En partenariat avec l’Ong Save the Children : L’école de maintien de la paix a initié 26 cadres africains aux opérations de maintien de la paix

0

C’est dans  le cadre de sa mission de formation des cadres africains sur les opérations de maintien de la paix dans l’espace CEDEAO et dans le monde que l’EMP a outillé 26 cadres civils, militaires et gendarmes sur les droits des enfants en situation de conflit armé. Ainsi, les bénéficiaires sont venus des pays de la sous-région pour prendre part à cette rencontre de haut niveau organisée par le centre d’excellence de la CEDEAO afin que la protection des enfants devienne une réalité.

Durant deux semaines, les participants à cet atelier, ont été formés sur de différents modules dont l’objectif est de sensibiliser un large public sur la protection des enfants, quelles que soient les circonstances et la situation des enfants. Ainsi, les échanges au cours de cette formation des formateurs ont porté sur les questions de protection des enfants et leurs droits par le personnel des opérations de maintien de la paix. La pratique des attitudes et des aptitudes d’un bon facilitateur en matière de droits et la protection des enfants affectés par les conflits ont été dispensées au cours de cette session. Les différents modules dispensés par les éminents instructeurs de l’Ecole de maintien de la paix de Bamako ont permis aux stagiaires de comprendre la nature profonde, complexe et vulnérable des enfants en situation de conflit armé.

Tous les stagiaires ont été convaincus par le fait que les conflits armés traumatisent les enfants, les exposent aux exploitations sexuelles et les séparent de leurs familles et souvent de la communauté. Le directeur général de l’Ecole de maintien de la paix, Moussa Sinko Coulibaly a manifesté toute sa satisfaction du contenu des différents modules dispensés au cours de cet atelier destiné à mettre à niveau les formateurs venant des pays de la sous-région.

Il a ainsi demandé la disponibilité de tous les participants afin qu’ils soient déployés partout dans l’espace CEDEAO et dans le monde dès que le besoin sera exprimé par l’Union Africaine et même les Nations unies.

   Cléophas TYENOU  

Commentaires via Facebook :

PARTAGER