Presse : Prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation : Le Mali à nouveau sur le podium Et de deux pour le Mali !

0

Cette année, le Mali est également à l’honneur dans la catégorie « enquête télévision ». C’est notre confrère Maliki Diallo, journaliste à Renouveau TV et l’un des correspondants de TV5, qui a obtenu le prix de la meilleure enquête télévisuelle sur le continent. Le sujet ? Il s’agit d’une enquête de 26 minutes sur l’utilisation des pesticides dans les poissons fumés. Au Mali, l’Attelic et le K-Othrine étaient les produits officiellement autorisés sur les poissons depuis 1989. Mais, plus de 30 ans après, ils ne sont plus disponibles sur le marché. Face à cette situation et à l’inaction des services techniques de l’État, les pêcheurs et mareyeurs ont recours à des pesticides et à des méthodes traditionnelles de conservation pour protéger les poissons fumés, séchés et brûlés contre les insectes nuisibles et autres bactéries indésirables. De nos jours, le produit le plus utilisé est le NOPEST. Fabriqué au Nigéria, il est hautement toxique pour la santé des consommateurs, tout comme l’est la conservation par salaison.

Maliki Diallo et Serge Daniel, les deux journalistes avec leurs prix Norbert Zongo du journalisme d’investigation sur le continent africain.

Pour sa passionnante enquête, Maliki Diallo a également reçu la somme d’un million de francs CFA.

En 2019, Serge Daniel, journaliste-écrivain, avait obtenu, au titre du Mali, deux trophées Norbert Zongo, dont celui du meilleur journaliste d’investigation sur le continent africain. L’œuvre doublement primée est une enquête fouillée sur les trafics – notamment de drogue – dans le Sahel. Dans le compte-rendu de l’investigation, le journaliste, qui s’est rendu sur le terrain, a publié la seule photo qui existe à ce jour des restes d’un avion bourré de cocaïne qui a terminé sa course dans le désert malien, il y a une dizaine d’années. Pour récompenser l’œuvre du journaliste Serge Daniel, outre les deux trophées, le jury lui avait également attribué la somme de deux millions de francs CFA.

Pour rappel, Norbert Zongo est le journaliste d’investigation et fondateur du journal L’Indépendant, au Burkina Faso, qui a été assassiné, en 1998, sous le régime de Blaise Compaoré.

C’est pour honorer la mémoire de ce journaliste qu’un Prix d’excellence en journalisme d’investigation a été institué en son nom, depuis 2011, par le Centre national de la presse Norbert Zongo.

Le Prix s’adresse aux journalistes africains régulièrement employés dans un organe de presse ou collaborant avec des organes de presse africains, rapporte Seneweb. Les travaux acceptés pour le concours, selon les critères prévus, devaient être publiés ou diffusés en français ou en anglais, entre le 3 mai 2019 et le 3 mai 2021, dans l’une des 3 catégories proposées : presse écrite, radio et télévision presse en ligne.

L’auteur (ou autrice) de la meilleure production journalistique recevra le “Segbo d’or” et la somme de 1 million de francs CFA supplémentaires, en plus du trophée de meilleur journaliste d’investigation africain et de 1 million de francs CFA prévus par l’organisation.

Le concours est ouvert aux trois médias de presse, écrite et audiovisuelle. Pour la presse écrite, les candidats ont transféré l’original et la photocopie de l’article soumis. Pour ce qui est de la télévision, ils ont soumis deux copies DVD pour le sujet choisi ou le fichier numérique. Et enfin, pour la radio, ils ont envoyé deux CD du sujet ou le fichier.

Les membres du jury sont composés de 5 à 7 membres au plus, choisis « parmi des journalistes, professionnels émérites des médias et des militants de défense de la presse et des droits de l’homme de renommée établis sur le continent africain ».

Ce jury qui comprend des professionnels de l’Afrique francophone et anglophone est très rigoureux et, de l’avis des experts, délibère en toute indépendance. Aucun lobbying n’est possible.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here