Le Pen défie Sarkozy sur la dalle d''Argenteuil

0

ARGENTEUIL, Val d”Oise (AP) – Jean-Marie Le Pen a passé vendredi une demi-heure sur la dalle d”Argenteuil, y défiant un Nicolas Sarkozy qui ne parvient pas à y retourner. Cette visite éclair a eu lieu en matinée dans un quartier quasi-désert, mais cela a suffi pour le candidat du Front national à "prouver que pour la France nationale, il n”y a pas de zone de non-droit".

La destination a été tenue secrète jusqu”à la dernière minute. "Je ne tenais pas à ce que la mairie d”Argenteuil et les organisations gauchistes me préparent le même accueil que celui que j”ai reçu hier à Sciences-Po", s”est justifié M. Le Pen.

Du coup, c”est dans un quartier quasi-désert que le président du FN, escorté par sa fille Marine, quelques gardes du corps et une nuée de journalistes, a débarqué. Quelques femmes voilées ont applaudi à son arrivée, alors qu”une autre habitante d”Argenteuil lançait: "Rentrez chez vous! On n”a pas besoin de vous! Dégagez!".

Le président du FN s”est fendu d”une déclaration devant de rares badauds. "Vous êtes les branches de l”arbre France. Vous êtes des Français à part entière", a-t-il lancé vers les tours. "Pour moi, vous êtes ni des potes, ni des blacks, ni des beurs, vous êtes des citoyens français".

Et "si certains veulent vous ”kärcheriser” pour vous exclure, nous voulons, nous, vous aider à sortir de ces ghettos de banlieue où les politiciens français vous ont parqués pour vous traiter de racaille par la suite", a-t-il ajouté. Et de vanter les mérites de la "préférence nationale".

Car le Front national estime que ce discours pourrait séduire une population d”origine immigrée mais de nationalité française. Sur ses affiches de campagne, le FN met d”ailleurs pour la première fois en avant une jeune femme d”origine maghrébine. M. Le Pen assure qu”il "serai(t) heureux de recevoir le vote aussi des populations de ces quartiers puisque je les considère comme des Français".

Mais il s”agissait surtout de défier un Nicolas Sarkozy interdit de séjour à Argenteuil depuis qu”il y a traité des jeunes de "racaille" en 2005. "Je vais là où il ne va pas", alors qu”il "a quand même d”autres moyens que moi d”y aller", a constaté M. Le Pen.

Jean-Marie et Marine Le Pen ont dialogué pendant quelques minutes avec les quelques habitants présents, posant même pour quelques photos.

Certains étaient néanmoins hostiles, comme Kader, qui n”a pas souhaité donner son nom de famille. "Nous, les jeunes issus de l”immigration et français, on a compris ce qui se passait en ce moment. On sait qu”il y a un enjeu", a-t-il lancé, brandissant sa carte électorale devant les caméras.

"Il a rien à faire ici. Il sait très bien que personne va voter pour lui", assurait Bad, 19 ans, d”origine marocaine. Nicolas Sarkozy et lui, "c”est des frères jumeaux". Pourtant, le candidat UMP lui fait "plus peur" que celui du FN qui, avance-t-il, "sait parler" et "a plus d”expérience". Nicolas Sarkozy", lui, "il nous a insultés. C”est un homme dangereux".

De toute façon, Bad votera "malheureusement pour Ségolène", bien qu”il lui reproche de ne pas avoir assez d”expérience pour ne "pas recommencer l”expérience de 2002". Y a-t-il des électeurs FN au Val d”Argent? "Oui, mais il n”osent pas se montrer".

"Il est bien gentil de venir ici faire son petit discours sur les jeunes, mais y a pas de jeunes", s”étonne Myriam, une lycéenne de 17 ans, supportrice de François Bayrou (UDF). "Pourquoi il vient pas à 16h? Là où il y a du monde?".

Au total, la visite s”est déroulée dans le calme. A peine quelques mots d”oiseau ont-ils accompagné M. Le Pen quand il a regagné sa voiture un peu précipitamment: "les sbires de la mairie arrivaient", expliquera-t-il ensuite. Mais "ils sont arrivés trop tard!".

"Maintenant, on vous amène à Neuilly", a plaisanté une Marine Le Pen visiblement ravie devant les journalistes. Une deuxième étape en banlieue était bien prévue vendredi matin, mais elle a été annulée, sans explications.

AP

Commentaires via Facebook :

PARTAGER