L’avenir politique au Mali : les vérités du moment

60

L’avenir politique au Mali : les vérités du momentDeux visages de notre pays ressortent d’une enquête d’opinion. L’un suscite un optimisme modéré, l’autre fait entendre une alerte pressante

La politique a fini par suivre le climat dans ses dérèglements. A une époque qui paraît irrévocablement révolue, l’agenda des hommes publics se décomposait en une succession de segments bien rodés. Une rentrée quasi solennelle en septembre remettait les élites au travail et leur faisait produire avant les fêtes de fin d’année le coup d’accélérateur leur permettant de s’éviter une reprise mouvementée en janvier et d’entamer au mieux le premier semestre de l’année, celui-ci s’avérant la période la plus compliquée à gérer puisque s’y concentre la mise en route de tous les grands chantiers de l’an nouveau. Le séquençage était devenu immuable au point que même les Etats du Sud, privés d’interlocuteurs représentatifs lors des trêves institutionnelles, se conformaient à un calendrier taillé en fonction des saisons du Nord. Mais ces cycles n’ont plus cours. Du moins plus dans leurs caractéristiques antérieures qui inséraient deux grandes respirations dans l’année, en juillet-août et fin décembre-début janvier.

Les turbulences amenées par la crise économico-financière de 2006, la succession quasi discontinue de conflits sur toute la planète, l’irruption du terrorisme dans le quotidien de nombreuses populations et même les catastrophes naturelles nées du réchauffement climatique ont créé une permanence de l’alerte qui accule le politique à une vigilance soutenue et, surtout, le confronte à l’impératif de trouver aux situations critiques des réponses immédiates et de préférence convaincantes. Ainsi que cela a été souligné à plusieurs reprises dans cette chronique, le temps politique s’est actuellement contracté au point de se confondre quasiment avec le temps médiatique. Très souvent, les autorités ne se voient proposer d’autres choix que celui de réagir (et parfois de « surréagir ») aux humeurs, aux attentes, aux appels, aux inquiétudes et aux exigences que secrète l’opinion.

S’efforcer de répondre promptement à l’événement n’est évidemment pas sans danger. La dictature de la réactivité amène souvent à adopter une communication échevelée qui peut très facilement donner dans la surchauffe et devenir inaudible, car noyant l’essentiel dans une accumulation de détails. Aujourd’hui, la vraie difficulté pour le politique, aussi bien dans sa communication que dans son action, est de ne pas se tromper sur les attentes réelles des citoyens, d’en comprendre les causes profondes et de formuler la réponse idoine à partir de la bonne appréhension du problème. Ce triple exercice ne peut se réussir en ne s’appuyant que sur la seule intuition politique, aussi exceptionnelle que soit celle-ci. Il ne peut non plus se satisfaire de la remontée empirique des données et de l’analyse sommaire de celles-ci. En vérité, et il faut le reconnaître, la préparation de la décision politique dans notre pays manque cruellement d’instruments indispensables à sa correcte gestion. C’est pourquoi sont intéressantes des initiatives comme l’enquête d’opinion dénommée « Mali mètre » conduite par la Fondation Friedrich Ebert et dont la sixième édition a été rendue publique, il y a presqu’une quinzaine de jours.

LE TRAUMATISME SE SURMONTE. Réalisée deux fois par an, portant obligatoirement sur des sujets d’actualité, l’enquête représente un instantané de l’état de l’opinion nationale et se veut une aide à la prise de décision, destinée aussi bien aux autorités politiques maliennes qu’aux protagonistes de notre société civile et aux partenaires extérieurs de notre pays. « Mali mètre VI », qui a déployé ses équipes dans toutes les capitales régionales et à Bamako, s’est essentiellement intéressé à la manière dont sont perçus par nos compatriotes les problèmes de gouvernance, de paix, de sécurité et de réconciliation. L’enquête ne dissimule pas ses limites. Elle a été conduite entre le 18 et le 25 mai dernier, c’est-à-dire avant la signature le 20 juin par la Coalition des mouvements de l’Azawad de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. En outre, pour des raisons de sécurité, les enquêteurs n’ont pu se rendre à Kidal et n’ont pas voulu exposer leurs collaborateurs habituels qui résident déjà sur place.

En dépit de ces importantes réserves, le résultat final vaut largement la peine d’être examiné. Notre propos n’est pas de revenir sur les résultats essentiels largement relayés par nos confrères de la presse nationale. Mais de nous intéresser à quelques-unes des grandes tendances que dégagent de manière transversale certains résultats de l’enquête. La première de ces tendances montre que le syndrome du 21 mai 2014, qui avait traumatisé la nation entière, se surmonte progressivement. Et que les Maliens retrouvent peu à peu la conviction qu’ils disposent de la capacité à réinstaller eux-mêmes la normalité dans notre pays. L’indice le plus significatif est donné par le regain confiance exprimé à l’adresse des FAMas.

70,2% des sondés ont en effet confiance dans les capacités des forces de défense maliennes à sécuriser leur localité. Détail significatif, le pourcentage est particulièrement élevé dans les capitales régionales les plus exposées (Gao 79% et Tombouctou 80%). Il est plutôt réconfortant de relever que nos troupes ont visiblement réussi à se réhabiliter aux yeux des habitants de ces villes et à effacer le discrédit essuyé lors des événements de Kidal. La remontée d’estime a été très certainement provoquée par la réplique donnée par les soldats maliens aux tentatives de représailles lancées par la CMA juste après la perte de Ménaka. La récupération de cette localité profite d’ailleurs aussi au GATIA puisque les mouvements armés viennent juste après les FAMas (39%) dans l’indice de confiance exprimé par les sondés de Gao.

La côte en hausse des forces nationales produit deux conséquences. La première est qu’une bonne partie des sondés estime (de manière précipitée) l’heure venue d’un retrait des forces internationales (troupes onusiennes et Barkhane). Les populations du Septentrion et de Mopti se montrent réalistes et souhaitent que ce départ se fasse dans un délai d’un à trois ans. Les sondés des autres villes (sauf Gao) réduisent cette durée à moins d’un an. La Cité des Askia, qui est certainement la ville sondée la plus éprouvée par les effets de l’insécurité, se distingue une fois de plus. Elle qui sait les graves périls qui rôdent encore autour d’elle préconise que le retrait de Barkhane (dont l’action reçoit deux-tiers – 66,7% – des appréciations positives de tous les sondés) soit étalé entre 4 et 5 ans.

UNE EXIGENCE TRÈS ÉLEVÉE DE SÉCURITÉ. Deuxième conséquence guère inattendue pour qui suit l’actualité, le jugement extrêmement sévère porté par les populations sur les troupes de la MINUSMA. Si l’accusation de ne pas combattre les groupes armés est celle qui a été la plus fréquemment entendue, il faut aussi relever les griefs de complicité avec les groupes armés, de non protection des populations contre les groupes armés et les terroristes, d’absence d’appui aux forces armées du Mali dans la lutte de celles-ci contre les groupes armés du Nord, de travail contre le gouvernement malien, d’absence d’intérêt pour le développement du pays et même de contribution à la dégradation des mœurs. On comprend qu’autant de rancoeurs ouvertement exprimées et avec une certaine virulence aient amené une prompte réaction de la Mission onusienne à travers une conférence de presse la semaine dernière. Mais il faudra certainement à la MINUSMA soigner de manière encore plus accentuée sa communication de proximité pour réduire le poids des condamnations.

La deuxième révélation marquante de l’étude concerne l’exigence extraordinairement élevée de sécurité. Cette sécurité est définie par l’écrasante majorité des sondés soit comme le fait de vivre sans se sentir menacé (61% des sondés), soit comme la possibilité de vivre en paix et en bonne entente avec les autres (33,3%). L’exigence de sécurité qui réunit 71,7 % des enquêtés précède largement des préoccupations majeures comme le chômage, la précarité alimentaire, l’appauvrissement des populations et la corruption. 79% des sondés ne se sentent pas en sécurité dans leur propre pays et 86,4% disent craindre les attentats terroristes. Il est à préciser que l’enquête a été réalisée avant les attaques perpétrées contre Misséni et Fakola. Ce qui signifie que si les sondés étaient aujourd’hui interrogés sur ce problème, le niveau déjà très élevé d’inquiétude exprimé par eux en mai atteindrait une hauteur stratosphérique.

Troisième fait établi par l’enquête, la préoccupation persistante de nos compatriotes par rapport à la corruption. Assez logiquement à notre avis, les citoyens placent celle-ci derrière des phénomènes qui impactent plus directement leur quotidien comme le chômage, la précarité alimentaire et l’appauvrissement. Mais le regard qu’ils portent sur elle est particulièrement accablant. En effet, la part des sondés (43,2%) qui estiment le niveau de corruption dans notre pays « très élevé » est beaucoup plus importante que celle des enquêtés (27,1%) qui le qualifient d’ « élevé ». Bamako, lieu de concentration par excellence des faveurs, des affaires et des arrangements, recèle le plus fort pourcentage d’ « indignés » (89%). Suivent Tombouctou (75%) et Gao (70,4%). Cette dernière caractéristique est importante à relever. Elle doit attirer l’attention sur le fait que l’apaisement des tensions au Septentrion sera aussi lié à la moralisation des actions de réhabilitation, afin que ne se réinstallent pas les prébendiers et les rentiers de la paix qui avaient prospéré dans les années 1990 à la faveur de la reconstruction du Nord.

LE FER PORTÉ AU CŒUR DES MAUX. Il faut également remarquer que la hantise des méfaits de la corruption se traduit aussi dans l’appréciation que les citoyens portent sur le changement majeur que va représenter la régionalisation. En effet, l’aggravation de la corruption et l’instauration du népotisme figurent en première et troisième positions sur la liste des craintes exprimées par les partisans mêmes de la libre administration du territoire. On constate donc une situation paradoxale où le citoyen, ayant conscience que le modèle actuel de gouvernance a atteint ses limites, manifeste une volonté de changement, mais reste quelque part persuadé qu’il y a de fortes chances de voir les déviations anciennes reconduites dans la nouvelle construction administrative.

Le visage de notre pays qui se dégage de l’enquête est donc duel. D’un côté, on s’aperçoit que le fameux ressort malien qui nous a permis de franchir tant de passes périlleuses se retend malgré une conjoncture extrêmement difficile et on se rend compte qu’en dépit des avanies accumulées, nos compatriotes n’ont pas abdiqué de leur obstination à assurer la maitrise de leur destin. De l’autre, on entend clairement résonner le désarroi des sondés qui souhaitent que le fer soit vraiment porté au cœur de maux qui leur rendent par moments insoutenable un quotidien déjà pesant.

C’était d’une certaine manière le message que s’est efforcé de faire passer l’imam Mahmoud Dicko lors de la présentation de vœux au chef de l’Etat à l’occasion de l’Aïd el fitr. Dans sa réponse, le président Keïta avait indiqué que chacun serait désormais jugé à l’aune de son engagement patriotique et de sa loyauté à accomplir les tâches fixées. « L’on verra le maçon au pied de l’ouvrage », avait-il conclu après avoir fermement exprimé sa condamnation de certaines dérives. Les propos présidentiels font donc naitre une attente particulière et pressante. Une attente qui s’inspire d’une ultime donnée tirée du Mali mètre VI.

Malgré un horizon qui tarde à se dégager, une majorité de sondés (63,8%) reste persuadée qu’à l’avenir leurs enfants vivront mieux qu’eux dans notre pays. Les sceptiques verront dans cet optimisme une forme exacerbée d’autosuggestion. Mais il faudrait plutôt y lire le refus de céder au renoncement d’une nation dont on ne peut occulter les faiblesses. Mais dont il faut louer le fort instinct de vie.

G. DRABO

PARTAGER

60 COMMENTAIRES

  1. Arrêtez de planer sur des nuages. L’Essor est une parution de l’état. Donc il est là pour nos amis qui gouvernent. Vous savez tous que rien ne va dans ce pays. Le malien souffre. En deux ans le monsieur n’a pu rien réaliser. Tous ses inaugurations sont de l’ancien président, les 1552 logements,les bateaux, la salle de basket etc. On avait tous cru à l’accord de paix et on se rend compte qu’il est passé à côté avec toutes ces recrudescences de violences dans nos contrées. On peut être optimiste tout en disant la vérité sur ce qui se passe actuellement. Donc nos amis ne peuvent pas. Qu’ils soient opportunistes ou pas c’est des hommes choisis par lui. Donc ils sont tous les mêmes. Un proverbe dit ” dis moi qui tu fréquentes , je te dirais qui tu es”.

