Adresse du premier ministre aux maliens : «Unis, nous pouvons tout. Désunis, nous tombons tous»

3

Au moment où le monde entier a compris qu’il est plus opportun de soutenir notre pays pour qu’il puisse se sortir de ce bourbier, il était aussi nécessaire pour le Premier ministre de s’adresser à la Nation. Afin d’appeler les uns et les autres à l’union sacrée laissant de côté les égos politiques pour s’atteler à l’essentiel. Il s’agit en premier essor à la libération des 2/3 de notre territoire et puis l’organisation d’élections libres, transparentes et acceptées de tous. D’où cette adresse de ce samedi au peuple.

Cheick Modibo Diarra, PM

Devenue sport favori au Mali, la critique sans fondement ni raisonnement, prend chaque jour du poids dans notre pays. La course pour le triomphe du ‘’je’’ s’est ajoutée au lot jusqu’à oublier le sens de l’intérêt général. Face aux préoccupations nationales, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra (CMD) s’est adressé à la nation, le samedi dernier, dans une déclaration télévisée.

A l’entame, il a salué la coopération des pays amis à savoir la France, l’Algérie et le Burkina Faso, dans la résolution de la crise du nord. Même si la guerre est une solution envisageable, CMD n’a pas  caché la possibilité du dialogue. Ainsi, il souligne : « Nous sommes prêts à dialoguer avec les frères égarés…» Il ajoutera que personne ne nous imposera une religion et que la question de fédération est hors débat. Donc, le Mali est et restera Un et Indivisible. Et qu’à ce sujet, pour le recouvrement des territoires occupés, notre Armée nationale est plus que mobilisée et décidée. Ce qui, dit-il, se fera avec le soutien de nombreux partenaires de la sous région, de l’Afrique et du reste du monde.  Au vu de la situation actuelle notamment abordant le sujet des concertations nationales, CMD soulignera que c’est l’occasion de regrouper tous les Maliens et non de les diviser. Alors, il estime : «Qu’on taise les ambitions politiques  légitimes, car unis nous pouvons tout et désunis, nous tombons tous… », et d’ajouter que : «nos querelles personnelles sont un luxe pour le moment»

Sachant que depuis un certain temps, la question de sa candidature fait tabac dans la presse et dans les états majors politiques. Pour couper court aux supputations et suspicions, CMD se sent trop chargé pour y penser actuellement. Pour cela, il dira que : « ce serait ridicule de parler d’élections en ces moments difficiles pour nos compatriotes du nord.»

Quoi qu’il en soit, ayant dans son escarcelle un programme très chargé et dans son subconscient des ambitions trop fortes pour le Mali, CMD ne jure que de la libération du Nord du pays. Et puis, tout peut arriver.

Ousmane COULIBALY

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Je suis avec vous pour que le président s’adresse à la Nation et que ce rôle doit lui venir mais alors s’il est amorphe, peureux et attentiste va-t-on rester à se contempler certainement que non! Donc, laissons CMD jouer le jeu pour la survie de l’Etat

  2. …”il était aussi nécessaire pour le Premier ministre de s’adresser à la Nation.”…

    Non, non, et NON!!! 😈 😈 😈 😈 Il y a un PRESIDENT pour s’adresser à la nation!

    Mais avec son égo surdimensionné, ce mégalomane imbu de lui-même ne rate pas une occasion de se mettre sur le devant de la scène, et quitte à violer les usages et la bienséance politique les plus élémentaires!… Ce carriériste assoiffé de pouvoir n’hésite pas à se comporter en “patron” du Mali!!!

    CMD en tant que 1er ministre n’avait rien à foutre là, c’était la place du Président et de personne d’autre!!!

    Dommage que ses dangereuses ambitions personnelles soient inversement proportionnelles à aux résultats concrets de sa gestion (ou plutot de son absence de gestion! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  3. CONCERTATIONS NATIONALES AU MALI : SUR QUOI DOIVENT-ELLES PORTER, QUI DOIT LES PILOTER ET QUELLE EST LA CONDITION DE LEUR UTILITÉ ET DE SORTIE DE LA CRISE ?

    LE HAUT CONSEIL D’ÉTAT ET SES COMPOSANTES, ATTENDUS PAR LES MALIENS, DOIVENT JOUER UN RÔLE MOTEUR DURANT LES CONCERTATIONS NATIONALES ET ASSURER L’INTERFACE AVEC LE MÉDIATEUR.

    LEURS DÉPLOIEMENTS DEVIENNENT URGENTS.

    Bonjour,
    Les Maliens doivent promouvoir tout ce qui rassemble et intègre les énergies pour répondre à leurs préoccupations communes telles que la vision partagée sur le futur souhaité, la restauration de l’intégrité territoriale, de l’ordre constitutionnel, de la paix et de la sécurité, la démocratie et les élections et la décentralisation mais aussi le développement durable et équitable, la réconciliation et l’intégration équitable des communautés dans un cadre unifié, démocratique, décentralisé et sécurisé.

    Les aspects vision partagée, restauration de l’intégrité territoriale, de l’ordre constitutionnel, de la paix et de la sécurité, démocratie, élections et décentralisation (qui doit jouer un rôle important) sont des PRÉALABLES INDISPENSABLES pour les autres aspects à savoir le développement durable et équitable et la réconciliation et l’intégration équitable des communautés dans un cadre unifié, démocratique, décentralisé et sécurisé.

    Mais ces derniers aspects doivent faire partie du FUTUR SOUHAITÉ par les Maliens afin de satisfaire leurs besoins et assurer leur bien-être collectif.

    La vision partagée intégrera les objectifs à atteindre, les politiques et les stratégies à mettre en œuvre pour répondre à cette vision et atteindre les objectifs retenus. Elle constitue la feuille de route. Elle est indispensable. Elle est le préalable des préalables.

    On comprend pourquoi la CEDEAO, lors de la session extraordinaire de la conférence des chefs d’États et de gouvernements qui a eu lieu à Abuja, le 11 novembre 2012, a demandé au Président de la République du Mali, de fournir la feuille de route urgemment.

    Devant concerner et intégrer tous les Maliens, les concertations nationales ne doivent pas se polariser uniquement sur les préalables, certes indispensables, mais aussi et surtout sur le futur souhaité par les Maliens. Elles doivent avoir des ramifications régionales pour fédérer tous les besoins et les préoccupations des communautés et de tous les Maliens.

    Contrairement aux termes de références de ces conférences nationales, qui font référence de façon limitée au futur souhaité et qui se focalisent surtout sur les préalables, ces dernières seront plus utiles si elles donnent une place importante au futur souhaité par les Maliens et à la prise en compte de leurs besoins.

    Un comité national de concertation doit être crée pour piloter ces concertations nationales. Le haut conseil d’État et ses composantes, commission aux négociations et comité national de transition, sont attendus pour jouer un rôle moteur durant ces concertations nationales et pour assurer l’interface avec le médiateur.

    Lors des concertations nationales, les Maliens, y compris au niveau des régions, doivent travailler ensemble pour définir le futur souhaité afin de sauver durablement le Mali et de garantir l’unité, la paix, la sécurité et la réconciliation nationale.

    C’est à cette condition que les concertations nationales seront plus utiles et la crise Malienne sera résorbée durablement.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanssane@yahoo.com

Comments are closed.