SUITE AUX AGRESSIONS DES DOUANIERS DE KIDAL : L’armée perquisitionne le campement du député Alghabass et enlève un jeune

0

Vu l’atmosphère quasi instable qui règne depuis quelques mois dans la partie septentrionale de notre pays, il suffit de très peu, pour que la population, qui a, et continue d’avoir en mémoire, le spectre des années précédentes, soit sur ses qui-vive. C’est ce qui explique le climat tendu qui a été constaté ce week-end dans la région de Kidal, suite à la sortie inattendue de l’armée et la fouille du campement du député Alghabass.

ll devient de plus en plus impossible, même pour les spécialistes de la médiation et des gestions des conflits, de déterminer la nature de la paix qui doit être instauré  dans le Nord de notre pays. L’on serait d’ailleurs tenté de dire que toutes les stratégies, jusque là inventées par les hommes, s’avèrent désormais sans effet.

Sinon, comment comprendre qu’au moment où d’un côté, certains s’agrippent sur les opportunités de paix, de l’autre côté, d’autres continuent de jeter l’huile sur le feu.

Autrement dit, pendant que les plus hautes autorités font tout leur possible pour calmer les ardeurs et les tensions, à l’intérieur du pays, certains faux faiseurs de loi, poussés et animés par la haine imposent leur diktat et sèment la terreur.

En milieu de semaine, comme pour engager une riposte aux agressions dont ont été victimes certains douaniers de Kidal, une patrouille de l’armée de la même région a effectué une descente impensable dans certains campements, dont celui du député Alghabass. Cette descente, en plus de son caractère intrépide, a contribué à semer la terreur dans les esprits d’une population qui ne se tient plus que sur un pied. Selon une source digne de foi, l’armée de cette partie de note pays, qui a toujours respecté les ordres de sa hiérarchie, serait en rupture de ban avec cette dernière.

Elle a alors décidé d’appliquer la politique d’action avant l’ordre. Toute chose qui va a l’en contre des principes de base de toute armée. Voilà pourquoi, sans attendre l’ordre de qui que ce soit, les soldats de l’armée nationale ont, de leur propre chef, organisé cette perquisition.

Si au retour de cette visite inopiné l’armée est revenue avec une voiture 4×4, deux armes automatiques et a arrêté un jeune du campement, il faut souligner qu’elle a aussi sérieusement semé la terreur dans la localité de Tin-Essako. Certains campements environnants, après avoir appris la présence de l’armée, pris de peur, ont systématiquement pris la tangente.

Ce qui fait que le travail entrepris pour effectuer le retour des déplacés est entrain d’être réduit à zéro. Où est donc passé le message du chef de l’Etat au lendemain de l’attaque des camps de Kidal ? Ce message qui instruisait à la nation malienne de rester sereine et d’éviter de faire l’amalgame. Cette attitude de l’armée de Kidal est plus que de l’amalgame. Ne connaissent t-ils pas, ces soldats, le chemin de Tegargart ? Ne savent t-ils pas que les agresseurs des douaniers étaient connus par ceux-ci ?

Alors pourquoi ne pas demander à ces douaniers de leur servir de guide pour  poursuivre ces bandits ? Voilà, entre autres, des principes qui auraient dû être appliqués et auraient pu être honorant pour l’armée. 

Ce qui est sûre, de tels comportements ne serviront qu’à ternir l’image des forces de sécurités et contribueront à détériorer le climat de paix qui est entrain de s’instaurer dans cette zone.  Au moment où nous mettions sous presse, le jeune homme arrêté était toujours en détention.

Sa famille aussi bien que sa fraction réclame sa libération sans condition. Hier matin, à la première heure, le député Alghabass a été aperçu dans les locaux du gouvernorat de Kidal où il a été reçu par le chef de l’exécutif régional. Les échanges qui se sont déroulé à huis clos devaient en principe se tenir au tour de la question de perquisition et aussi de l’arrestation du jeune homme.

 

A suivre !

Makan KONE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER