Crime crapuleux à Baguineda : Karim Diallo dit Karimba assassiné à coups de fusil et de coupe-coupe

    0

    Le natif de Karangasso, Karim Diallo dit Karimba, a été la cible d’une fusillade mortelle de la part des bandits dans la commune rurale de Baguineda. C’était dans la nuit du vendredi 9 octobre dans le village de Gnongnan, à quelques encablures de Baguineda.

     

    Ressortissant de la région de Sikasso, plus précisément de Karangasso, un village situé à 9 kilomètres à l’est de Nièna, Karim Diallo a fini par résider dans le village de Farakan, dans la commune rurale de Baguineda. Dans sa nouvelle résidence, il était devenu célèbre et tout le monde l’appréciait. Il avait acquis le sobriquet «Néké», à cause de ses performances dans les travaux champêtres, notamment le désherbage à la houe et la récolte du coton. A Karakan, loin des champs de coton, il s’adonna à la riziculture. Ses activités prospérèrent et il ajouta à l’agriculture la distribution du carburant dans cette zone rizicole pour le ravitaillement des tracteurs. Très connu dans la commune, il menait tranquillement ses activités et il circulait à toute heure jusqu’à ce jour fatidique. Ce vendredi 9 octobre, aux environs de 20 heures, il a été victime d’une fusillade et de coups de coupe-coupe administrés à la nuque qui lui été ont coûté la vie. Selon son logeur à Farakan, après la fusillade, il est tombé. Non loin de là, il y avait des jeunes qui quittaient une soirée de balafon dans un village environnant, quand ceux-ci ont entendu les coups de feu, ils ont bifurqué pour voir ce qui se passait.  Un passant de Gnongnan ayant aperçu la victime a crié et les  gens sont sortis. C’est ainsi que le Commandant de Brigade Adjoint de la gendarmerie de Baguineda a été informé. Celui-ci s’est déplacé sur les lieux  avant d’appeler les sapeurs-pompiers. Selon le CB adjoint, quand il arrivait, Néké ne pouvait plus parler. Ainsi, il demanda à l’assistance si quelqu’un le connaissait. Les sapeurs ayant trouvé qu’il est mort, le CB adjoint a demandé de ne plus l’amener à Bamako. Son corps a été déposé au Centre  de santé de Baguineda, puis  transporté par le Maire adjoint de cette commune à Farakan où il a été enterré.

    Par rapport à l’évolution de l’enquête, le CB Adjoint a affirmé qu’il n’a, pour le moment, eu aucun indice. Ce qui  est regrettable, c’est que la gendarmerie de Baguineda n’a pris aucune disposition pour déclencher une quelconque enquête.

    Youssouf Diallo

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER