleurs. Ils stationnent aux alentours des parkings. Parmi les occupants de ces parkings parallèles, les taxis sont les plus nombreux. Tous les chauffeurs de taxis interrogés à propos de la situation sont remontés contre le niveau des tarifs.

"Avant, on payait le parking à 200 Fcfa et peu importait le temps qu”on y passait. Aujourd”hui, on nous réclame 400 Fcfa l”heure. Nous pensons que les coûts ne sont pas raisonnables et c”est la raison pour laquelle nous avons tous abandonné les parkings pour nous garer ici", explique un taximan. Un autre visiblement dépité nous entraîne vers le parking du centre et lance : "regardez ce parking, il est presque vite alors que l”aéroport est en pleine activité en ce moment. Tout le monde a presque abandonné les parkings à cause des tarifs de stationnement exorbitants. Je peux vous assurer que sur 100 véhicules qui stationnaient dans les parkings, aujourd”hui 80 sont garés ailleurs", soutient-il.

Les nouvelles dispositions ont également conduit des personnes qui viennent accueillir leurs proches en provenance d”un voyage à trouver une stratégie de contournement. "Moi je viens régulièrement rencontrer des gens venant de voyage. Maintenant je reste en ville jusqu”à leur arrivée. Une fois que l”avion atterri, ils m”appellent et je fonce à l”aéroport", témoigne A. T.

500 MILLIONS D”INVESTISSEMENTS

En dépit de cette fronde, le directeur commercial de l”aéroport, Mohamed Diallo, persiste. Il estime que les gens qui refusent de garer leur véhicule dans les parkings sont justement ceux-là qui ne payaient pas le stationnement et qui étaient à la base de la pagaille antérieure. "Vous convenez avec moi qu”avec l”installation des appareils de facturation automatiques, il n”y a plus de désordre dans les parkings, car, aucun véhicule ne peut entrer dans le parking sans payer la facture. Le système est automatique", dit-il avant d”expliquer que la direction n”a pas fixé les tarifs au hasard.

Selon lui, le prix du stationnement a été fixé en fonction des investissements qui ont été effectués dans les parkings. Diallo explique que le bitumage de l”aire et l”installation des appareils automatiques ont coûté 500 millions FCFA. Et par ailleurs, poursuit le directeur commercial, à regarder de près, les tarifs des parkings de Bamako-Sénou sont plus bas que ceux pratiqués à Dakar ou à Abidjan. "Le stationnement dans le parking coûte 500 F l”heure à Dakar et 600 F à Abidjan. Or ici comme dans ces pays, ce sont les mêmes appareils qui ont été installés", plaide-t-il en faisant remarquer que l”entretien et la maintenance de ces machines électroniques ont un coût. "La direction a recruté des gens pour s”occuper quotidiennement de l”entretien et de la maintenance des appareils qui sont très sensibles à la poussière et aux autres intempéries", précise-t-il.

DE NOUVELLES PROPOSITIONS

Il ne serait pas juste de faire croire que tous les usagers sont contre les nouveaux tarifs. D”autres approuvent. C”est le cas de ce cadre du ministère du l”Artisanat et du Tourisme. Cet habitué de l”aéroport estime que les coûts de stationnement sont raisonnables. Lui aussi fait remarquer que les appareils qui ont également installés dans les parkings ont un coût.

"L”installation de ces parkings automatiques prouve que notre aéroport est en train de se moderniser. Peu importe les coûts de stationnement dans les aires, l”essentiel c”est que les voitures qui y sont garées soient bien sécurisées", s”enthousiasme notre homme.

Du côté de la direction de l”aéroport, l”on n”entend pas laisser durer le statu quo actuel. Il est envisagé de prendre des mesures contre les véhicules qui ne se garent pas dans les parkings. "Nous projetons d”aménager les autres espaces afin d”empêcher les voitures d”y stationner sans payer. D”ores et déjà, nous allons mettre des plaques interdisant le stationnement dans ces espaces. Il s”agit de mesures de voirie qui vont bientôt entrer en vigueur", annonce le responsable du service de l”exploitation aéroportuaire, Mamadou Gadiaga.

Le directeur commercial, lui, insiste sur l”obligation de payer le stationnement dans les parkings, en relevant que dans l”espace aéroportuaire, rien n”est gratuit. "L”aéroport est un lieu où chacun vient faire son business. Ici tout se paie et les parkings ne peuvent pas être gratuits", répète-t-il.

Mohamed Diallo révèle néanmoins que de nouvelles propositions de tarification ont été faites et qu”il reviendra au conseil d”administration de les valider ou pas. Il n”a pas cependant souhaité nous détailler les nouveaux tarifs proposés. Nous avons tout de même appris que le prix du stationnement journalier qui s”élève actuellement à 7 680F CFA pourrait être ramené à 1000 F CFA ! Une proposition raisonnable mettrait fin à un bras de fer qui ne profite véritablement à personne.

Madiba KÉITA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER