L’union européenne sur le terrain à kati, kita et banamba : Un investissement de plus de 20 milliards de francs CFA au Mali

0

L’Union Européenne, à travers ses différents projets en cours au Mali, a procédé le mardi 30 et mercredi 31 janvier avec la presse à une visite guidée par Mme Delphine Aupicon chargée de programmes et d’information à l’UE. D’abord, ce fut à l’Agence Nationale d’Investissement des Collectivités Territoriales (ANICT) qui est une structure qui plaide auprès de l’UE pour les projets sur toute l’étendue du territoire national.

L’histoire de la coopération avec l’Union Européenne depuis une quarantaine d’années reflète une continuité d’action qui concerne de nombreux secteurs tels que le développement rural, l’éducation, la santé, l’hydraulique et les infrastructures en général.

Tout récemment, la coopération de l’Union Européenne avec le Mali a été amenée à se concentrer sur des secteurs comme les transports et les infrastructures routières, l’appui au renforcement institutionnel et la décentralisation, l’appui aux politiques macro économiques, la sécurité alimentaire, l’aide budgétaire et le développement rural durable. L’Agence nationale des investissements des collectivités territoriales (ANICT) à travers les 8e et 9e Fonds européens de développement bénéficie actuellement d’une enveloppe de 20 milliards de FCFA qui sera renouvelée par un montant équivalent.

Ces montants intégrés sont alloués à de nouveaux investissements communaux (infrastructures) qui couvrent l’ensemble du territoire et sont mis en œuvre par des petites et moyennes entreprises nationales.

Le programme, qui a un effet d’entraînement sur les autres bailleurs de fonds, a permis de financer 2 600 micro-investissements en 30 mois.

Quant aux secteurs des transports et des infrastructures routières au Mali, les ressources mobilisées s’élèvent actuellement à 126 milliards de FCFA (8e et 9e FED). L’Institut National de Formation en Sciences de la Santé (INFSS), est un établissement public à caractère scientifique et technologique avec un effectif de 800 étudiants. Il a été doté, sur fonds de l’UE, d’un bloc de 24 salles pouvant contenir chacune 50 étudiants. Une direction, une infirmerie, 12 cabines de toilette, la reconstruction de la clôture, un collecteur de drainage des eaux de pluie, la reprise totale du système électrique qui datait de 1965.

Le coût total de sa réalisation est 720 millions de FCFA. Les travaux ont été attribués au cabinet d’architecture et d’urbanisme de Ismaël Diallo. «Le projet au démarrage prévoyait 3 blocs de 24 salles et un amphithéâtre de1000 places, mais faute de financement, nous nous sommes limités pour le moment à un bloc, nous espérons continuer une fois les fonds collectés», a laissé entendre l’architecte Ismaël Diallo.

Le rôle de l’ANICT est de recevoir et d’allouer aux collectivités territoriales les subventions destinées à la réalisation de leurs investissements sous leur maîtrise d’ouvrage.

De même, elle garantit les prêts contractés par les collectivités pour le financement de leurs projets.

En 6 ans, l’ANICT a eu 50.276.837.300 FCFA de subvention et a réalisé 5.800 projets. S’agissant des perspectives de financement le Directeur de l’ANICT, Mohamed Ag Erlaf, affirme qu’elles sont bonnes, car elles prévoient 25 milliards de FCFA pour 2007, 14 milliards pour les engagements confirmés pour 2008 et 11 milliards pour 2009. Sur ce montant global de 50 milliards de FCFA, 30 milliards proviennent de l’UE.

A Diogaré à 25 km de Kati, l’ANICT a construit un centre de santé à 19 millions, une école à 9 millions et une mairie.

A Koulikoro, l’Assemblée Régionale a construit un nouveau bâtiment plus un ancien rénové à 80% par l’ANICT pour un coût de 80 millions de FCFA et le reste financé par l’Etat. Le président de l’Assemblée Régionale Baba Tounkara n’a pas manqué de souligner que «nous avons fait en 8 ans ce que l’Etat malien n’a pu faire en 40 ans».

DOUMBIA Fatoumata Mah KONE

Le tronçon Kati-Kita construit par l’entreprise Razel est butimé sur 50 km

L’étape de Banamba, un cercle situé à 180 km de Bamako dans la région de Koulikoro a également bénéficié d’un investissement de l’UE à travers le 8e FED dans le domaine de l’énergie solaire à travers son programme régional solaire (PRS) initié et mis en œuvre par le Comité Inter Etat de Lutte contre la Sécheresse (CILSS) au Sahel.

La convention de financement du PRS a été signée le 11 mai 2001 pour une durée de 6 ans pour 6, 5 milliards de FCFA.

Un avenant à cette convention portera la fin du programme à mai 2009 avec un budget supplémentaire de 3,3 milliards de FCFA.

A Banamba, le PRS a pour mission de contribuer à l’amélioration des conditions de vie et de santé des populations rurales pour un approvisionnement durable en eau potable.

La ville est dotée de 4 stations d’adduction d’eau dont 2 financées par Plan Mali et les deux autres par le PRS et une station thermique.

Dans la ville de Banamba, il y a 270 abonnés et 30 bornes fontaines dont la gestion est assurée par l’association des usagers de l’eau.

F.M.T.D

Commentaires via Facebook :

PARTAGER