Zimbabwe: l''UA exige le respect scrupuleux des droits de l''Homme""

0

ADDIS ABEBA (AFP) – samedi 17 mars 2007 – 12h15 – L”Union africaine (UA) a demandé samedi dans un communiqué "le respect scrupuleux" des droits de l”Homme et "des principes démocratiques" au Zimbabwe, exhortant les parties zimbabwéennes "à s”engager dans un dialogue sincère et constructif".
"Le président de la Commission de l”UA, Alpha Oumar Konaré, a suivi avec une grave préoccupation les événements récemment intervenus au Zimbabwe", indique le communiqué transmis samedi à l”AFP.

M. Konaré "rappelle la nécessité du respect scrupuleux des droits de l”Homme et des principes démocratiques au Zimbabwe, conformément à l”Acte constitutif de l”UA", ajoute le texte.

Le président de la Commission exhorte "toutes les parties concernées à s”engager dans un dialogue sincère et constructif en vue de surmonter les problèmes auxquels le Zimbabwe est confronté".

Le chef de l”opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, et une cinquantaine de ses partisans avaient été arrêtés dimanche 11 mars dans la capitale zimbabwéenne, Harare, avant un rassemblement interdit contre le régime du président Robert Mugabe, et violemment réprimé par les forces de l”ordre. Les images de ces dirigeants aux visages tuméfiés avaient provoqué de vives réactions de la communauté internationale.

En visite à Londres, le président en exercice de l”UA, le chef de l”Etat ghanéen John Agyekum Kufuor, s”était dit mercredi "préoccupé" par la situation au Zimbabwe, qualifiant la situation dans ce pays de "très embarrassante".

"Nous n”avons peut-être pas épuisé tous les moyens qui nous permettraient d”avoir plus prise sur la situation afin qu”elle puisse revenir à la normale", avait-il reconnu. "L”UA veut faire quelque chose (…) mais elle est confrontée à beaucoup de défis", avait-il ajouté.

Le président Mugabe, 83 ans et à la tête du Zimbabwe depuis 27 ans, a menacé vendredi d”expulser les diplomates des pays occidentaux qui le critiquent.

De son côté, Londres a estimé vendredi que les actes de Mugabe se situaient "à la limite des crimes contre l”humanité".

Les trois pays chargés par la Communauté de développement d”Afrique australe (SADC) des contacts avec le Zimbabwe (Tanzanie, Namibie, Lesotho) doivent se réunir à Dar es-Salaam (Tanzanie) les 26 et 27 mars pour tenter notamment "d”aider à trouver une solution à la crise" dans ce pays d”Afrique australe.

Source: AFP du 17 mars 2007

Commentaires via Facebook :

PARTAGER