  2. MUGABE
    «…entouré des apatrides qui nuisent à son image»
    Vous voulez dire qu’il s’est fait entourer par des apatrides.Vous reconnaissez implicitement qu’IBK NE SAIT PAS SE FAIRE ENTOURER PAR DES PATRIOTES DIGNES RESPONSABLES ET COMPÉTENTS.
    je suis d’accord avec vous.Certainement qu’il les choisit à son image

  3. Que Sbati 2012 et ses partisans votent ou pas pour IBK aux élections prochaines. Le peuple malien le fera, de toutes les façons, ce dernier a toujours été d’accord avec IBK avant même qu’il ne soit président. Au cas où, Sabati oublie que le Mali est un pays laïc, IBK en tant que chef de l’Etat ne l’oublierai jamais. Au contraire, IBK a fait une faveur à la communauté musulmane, qu’il n’a pas faite jusqu’à présent à celle chrétienne. A son arrivée au pouvoir, il a envoyé un très grand nombre des musulmans au Maroc pour les formés.

  4. Cela ne nous procurera rien en restant diviser. Nous avons besoin de se rassembler pour donner à notre une image inattendue. Laissons derrière toutes idées négatives pour le développement.

  5. Donc, si je comprends bien l’Imam Mahamoud Dicko s’est caché derrière le Mouvement Sabati 2012, pour mener ces magouilles. J’aurai appris que ce monsieur a toujours été un opportuniste avéré depuis le temps d’ATT. De même, selon d’autres il est en parfaite collaboration avec les rebelles. Ces attentes ne sont plus cadrées comme il veut avec IBK, raison pour laquelle il le menace.

  6. Les maliens se doivent de soutenir notre gouvernement, car très franchement ce qu’il a pu réaliser en moins de 2 ans est extraordinaire, et cela c’est avant de toucher à ce qu’il prend comme initiative !!!

  7. En vérité le régime IBK a besoin de soutien, ses actions doivent être soutenu. Le pays passe l’un des moments les plus pénible et décisif de son existence. Tous les maliens doivent apporter leurs pierres à l’édifice. Aider le régime en place qui est déjà au four et au moulin.

  8. Si les FAMA en sont là aujourd’hui et que la population commence à leur faire confiance c’est dû à l’implication massive d’IBK. Donc IBK est en train de construire les choses derrière lui.

  9. La promesse est une dette, seul des hommes comme IBK comprennent cela. Les promesses tenues par d’IBK demeure réalisable. Les attentes du peuple malien seront bientôt tous exécutées. Elu par 77% des voix, rien ne cache qu’il atteindra 99% des voix lors de la prochaine élection présidentielle prévu pour 2018.

  10. Quel qu’en soit la durée de la nuit, le jour finira par se lever. Au début, les maliens avaient mal compris la gouvernance d’IBK. Mais aujourd’hui c’est tout autre. Le peuple se rend compte petit à petit, de l’intention de ce monsieur vis-à-vis du développement du Mali. Bravo IBK, d’ici la fin de votre quinquennat, même les opposants n’auront rien à vous reprocher.

  11. MUGABE, vos mots sont celui d’un véritable leader. vous avez dominer les mauvaises pensées des autres.
    “MUGABE
    329 commentaires
    4 août 2015 à 12:17
    La force du malien réside dans sa capacité à surmonter les épreuves que lui impose le quotidien. En 1 an et 11 mois exactement, beaucoup a été fait et beaucoup reste à faire. Les sceptiques ont droit de l’être, les optimismes font bien de le penser. Le meilleur reste à venir.

    Nous rêvons tous d’un Mali dans lequel nos enfants vivront dans une paix durable. La FAma a certainement vécu les moments les plus compliqués de son existence, mais avec la considération que lui voue l’Etat et la nation toute entier, je pense qu’elle se surpassera, et les maliens loueront la bravoure et le dévouement de ses soldats.

    Nous savons tous que DICKO a prononcé un discours de circonstance le 17 juillet dernier. Il se présentait en rassembleur et le jour d’après, il revendiquait sa part de gâteau à travers son mouvement SABATI 2012. Le Régime IBK n’est pas un régime des incapables, le boss de Koulouba est juste entouré des apatrides qui nuisent à son image. “

