Le Ministère de la Culture contre l’Emploi : Situation des postes vacants à la Direction Nationale des Bibliothèques et de la Documentation

9
Le ministre de la Culture de l'Artisanat et du Tourisme, Mme N'Diaye Ramatoulaye Diallo
Le ministre de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo

Comme nous l’annoncions dans notre précédente Edition, la création d’emplois pour les jeunes doit être l’une des super priorités du Gouvernement parce que comme le disait si bien le Poète Victor Hugo, le cerveau de l’oisif est l’atelier du diable. Les statistiques font état d’un accroissement fulgurant du taux de chômage chez les  jeunes au Mali. Une République qui est devenue celle des Retraités où 3 maliens sur 5 ont moins de 25 ans avec un taux de chômage en 2015 de 15,4% pour les 15-39 ans. Cette situation qu’on peut qualifier de « bombe à retardement» doit être très vite désamorcée  par la création d’emplois décents pour canaliser les jeunes qui sont de plus en plus attirés par l’Eldorado occidental et même par le Jihad. Nous croyions la lutte contre le chômage engage quand le gouvernement avait l’année le contrôle physique des fonctionnaires de l’Administration. Une si belle action est restée inachevée parce que dans ce pays on a refusé très longtemps la transparence et l’efficacité dans les actions publiques. Ce qui explique qu’à la date  d’aujourd’hui personne ne sait quels sont les résultats de ce contrôle physique. Partout où ce contrôle a été fait avec sérieux on s’est rendu compte qu’il y avait énormément de travail fictif  que certains tapis dans l’ombre continuaient à faire vivre pour continuer à percevoir des « salaires de morts »  qui auraient pu servir à créer des emplois pour bien des  chômeurs  endurcis en  quête d’un premier emploi. Et l’Etat refuse toujours de publier en  début de chaque année la liste complète de tous les fonctionnaires en âge d’aller à la retraite pour que les processus de leur remplacer soient préparés à bon escient.  Ce sont ces genres de question dont devrait  s’auto saisir le Conseil national de la Jeunesse qui a mandat et vocation de défendre les intérêts supérieurs de la jeunesse.

 

Le constat est amer. Le Mali serait-il en crise de cadres ? La jeunesse serait-elle moins mature et sans expérience pour assurer une relève à la hauteur des ambitions du Mali de nos rêves ?  Le passage de témoin générationnel reste problématique. Les fruits de l’école Malienne ne seraient-ils plus compétitifs du tout ? Peut-on parler de relève et d’avenir en refusant de pourvoir aux postes vacants dans l’Administration ?  La question que l’on se pose aujourd’hui est celle de savoir pourquoi créer des directions avec des cadres organiques si l’on est pas capable au final de pourvoir aux recrutements nécessaires pour le bon fonctionnement du service. C’est hélas le cas de la Direction la Direction nationale des Bibliothèques et de la Documentation du Ministère de la Culture (DNBD). Depuis des années cette Direction n’est que l’ombre d’elle même.

Brève présentation du service 

Créée par Ordonnance N° 01 – 028/P – RM du 02 août 2001, la Direction Nationale des Bibliothèques et de la Documentation a pour mission d’élaborer les éléments de la politique nationale en matière de bibliothèque et de documentation et d’exercer le contrôle technique sur les bibliothèques et les centres de documentation. La Direction nationale des Bibliothèques et de la Documentation comprend trois (03) divisions : la Division Bibliothèque Nationale (DBN), la Division Documentation (DDOC), la Division Informatique, Formation et Normalisation (DIFN).

La Division Bibliothèque Nationale comprend cinq (05) sections :

  • la Section Acquisition, échanges, tri et dépôt légal ;
  • la Section Catalogage et bibliographie ;
  • la Section Périodiques, cartes et plans ;
  • la Section Communication ;
  • la Section Reluire et restauration.

La Division Documentation comprend trois (03) sections :

  • la Section Politique documentaire et suivi des centres de documentation ;
  • la Section Publication et reprographie ;
  • la Section Recherche documentaire.

La Division Informatique, Formation et Normalisation comprend trois (03) sections :

  • La Section Informatique ;
  • La Section Formation ;
  • La Section Normalisation.

Situation des postes vacants 

Au total, la Direction nationale des Bibliothèques et de la Documentation compte trois (03) divisions et onze (11) sections. Au jour d’aujourd’hui une seule division possède un chef de division et quatre (04) sections possèdent des chefs de section. Les deux divisions et les sept sections sont sans chefs de division et chefs de sections et mêmes des intérimaires. A ces postes vacants, on peut ajouter celui du chef de la cellule Communication, qui a aussi rang de chef de division de service central.

