Ecoles : Un grand mouvement des enseignants en vue

2
Grève répétée des enseignants : Les parents lancent un appel au gouvernement et aux syndicats

Sit-in devant les établissements sur toute l’étendue du territoire, marche sur la Primature, exécution d’un mot d’ordre de grève de quinze jours… les syndicats signataires du 15 octobre 2016 envisagent un mouvement de protestation la semaine prochaine pour se faire entendre. Les actions annoncées sont prévues du lundi 8 au mercredi 10 janvier.

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga n’aura certainement pas de délai de grâce face aux revendications sociales. Après la marche du Collectif des femmes de l’Huicoma jeudi 4 janvier, les syndicats signataires du 15 octobre 2016 (Synesec, Syneb, Syldef, Synefct, Sypesco, Fenarec) décident de se faire entendre par les autorités pour le respect des engagements signés.

Selon le secrétaire général du Syndicat national de l’éducation de base (Syneb), Amadou Coulibaly, le protocole d’accord avec le gouvernement relatif à l’adoption d’un statut autonome de l’enseignant, l’harmonisation des salaires des enseignants maliens sur ceux de la sous-région, l’augmentation de l’indemnité spéciale de responsabilité pour les enseignants des catégories A, B et C, la régularisation de la situation administrative et financière des camarades sortants de l’EN Sup (nouvelle formule) au même titre que ceux de l’ENI et de l’IPR-Ifra et la conformité de la relecture de l’arrêté 3282 du 11 août 2016 avec les recommandations de la lettre de protestation des différents syndicats n’a pas été honoré.

Le préavis de grève exécuté n’a pas permis aux acteurs d’accorder leurs violons. Les divergences restent visibles entre les deux parties au sujet de la nature du statut.

“Pour le respect des engagements relatifs au statut de l’enseignant, nous envisageons un mouvement de protestation. D’abord le lundi, tous nos militants seront en sit-in devant les établissements sur toute l’étendue du territoire. Le mardi la marche sur la Primature aura lieu pour remettre une doléance au PM. Ensuite, l’exécution d’un mot d’ordre de grève de 15 jours. Il faut que le statut de l’enseignant malien change et il doit changer”, a martelé Amadou Coulibaly.

Bréhima Sogoba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Il vaut mieux améliorer les conditions des enseignants que de laisser dilapider les sous dans des affaires de surfacturation, de faux et usage de faux

    Les enseignants ont raison de gréver.
    Les plus gros voleurs sont primés par IBK au lieu de faire la prison.
    Le rapport du vérificateur impliquant Soumeylou vient de se solder par sa nomination en tant que 1er ministre.
    Toumani Djimé Diallo par qui les imitations de signature du président, les surfacturations et le scandale de l’afaire Kagnassy sont arrivés vient d’être nommé comme ambassadeur du Mali à Paris après avoir été nommé ambassadeur en RCI et en Allemagne.
    Sambi Touré est entrain de digérer tranquillement son argent volé et Benbarka et Ben Katra sont promus à de nouvelles fonctions.

    Qu’IBK et ses proches soient voleurs et incompétents, ça crève les yeux.
    Ce qui n’est pas compréhensible et qui relève de la malédiction, c’est de s’attendre à du bien de leur part, c’est surtout la passivité maladive du Peuple Malien.

    Il vaut mieux mettre les travailleurs dans les conditions que de laisser l’argent public volé par des prédateurs déjà repus de nos deniers publics.

  2. De quoi est-il question au juste? Le statut autonome veut dire quoi en claire? Les revendications des enseignements consistent à quoi réellement? Voilà une problématique que je pose quand je vois des gens faire du chantage à l’Etat en brandissant une année blanche qui sacrifierait l’avenir de nos enfants. Mais une réponse commune à toutes ces questions et la plus plausible. C’est à cause de l’argent. L’égocentrisme est le premier vice à combattre au sein de la société malienne.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here