  12. Le discours prôné par l’Imam Mahmoud Dicko à l’occasion de la fête de l’Aïd El Filtr est salutaire mais en même temps conjoncturel. Vous concéderez avec moi que tout juste après le 17 avril, le Mouvement Sabati 2012 dont l’Imam Dicko est l’un des fondateurs a menacé le chef de l’Etat. Presque tous les journaux ont pris part à cette proclamation du Sabati, lors d’une conférence. Ils n’ont pas besoin de apostropher à chaque au président de la République qu’ils sont le premier mentor de son élection au pouvoir. Non, IBK est conscient de l’effort qu’ils ont déployé lors de sa campagne présidentielle. Mais, il ne peut pas s’acquiescer d’être guidé par ces derniers. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Cependant, il faut reconnaitre qu’ils ne sont pas les seuls qui ont votés pour IBK. Elu par 77% des voix, même si les musulmans représentent les 95% de la population malienne. Les chrétiens ont aussi votés pour IBK. C’est évident que le Mouvement Sabati 2012 a joué un énorme rôle dans l’élection d’IBK. Toutefois, à cela s’ajoute le bras valide de ces luxuriants partis qui ont apportés leurs soutiens au président de la République, sans oublier le parti majoritaire. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Quant à l’insécurité grandissante qui anime notre pays, existe depuis trois ans maintenant, or le président IBK est exclusivement à moins deux ans de son quinquennat. Cette énorme bêtise connue par l’Ex président ATT en acceptant les bandits armés au Mali, est l’unique prétexte qui a donné un plus à ce fléau. Aujourd’hui, force est d’avouer, les efforts fournis par le régime actuel dans la résolution de la crise du nord. Autrement, sans quoi l’insécurité allait envahir tous les couches du Mali. Certes le pays n’est pas totalement pondéré, mais nos gouvernants ont déjà fait un grand pas vers le retour définitif de la paix sur notre territoire. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Le seul obstacle qui s’oppose actuellement c’est la traque d’Iyad Ag Ghali, pour cela nous avons le soutien des U.S.A. Bientôt, nous attendrons plus parlé de ce criminel. Avec la mort de Wadoussène, personne n’est prêt à recevoir une promesse sévère d’IBK. Comme il a si bien dit lors de la signature de l’accord le 15 mai, le Mali est un pays tolèrent, mais pas lâché. Tout individu qui comprend le sens de cette phrase, n’osera jamais jouer avec les paroles du président IBK. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  13. Je félicite le journaliste DRABO de sa manière limpide d’écrire ainsi que sa vision personnel, il est compétent. C’est un professionnelle, il est rare de voir un journaliste malien rédiger un article avec une aussi grande passion. Monsieur G. Drabo je vous tire mon chapeau.

  14. Oh Mandé Massa ! La vérité triomphe petit à petit dans votre bonne gouvernance. Hier, c’était la signature de l’accord de paix. Aujourd’hui, demain et après-demain, le Mali retrouvera sa dignité et les maliens leur bonheur avec les nombreux projets que vous avez prévu pour tous ; exactement comme vous l’aviez promis.

  15. La population malienne doit faire preuve de plus de confiance et de soutien vis-à-vis de son gouvernement pour lui permettre de parvenir à ses fins, et qu’il puisse terminer ce qu’il a commencé !!!

  16. La partie de la population qui pense qu’IBK n’a rien fait jusque se trompe. Dernièrement si l’on fait le bilan ; on constatera que les choses ont considérablement changé. Et je crois qu’avant la fin de son mandat, IBK surprendra beaucoup de personnes.

  17. Le président Keïta est un homme de parole. Il est en train de réaliser les promesses qu’il a fait pendant les élections présidentielles, à savoir la signature du traité de paix, la réconciliation nationale, la réforme de l’Etat à travers l’institution du chef de file de l’opposition politique, la reconstitution de nos forces armées, les logements sociaux de N’Tabacoro, la non impunité avec les mesures rigoureuses prises contre les réseaux mafieux autours du sésame, le projet de construction d’un hôtel de classe comme SHERATON, l’éventuelle relance de notre économie car d’ici 2016, selon les dits du Ministre de l’économie et des finances de l’Etat Mamadou Igor Diarra nos recettes vont dépasser le seuil fatidique des 1000 milliards de FCFA. 😀 😀 😀 :mrgreen:

  18. Mahamoud Dicko est un opportuniste. Il a tenu un discours de circonstance le 17 juillet dont on a tous salué. Aux lendemains duquel, son association, Sabati 2012 s’est levé pour réclamer sa part de gâteaux. Cet homme est un habile. Il pense aussi que le Mali est un pays islamique. Alors que ce n’est pas le cas. 😛 😛 😯 😯 😯

  19. Lorsqu’un peuple veut changer, il peut. La persévérance est un talisman pour la vie. les maliens doivent persévéré. un homme à lui seul ne peut construire un village, comme un doigts à lui seul ne peut soulever un bâton, la participation de tout un chacun est nécessaire pour faire mieux.. 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉

  20. Ce gouvernement là mérite d’avoir la confiance de tous les maliens de par ce qu’il a posé comme acte, de par ses initiatives de développement, de par les efforts qu’il entreprend pour les maliens en général et le MALI en particulier !!!

  21. Oui c’est normal que chaque malien reconnaisse l’efforts de la FAMA et croire en leur capacité de garantir la sécurité et de sauvegarder l’intégrité territoriale de notre pays. Quant à notre gouvernement il fait aussi son mieux, soyons tous optimistes pour l’avenir de notre pays et de ses enfants. La contribution de chacun des maliens est capitale et indispensable nous comptons tous quelque chose pour notre chère patrie. Vive le Mali !!!!

  22. S’il est raisonnablement vrai que 1+1=2, alors acceptons que IBK est un stratège et un homme politiquement capable de sortir le Mali de son trou profondément creusé par ses prédécesseurs.

  23. Avec le régime en place les maliens peuvent croire à un avenir plus rassurant pour nos enfants. Le régime lentement mais surement est en train de redresser la barre tordue depuis des années. L’économie, la santé, l’éducation, l’armée brefs presque les secteurs les plus sensibles commencent à reprendre de la forme.

  24. Ceux qui continuent toujours de croire à IBK sont juste des optimistes. Ne doutons jamais de nos choix. Le Mali était laissé à lui seul quand IBK venait au pouvoir. Je pense qu’il ne serait pas juste qu’on le juge dès maintenant. Il a besoin de tout notre soutien pour faire ce que nous attendions de lui. Ne baissons pas les bras pour quelques obstacles, affrontons les ensemble afin d’offrir à notre Maliba ce qu’il mérite réellement. L’homme est fait pour surmonter les épreuves.

  25. L’espoir d’un peuple soulèvera des montagnes de difficultés sur ce pays. On doit garder confiance à nos autorités, c’est cette confiance qu’on leurs portent qui les ont permis de se trouver à cette position. La confiance est une victoire en avance.
    Une majorité de sondés (63,8%) reste persuadée qu’à l’avenir leurs enfants vivront mieux qu’eux dans notre pays.

    😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

  26. IBK, la solution que cela te plaise ou pas à moins de deux ans le vieux a fait des pas et des supers pas vis-à-vis du bilan de ses prédécesseurs en deux ans. 1552 logements offerts et 20 000 de plus d’ici 2017, l’aéroport de Bamako vient d’être choisi comme le plus sécurise et capable d’exporter vers Europe, plus de 16 000 emplois créés, avant-hier IGOR aussi a fait une révélation que le Mali pour sa première fois au Mali les recettes vont dépasser le cap de 1000 milliard. IBK la solution et nous sommes fiers de vous. Chers frères et sœurs maliens restons unis derrière nos autorités et donnons les le temps ils sont venus à un mauvais moment et c’est avec nos soutiens et espoir qui peuvent les faciliter la tâche. Vive le Mali uni et prospère 😀 😀 😀

    • héeee Marcel laisse mon bourankè en paix sinon a partir de dorénavant 😆 😆 😆 😆 😆

  27. Ce sondage montre que la majeure partie est optimiste par rapport aux initiatives du gouvernement et par rapport au développement de notre pays. Mais je prie pour que tous les maliens sans exception le soient !!!

  28. IBK est Notre Président, le Président malien. En moins de 2 ans de son quinquennat, il a déjà beaucoup fait pour le Mali. Soutenons-le et soyons persévérant car le meilleur reste à venir.

  29. Ce sondage est à prendre au sérieux, parce qu’il peut nous permettre de prendre des précautions contre les parties en handicap dans la gestion des affaires publiques, d’encourager les hommes braves et rassurer les gens qui ont de l’espoir sur l’avenir de nos enfants et de ce pays.

  30. Avec le digne fils du MANDE aux commandes du Mali, le Mali ne fera que prospéré, il ne chavirera jamais. Soyons toujours optimiste.

  31. L’avenir meilleur de ce pays est avec le président IBK….. 😀 😀 😀 😀
    la confiance de la population qui revient envers son armée, seul cela suffi pour une garantie de sécurité… 😯 😯 😯 😯

  32. Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. C’est ce qui fait la différence entre les hommes. Certes le régime actuel a connu quelques difficultés mais cela ne signifie pas pour autant qu’il faut commencer à perdre de l’espoir. Le meilleur est à venir.

  33. La population malienne doit rester rester optimiste déjà le régime d’IBK est à la hauteur des attentes et cela il l’a prouver plusieurs fois. IBK et son gouvernement arrive a redresser plusieurs secteurs du pays et cela est avantageux dans le MALI futur.

  34. J’encourage les sondés qui pensent que l’avenir de nos enfants sera garantie. Dans la vie il faut toujours espérer. On a presque les mêmes visions du régime en place. Avec lui, on peut espérer à un Mali meilleur. Les forces internationales vont bientôt s’en aller de chez nous. 😛 😛 :mrgreen: :mrgreen:

  35. Ne mets pas ton doigt entre l’écorce et l’arbre. Mr le journaliste la population du Mali est bien conscient. De la même sorte que les temps ne se ressemble pas c’est de cette même façon que les règnes sont différent, IBK invite tout le temps la population à une construction collectif, c’est dans la construction collectif du pays que chacun peut se sentir responsable et intéressant. Après la signature des accords beaucoup des avancés ont été faites et seul l’aveugle de coeur ne pourrais voir cella.
    la population reste toujours attaché aux bons actes du président IBK et de son gouvernement.
    😛 😛 😛 😛 😛 😛 😛 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😯 😯 😯 😯 😯 😯

  36. Les FAMAs ont enfin gagné la confiance de la population locale pour la sécurisation de leur localité. C’est déjà une bonne chose. C’est tout à fait juste que cela arrive. Car Ibrahim Boubacar Keïta est en train de signer des accords de partenariat et de formation en matière de sécurité et de défense. Il a commandé quelques avions A-26 et des hélicoptères Gazelles qui sont jugés adaptés au terrain du sahel. 😆 😆 😆 😛 😛

  37. La seule voie qui s’ouvre aux nations africaines comme à toute unité scellée, c’est la démocratie qui, malgré les difficultés que suscite son exercice normal dans des pays en crise de croissance, est seule capable de faire de la nation un projet commun, la création de la collectivité entière assurant à chacun le plein développement de son être, l’œuvre collective entraînante qui garantit dans l’enthousiasme la participation de tous.

  38. Ce sondage est le bienvenu. On est content d’entendre le fait que certains maliens sont optimistes et espèrent encore à un avenir meilleur pour les futures générations de ce pays. 😯 😯 😯 😛 😛

  39. J’invite mes frères qui ont encore de l’espoir sur l’avenir de notre pays, de soutenir notre gouvernement dans l’exercice de son boulot pour que nous vivons tous un jour dans un Mali paix, prospère et merveilleux.

    • Vous avez une bonne réflexion contrairement à des gens qui vendent leurs âmes au diable pour une modeste somme et venir empester le forum par des propos dénigrant le régime. Le temps est à l’apaisement et à l’union, nous ferons une très bonne chose de rester derrière ce gouvernement ainsi que le président pour que le calme retrouvé perdure

  40. IBK est l’homme qu’il fallait pour le Mali. Il est venu sortir le Mali du gouffre dans lequel, l’a plongé le régime précédent. Il est l’espoir des maliens et ils ont tous leurs confiance placées en lui.

  41. Les maliens ont élu IBK car il avait besoin de changement, ils restent persévérant car ils savent qu’il travaille pour l’honneur et la dignité du pays.

  42. L’armée malienne a totalement déçu la population face à la menace djihadiste, l’orgueil et les ambitions cachés de certains des chefs militaires ont fait couler le bateau Maliba. Actuellement, les FAMA sont en parfaite restructuration et ils répondent de façon convenable adéquate aux attaques, menaces qui se produisent à travers tout le pays. Par cela, ils doivent gagner la confiance et le cœur des maliens, nous devons aussi les soutenir moralement pour qu’ils puissent assurer notre sécurité intérieure et extérieure. Merci

  43. La population doit toujours avoir confiance en nos forces armées, la fama est composée de braves hommes, ils se sacrifient chaque jour pour notre sécurité et dans des conditions très misérables. Nous sommes d’elles et nous les soutenons jusqu’à la mort.

  44. Nous saluons nos braves hommes de l’armée.
    Le Mali est en réalité un grand peuple, détenteur de valeurs inestimables. Ses fils se reconnaissent à travers ces valeurs. Le peuple malien, est un peuple uni. C’est dans l’unité qu’on peut surmonter tout obstacle, raison pour laquelle, malgré la crise sans précédent traversée par le Mali, il s’en est sorti victorieux. C’est un peuple persévérant.
    Les esprits optimistes sont à saluer car le meilleur reste à venir. Notre Président IBK travaille très dure pour la prospérité du pays.
    Parlant de Dicko pour son discours du 17 juillet, je pense que ce n’était qu’un discours de circonstance, car quelques jours après, son association SABATI 2012 a fait publiquement une revendication. Ils réclamaient à IBK leurs parts de gâteau, car pour eux, c’est grâce à eux qu’IBK a accédé au pouvoir. Donc Dicko n’est en aucun cas une référence, c’est juste un opportuniste.