 

Selon le Décret N°09- 712/P-RM  du 31 décembre 2009, les divisions, la cellule de communication et les sections sont dirigés par des chefs de division, de chef de la cellule de communication et des chefs de section, nommés par arrêté pour les chefs de division et le chef de la cellule et par décision pour les chefs de section du ministre chargé de la culture sur proposition du Directeur National des Bibliothèques et de la Documentation. Le poste de chef de la division Informatique, Formation et Normalisation était vacant depuis Mars 2013, lorsque le détenteur était nommé au poste de Directeur national adjoint. Quant à celui de la division documentation depuis le 31 décembre 2013 lorsque son détenteur a fait valoir ses droits à la retraite. Les postes de chef de la Cellule Communication et des sections n’ont jamais été occupés officiellement, même une simple note de service du Directeur national pour assurer l’intérim. Au jour d’aujourd’hui, les dix (10) postes restent vacants, même pas des intérimaires.

 

Il est important de signaler que les rôles des chefs de division et des chefs de section sont très déterminants pour la bonne marche et surtout pour l’élaboration de la politique du service. Car sous la responsabilité du Directeur, les chefs de division préparent les études techniques, les programmes d’action concernant les matières relevant de leur secteur d’activités, procèdent à l’évaluation périodique des programmes mis en œuvre, coordonnent et contrôlent les activités des sections. Quant aux chefs de section, ils fournissent aux chefs de division des éléments indispensables à l’élaboration des études et programmes d’action, procèdent à la rédaction des directives et instructions concernant leur secteur d’activités.

 

Etant donné que l’essentiel des activités de la Direction Nationale des Bibliothèques et de la Documentation est fourni par les trois divisions et les onze sections, on peut déduire que ce service central ne fonctionne pas normalement. Car, il y a trop des postes vacants.

 

Direction Nationale des Bibliothèques et de la Documentation (DNBD) : tableau des postes vacants
Le Ministère de la Culture contre l’Emploi :  Situation des postes vacants à la Direction Nationale des Bibliothèques et de la Documentation

La rédaction avec Correspondance particulière

 

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Le Directeur de cette structure s’appelle Mamadou Demba SISSOKO, les gens disent que lors des Conseils de Cabinet, il ne fait que dormir voire ronfler. Pas étonnant qu’il ait un si gros ventre.
    Son adjoint, est affectueusement appelé par les agents: “Le petit méchant Sidibé”.
    Wa Salam!!!

  2. Ah Bon !!!? Il y a des bibliothèques à Bamako ? Où ?
    Je sais qu’il y a une salle de cinema mais des bibliothèques !! ?
    Et qu’est ce qu’on trouve dans ces bibliothèques ?

  3. Une structure qui existe depuis 2001 et qui malgré l’existence en son sein de Sections et Directions manque de personnels pour ces postes vacants ne saurait être de la responsabilité d’un Ministre nouvellement installé en 2015.
    Non a la MECHANCETE GRATUITE; Rama n’y est pour rien.

    • Comme toujours toi tu es trop bête… tu sautes sur tous les articles de presse pour laisser un commentaire sans discernement 👿 👿 En lisant ce sujet on comprend vite que ce n’est pas un journaliste malien qui a fait ce boulot. Un détracteur de cette dame ou une personne comme d’habitude pressée d’avoir une promotion, donne une lettre rédigée par lui même à ce journal qui signe La Rédaction. A chaque fois que tu vois un article signé la rédaction dans ce pays, ça vient rarement du journal. Sinon en lisant le tableau en bas, tu vois que que c’est depuis 2013. Celle est devenue ministre il y a combien de mois???? Encore un manque de professionnalisme de nos journalistes, vous vivez dans le même pays et dans la même ville, pourquoi ne pas interroger d’autres personnes ressources de façon indépendante pour mieux comprendre? Je l’ai toujours dit sur ce forum d’éviter, nos journalistes sont nuls, n’utilisez pas vos journaux pour en faire des rings politiques. 👿 👿 Il y a eu des recrutements jeunes à EDM et INPS, vous avez que ici c’est la promotion des jeunes du RPM. Si ces structures décident de façon autonome de le faire aussi, vous trouverez encore à dire… 👿

      • rama est bien! je ne la connais pa personnellement mais j’ai suivis ses apas au gouvernement. j’ai l’impression qu’on tient a’ la diaboliser pour des raisons qui n’ont rien a’ voir avec son boulot!!!! U’ON LAISSE LA DAME TRAVAILLER!!!

        • IL FAUT LIRE: “… J’AI SUIVI SES PAS…. (LE CERVEAU QUI VIENT DE PETER, EST FATIGUE’. AUJOURD’HUI, TOUS LES IDIOTS SONT PLUS INTELLIGENTS QUE MOI!!!!RIRE)!!!!

Comments are closed.