Burkina : Mahamadou Issoufou, la vraie star du printemps burkinabé

2
Le président du Niger annonce une tentative de putsch déjouée
Reuters/Reuters - Le président du Niger Mahamadou Issoufou a annoncé à la télévision nationale qu'une tentative de coup d'Etat avait été déjouée. Lors d'une allocution, il a précisé que plusieurs suspects, qui prévoyaient d'utiliser des moyens aériens pour renverser le gouvernement, avaient été arrêtés. /Photo d'archives/REUTERS/Brian Snyder

La cérémonie de prestation de serment tenue hier mardi 29 décembre 2015 du nouveau président élu du Faso, Roch Marc Christian Kaboré avait aussi sa star du jour. Son nom, Mahamadou Issoufou, l’homme fort de Niamey. L’hôte de marque du nouveau locataire de Kosyam, a reçu un standing ovation de plus de 4 minutes ravissant la vedette à ses homologues du Bénin, du Sénégal, du Togo, de Côte d’Ivoire, de Guinée, du Ghana, du Mali…

Devant un parterre de quelques 5000 convives qui prenaient part à la passation de charge au palais des sports de Ouaga plein à craquer, le président nigérien, Issoufou Mahamadou a fait une démonstration de force. Dans les allers – retours des chefs d’états invités devant rejoindre sur l’estrade où les attendait le nouveau président, Marc Roch Christian Kaboré, pour la chaleureuse traditionnelle accolade individuelle, un homme n’est pas passé inaperçu. Issoufou Mahamadou, l’homme fort de Niamey. Sur fonds d’envolées de la fanfare, le président nigérien qui arpentait le tapis rouge le menant vers le nouveau président, a reçu une salve d’applaudissements à haute voltige du peuple burkinabé qui tenait à lui témoigner sa reconnaissance pour son engagement et sa fermeté dans la gestion du putsch du général Djendéré le 15 septembre dernier. Le chrono du standing ovation a tourné pour plus de 4 minutes. Le chef de l’état, Issoufou Mahamadou, en vraie star du jour a ravi la vedette à ses homologues présents se succédant sur la tribune sous la nonchalance du public et des mélodies harmonieuses de la fanfare. Les présidents Ouattara Alassane et John Dramani du Ghana ont été légèrement ovationnés. De très loin, les autres présidents Macky Sall, Alpha Condé, Faure Eyadema et Ibrahim Boubacar Keita n’ont eu droit à cette salve de prestige. L’homme fort de Niamey qui entretient des relations de proximité inoxydable avec Salif Diallo est très bien apprécié par le peuple burkinabé post Compaoré. Il était hier la troisième star du printemps burkinabé , après le peuple et son nouveau président Roch Marc Kaboré. Dans son voyage à Ouagadougou, le président s’est fait accompagner par les ministres Foumakoye, Hassimou Massaoudou, Mme Kané Boulama, Ladan Tchana, le président du parti, Mohamed Bazoum et le ministre – directeur de cabinet, le ” fédérateur ” Ouhoumoudou Mahamadou.

PAR ISMAEL AIDARA, ENVOYÉ SPÉCIAL À OUAGADOUGOU

Les Afriques

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. C’est toi qui n’a rien compris. Tu mélanges les genres rédactionnels. C’est un Focus et non un reportage coloré. C’est un angle qui l’a préfère traiter en mettant en relief la communion du public àu passage devant ses pairs le président nigérien IM. Pourquoi les autres chefs d’états invités et présents à la cérémonie n’ont pas été autant applaudis ? Le journalisme c’est aussi de la curiosité simpliste ou globale ? Va apprendre le métier d’humoriste et laisse ce métier à ceux qui le pratiquent depuis. M. AIDARA des Afriques fait partie des plus brillants et les plus intègres professionnels de linformation de notre continent dont on est fier. Arguay .!!!!

  2. Huuuummmmm Quel reportage? Est tout ce que le journaliste a trouvé à écrire? Je crois qu’il doit changer de métier. Il ferait un bon humoriste

Comments are closed.