Après son décès à St-Domingue : Pierre Diakité a-t-il été victime d’une panne d’ascenseur ?

0

Ils étaient très nombreux ce mercredi 15 novembre dans la famille de feu Nicolas Diakité (père de Pierre Diakité) à Ouolofobougou Bolibana pour conduire notre confrère dans sa dernière demeure au cimetière de Hamadallaye. Ils, ce sont en premier lieu, les membres du gouvernement avec à leur tête Ousmane Issoufi Maïga premier ministre chef du gouvernement, les autorités militaires, les présidents des différentes fédérations sportives, les représentant des différentes délégations de la sous région et les amis et connaissances du défunt.

Agé de 70 ans, et converti à l’islam, en effet, Pierre Diakité a été l’un des rares journalistes sportifs à s’investir pour la promotion de la boxe au Mali. C’est au service de cette même discipline qu’il est  mort en mission en début de ce mois de novembre à St Domingue dans les ïles Caraïbes dans un ascenseur. 

Sur les circonstances de sa mort, Ismaël Léonard Bangoura, un de ses compagnons de mission, (président de la fédération  guinéenne de boxe et vice-président de la confédération africaine de boxe) recueilli par notre confrère, Modibo Naman Traoré du quotidien national Essor, a relaté les premiers résultats de l’enquête sur place, qui, selon lui, ont démontré une panne d’ascenseur. «La porte s’est ouverte, alors que la cabine n’était pas là et Pierre s’y est probablement engouffré sans y prêter attention. Il a alors chuté dans le vide du 9e étage au sous-sol», a-t-il précisé.

Loin des résultats de cette enquête, beaucoup de Maliens pensent, sans  preuve majeure, que le décès de notre confrère a été prémédité. Même si cette  thèse reste à prouver à travers les différentes enquêtes et investigations, force est de reconnaître déjà qu’à travers les premières enquêtes sur place, un lien de cause à effet a été établi entre la panne d’ascenseur de l’hôtel Mélia (ou il logeait) et sa mort : donc un accident. Il revient alors aux autorités maliennes de suivre l’évolution de ce dossier. Car si les enquêtes ont indexé l’ascenseur de l’hôtel Mélia, il revient à cet établissement hôtelier de dédommager la famille de Pierre pour le  préjudice subi.                                     

Kassoum Théra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER