Silence, on démocratise au Tchad !

5

Après la mort d’Idriss DébyItno, ex-président tchadien, l’un de ses fils le succède au trône. Cette gestion de la vacance de la présidence constitue un crime de lèse-majesté contre la démocratie.

-maliweb.net- Arrivé au pouvoir en 1990 à travers un coup d’État contre l’ex-chef d’État Hissène Habré, Idriss DébyItno prend d’abord la tête du Conseil d’État avant d’être désigné président de la République du Tchad. Depuis, le Tchad est transformé officieusement en une monarchie absolue. Comme « on n’organise pas les élections pour les perdre », pour reprendre l’ancien président congolais, Pascal Lissouba, celui qui sera appelé plus tard le maréchal du Tchad a remporté toutesles élections présidentielles depuis 1996 jusqu’en 2021, date de la dernière présidentielle.

Une succession de père au fils

Reconnu pour son engagement contre le terrorisme au Tchad aussi bien qu’au sahel tout entier, ce militaire dans l’âme ne se contentait point du confort de sa fonction de président de la République. À chaque fois que l’intégrité du territoire tchadien était menacée, il prenait lui-même la tête de ses troupes. On se rappelle à ce titre la victoire contre Boko Haram en 2020 et qui marquera sa consécration en maréchal.

En 2021, alors que les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde (FACT) menaçaient de marcher sur Ndjamena, Idriss Déby tente de nouveau de stopper leur avancée, d’après des explications issues de sources militaires tchadiennes. Mardi 20 avril 2021, il succombe à ses blessures après au moins trente ans passés au pouvoir.

Machinalement, juste après l’annonce du décès de Déby, son fils Mahamat Idriss Débyprend la tête d’un Conseil militaire de transition. Cela en violation flagrante de la constitution tchadienne de 2018 qui stipule en son article 81 : « En cas de vacance de la Présidence de la République pour quelque cause que ce soit ou d’empêchement définitif constaté par la Cour Suprême saisie par le Gouvernement et statuant à la majorité absolue de ses membres, les attributions du Président de la République [ndlr] sont provisoirement exercées par le Président de l’Assemblée Nationale et, en cas d’empêchement de ce dernier, par le 1er Vice-président ».

Les principes démocratiques mis en mal

Cette constitution de 2018 est assez claire sur la gestion de cette période de vacance de la présidence. Quarante-cinq (45) jours au moins et quatre-vingt-dix (90) jours au plus, après l’ouverture de la vacance, de nouvelles élections présidentielles doivent être organisées.

Les nouveaux hommes forts du Tchad semblent avoir fait fi de toutes ces dispositions contenues dans cette loi fondamentale, qui a été révisée en décembre 2020. Certes, des sources racontent que le président de l’Assemblée nationale aurait décliné la proposition en raison de son âge, mais qu’en est-il du vice-président de cette même institution ? Supposons que tous ces deux aient refusé la proposition de siéger dans les fauteuils présidentiels, la démocratie prévoit-elle une succession de père au fils ? Sommes-nous dans une Dynastie ?

Le père ayant gouverné le pays au moins pendant 30 ans, un de ses fils se croit maintenant l’héritier légitime du trône. Cette succession rapide du défunt président laisse planer beaucoup de doute sur la mort du maréchal. Il pourrait bien y avoir anguille sous roche.

Les partis de l’opposition tchadienne parlent déjà de « coup d’État institutionnel » et « appellent à l’instauration d’une transition dirigée par des civils dans le respect de l’ordre républicain à travers un dialogue inclusif ».

Cette situation au Tchad vient démontrer une fois de plus combien les systèmes démocratiques dans les pays du sahel en particulier, en Afrique en général, sont fragiles dans leurs principes. Partout, on assiste à un véritable piétinement des valeurs démocratiques pour la défense d’intérêts personnels. Dans un tel contexte, difficile de songer à une réelle sortie de crise dans la région.

Fousseni Togola/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Après la mort d’Idriss Déby Itno, ex-président tchadien, l’un de ses fils le succède au trône.

    La pilule est certainement amère à avaler, mais le constat est sans équivoque : le Tchad est désormais devenu une monarchie militaire. A ce rythme, l’Afrique a vraiment du chemin devant elle…

    Pensées rebelles.

  2. SEMEUR, LABOUREUR,LE PAYSANT, LE FORESTIER! QUFAAROHW!😇LA DEMOCRATIE N EXISTE MEME PAS POUR TOUS EN EUROPE! IL YA DES ANIMAUX PLUS EGAUX QUE D AUTRES! 😇

    😊LA DEMOCRATIE A L OCCIDENTALE N EXISTE QU EN OCCIDENT, CE QU ILS PROMOTENT CHEZ NOUS N EST QU UNE AUTRE RELIGION ABRAHAMIQUE COMME L ISLAM LE CHRISTIANISME (PAS LE JUDAISME) PUISQUE POUR Y ENTRER IL FAUT DONNER LES FESSES A CARRESSER AUX JUDEOCHRETIENS OU AUX ARABES POUR LE CAS DE L ISLAM! DE TOUTES LES FACONS ON N AVANCERA JAMAIS EN SINGEANT D AUTRES QUI S IMPOSENT ! DONNE DES LECONS, ASSIGNENT DES DEVOIRS, CORRIGENT, NOTENT, ENCOURAGENT, PUNISSENT! ….VOUS COMPRENDREZ QUE C EST DU LARBINISME ET LA MANIPULATION!😊

  3. NOUS CONDAMNONS AVEC LA DERNIERE ENERGIE LE LACHE ASSASSINAT DU PRESIDENT IDRISS DEBY ET NOUS NOUS INCLINONS DEVANT SA MEMOIRE! NOUS NE SERONS PAS RECONNAISSANTS ENVERS AL MARHOUM DEBY ET LE VAILLANT PEUPLE TCHADIEN SI NOUS NE CONDAMNONS PAS LE COUP D’ETAT QUI A EU LIEU APRES LA MORT DE DEBY! LA CONSTITUTION DU TCHAD ET LES INSTITUTIONS DE SA REPUBLIQUE DOIVENT ETRE RETABLIES! LE TCHAD A DEPLOYE’ SES SOLDATS DANS PLUSIEURS PAYS SAHELIENS POUR LES AIDER A’ SE PROTEGER CONTRE LE TERRORISME. LE MINIMUM QUE NOUS PUISSIONS FAIRE POUR LE BRAVE PEUPLE TACHADIEN QUI TRAVERSE UNE PERIODE DURE AVEC CETTE MORT TRAGIQUE DE SON PRESIDENT, EST DE L’AIDER A’ PROTEGER SA CONSTITUTION ET LES INSTITUTIONS DE SA REPUBLIQUE! JE COMPRENDS LES EMOTIONS DE MAHAMAT IDRISS DEBY ET CELLES DES GENERAUX PROCHES DU DEFUNT PRESIDENT DEBY MAIS ILS DOIVENT SE RESSAISIR EN RETABLISSANT LA CONSTITUTION ET LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE DU TCHAD.
    IL FAUT CESSER D’INSULTER LES CONSCIENCES DE L’AFRIQUE!
    UN COUP D’ETAT NE DOIT ETRE ACCEPTE’ NULLE PART EN AFRIQUE! NOS PEUPLES AFRICAINS DOIVENT AVOIR LE DROIT DE CHOISIR LEURS DIRIGEANTS! L’AFRIQUE MERITE MIEUX!!!!!
    GOD BLESS CHAD
    GOD BLESS AFRICA
    GOD BLESS AMERICA

  4. il y a deux poids deux mesures en ce qui concerne la situation du Tchad. pourquoi l’ Union Africaine ne condamne pas ce coup d’ etat perpetre par ces soldatestes? Ou Alassane Ouattara qui se prend pour le defenseur de la demcratie?
    Et la France comme d’ habitute dit prendre act de cette decision des militaires, et puiaqu’ il sagit de la France, que cette France sache que son temps en Afrique continue par s’ eroder. la Jeunesse Africaine ne veut plus de la France sur son continent et tot ou tard la France sera chasser sur le sol Afrcain.
    Quand les militaires Malien ont decide de supporter les reclamations du peuple Malien en gommant l’ acient president nous avions touts vu comment Alassane Ouattara, la CEDEAO, l’ Union Africaine et la France ont tous crier coup d’ etat, coup d’ etat, pourquoi ils ne crie pas contre ces militaires Tchadien?
    Je vais etre claire avec cette mise en garde, le Tchad ne connaitra jamais la paix tant que ce gamin de 37 ans restaura au pouvoir, d’ ailleurs je lui donne 6 mois maximum, il partira comme son perd car les rebelles descendront sur N’Djamena dans les jours qui viennent.

    • L’esprit qui a rendu l’eslavage possible est toujouirs tres vivant! CES GENS DISENT MERDE AUX INTERETS SUPERIEURS DES PEUPLES AFRICAINS. TOUT CE QUI LES INTERESSE EST COMMENT CONTINUER A’ EXPLOITER LES RESSOURCES DE NOTRE CONTINENT!!!
      QU’ILS CESSENT D’INSULTER NOTRE CONSCIENCE!!!! LE MESSAGE EST TRES CLAIR EN ACCEPTANT LE COUP D’ETAT! LES PAYS AFRICAINS NE MERITENT PAS LA DEMOCRATIE. C’EST BIEN TRISTE!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here