  45. bravo Mr le journaliste, pour votre brillant article, mais je souhaiterais que vous mettiez plus de lumière dans ce que vous faites. Vous n’êtes pas comme ses journalistes alimentaires comme nfp…………………………………………

  46. Je veux croire au résultat de ce sondage mais je doute fort qu’au Mali les ennemis du président sont tellement que tous se permettent de publier du n’importe quoi à travers les sondages.
    De juin à aujourd’hui, nous avons lu beaucoup de faux et bon résultat des différents sondages, les uns sont faux et les autres sont vrais. Alors, faut-il croire ou non?

  47. Le courage de la FAMA est salutaire. Tous le peuple maliens leur félicite pour leurs déterminations, responsabilités et leur bravoures. Tous le peuple malien leur soutien et rend hommage à tous les soldats tombés les armes à la main. Que leurs âmes repose en paix.

  48. Je reste optimiste en ce qui concerne le pouvoir de IBK parce qu’il est entrain de faire de bons plans pour l’avenir de nos générations futures.
    L’effet ne sentira pas tout de suite mais je suis sûr que le Mali peut et pourra s’enrichir de nos propres efforts.

    nfp n’aies pas peur, ne t’inquiètes pas, je ne vais pas te rentrer dedans cette fois-ci.

  49. Tout ce que je demande à la population c’est de garder le sang froid, de ne pas céder à la tentation. juste soyons sereins et restons optimiste. INCH-ALLA le Mali va sortir dans cette crise.

  50. nfp, dis nous la vérité ce n’est pas comme cela on cherche à avoir de la célébrité surtout URD…

  51. La demeure d’IBK n’est pas la seule dans ce pays à être sécuriser ainsi. Plusieurs lieux dans pays se serait dans la même condition de sécurité comme les ambassades, Les école privé en particulier les écoles française, américaine etc… Les habitants de Sébenicoro ne sont pas les seules à être dans cette condition alors qu’ils arrêtent de nous distraire.

  52. La force du malien réside dans sa capacité à surmonter les épreuves que lui impose le quotidien. En 1 an et 11 mois exactement, beaucoup a été fait et beaucoup reste à faire. Les sceptiques ont droit de l’être, les optimismes font bien de le penser. Le meilleur reste à venir. 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Nous rêvons tous d’un Mali dans lequel nos enfants vivront dans une paix durable. La FAma a certainement vécu les moments les plus compliqués de son existence, mais avec la considération que lui voue l’Etat et la nation toute entier, je pense qu’elle se surpassera, et les maliens loueront la bravoure et le dévouement de ses soldats. 8) 8)

    💡 💡 💡 💡 💡 💡 💡
    Nous savons tous que DICKO a prononcé un discours de circonstance le 17 juillet dernier. Il se présentait en rassembleur et le jour d’après, il revendiquait sa part de gâteau à travers son mouvement SABATI 2012. Le Régime IBK n’est pas un régime des incapables, le boss de Koulouba est juste entouré des apatrides qui nuisent à son image. 💡 💡

    • Les optimistes sont toujours les parties gagnante de la vie, il faut croire à l’avancement, au changement, à une prospérité et ça finira par réaliser parce que quand on a la volonté, l’effort ne posera pas défaut. La volonté et le pouvoir n’a pas manqué à IBK, il nous l’a démontré et continue à le faire

    • Quelle remarque pertinente MUGABE, votre argumentation est incontestablement vrai.
      Je ne peux me permettre que de dire que le Mali a fort besoin de ce régime.
      Tout ce qu’on dit par-ci par-là n’est que mensonge et calomnie pour dissuader la conscience de certaines minorités non informées parmi la masse populaire.
      Sinon on n’a nul besoin de lire des sondages mensongers pour se rendre compte des efforts déployés par IBK afin de prospérer le Mali.

  53. Tiens, une VRAIE PLUME de qualité! 😯

    C’est suffisamment rare dans nos médias pour être souligné!

    Bravo Drabo! 😉

Comments are closed.