Démission de Nancoma Keïta : La peur d’être chassé du Gouvernement

0

Nancoma Kéïta ministre de l’Environnement a démissionné du Gouvernement Pinochet la semaine dernière. Pourquoi une démission aussi tardive du seul représentant des tisserands dans le Gouvernement de consensus.rn

Le premier argument à l’origine de la démission du ministre serait d’éviter certainement qu’il soit démis de ses fonctions de ministre par le président ATT, qui vient d’infliger une fessée électorale à l’opposition dont le chef de fil est IBK, le président de son parti.

rn

Il se pourrait que le ministre Nancoma Kéïta qui demeure un  des barrons du RPM soit contraint de par ses responsabilités au sein du RPM à quitter l’équipe de Pinochet. Dans les coulisses, nous apprenons que l’ex ministre Nancoma Kéïta a été forcé par le président du parti à rendre sa démission avant qu’il ne soit chassé du Gouvernement. Toute chose qui pourrait être considérée comme une humiliation  dans le camp des tisserands. Il y a certains hommes avertis de la classe politique qui avancent qu’avec le probable retrait politique de Ladji Bourama, Nancoma Kéïta pourrait devenir le fer de lance des tisserands. Qu’à cela ne tienne, la démission de Nancoma Kéïta du ministère de l’Environnement ne peut avoir d’autres raisons, que celles d’éviter l’humiliation après la défaite cinglante infligée à son candidat par le Général Président ATT lors de l’élection présidentielle du 29 avril 2007.

rn

Récemment, ils étaient nombreux au sein de la classe politique qui se posaient la question de savoir ce que faisait encore le ministre RPM dans le Gouvernement de consensus, d’autant plus que le pacte signé au lendemain des présidentielles de 2002 avait été cassé par IBK.

rn

Que dire alors de tous ces propos non courtois lancés lors de la campagne présidentielle, par les candidats se réclamant de l’opposition (non légale) à l’endroit du candidat Amadou Toumani Touré? La démission de Nancoma Kéïta, est même qualifiée par certains comme une défaite et non une démission.

rn

Par Zhao Ahmed Bamba

rn

 

rn

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER