Nord malien: inquiétude internationale autour des négociations de paix

21

En Algérie, les mouvements du nord du Mali et les autorités de Bamako se sont assis ensemble autour de la table des négociations, hier, samedi 22 novembre. Des négociations en vue d’un accord de paix, effectuées en présence des membres de la médiation internationale. Et si les participants se disent satisfaits de cette première journée de discussions, il reste encore des blocages importants.

Mahamadou Djeri Maiga, vice-président du MNLA
Mahamadou Djeri Maiga, vice-président du MNLA, s’exprime à Alger, le 16 juillet 2014, dans le cadre des négociations de paix au Mali. AFP PHOTO/FAROUK BATICHE

 

Les mouvements armés du nord du Mali et les autorités de Bamako ont passé plus de cinq heures, face à face, sous l’oeil des médiateurs, le samedi 22 novembre. L’objectif est de discuter, point par point, du texte d’accord de paix proposé par la médiation. Et hier, les négociations ont buté sur plusieurs blocages. Pour la plupart des mouvements du nord, il est indispensable que le nom Azawad soit reconnu dans l’accord, ce que le gouvernement ne souhaite pas.

Quelle organisation pour l’Etat ?

Ensuite, alors que le texte de la médiation propose de rendre plus autonomes les régions du nord du Mali dans la gestion de leur développement économique, Bamako ne veut pas entendre parler d’autonomie de gestion, et les mouvements eux insistent, ils ne cèderont pas sur une organisation fédérale de l’Etat.

Radicalisation de Bamako ?

Au delà de ces blocages, plusieurs observateurs s’inquiètent de ce qu’ils qualifient de radicalisation de la position de Bamako. Les autorités, qui avaient approuvé une partie du document en octobre, semblent être revenues sur leurs déclarations. Et ces négociations inquiètent la communauté internationale, notamment les Etats-Unis. La sous-secrétaire d’Etat adjointe aux affaires africaines, Bisa Williams, est attendue à Alger ce lundi 24 novembre.

Par RFI

 

PARTAGER

21 COMMENTAIRES

  1. tenez bon et préparons-nous en consequence
    c’est des étres sans foi ni loi et paresseux!

  2. L’ONU cherche une terre d’asile pour les APATRIDES du MONDE : Le Mali est une terre d’accueil Diatiguiya et non d’accueil des rebus du Sahel !

  3. La communauté internationale est entrain d’obliger le Mali à signer un accord avec des groupes armés terroristes qui n’ont aucun projet pour le nord. Nous sommes indignés et nous n’accepterons jamais qu’il y ait des super malien et un fédéralisme obtenu avec les armes. Tout changement constitutionnel doit passer par les urnes, c’est un Etat islamique qu’ils veulent créer au nord avec la complicité de la communauté internationale.

  4. Voilà ce qui arrive lorsque l’on refuse de se battre pour sa liberté .
    Une armée avec plus de 80 généraux , qui n’arrive pas à faire face à quelque racaille puis vous vous plaignez . Il fallait pas fuir .
    Les FATIMs ont vaincu abou zeid jusque dans son bunker.Ils n’ont pas eu à crier partout que c’était des jihadistes.

    Armée fuyarde, la france est ce qu’elle est . Un pays d’irresponsable de la tête jusqu’au orteille .

    Vive le Ganjisme, vive la science universelle !

  5. Je crois que les groupes armés feraient mieux et serviraient tout le Mali en mettant le focus sur les pouvoirs des nouvelles autorités régionales et de la distribution des richesses entre Bamako(un pays dans le Mali) et le reste du pays. Il sera très difficile de faire avaler au peuple Malien un texte qui mentionne appellation AZAWAD. S'il y'a un combat que tout le Mali devrait mener c'est la régionalisation avec l'octroi de plus de 40% des richesses produites au développement des régions. Parce que ce qui tue le Mali c'est le fait que les Maliens produisent pour aller entretenir une classe dirigeante tapis à Bamako et peu soucieuse de la prospérité du Mali de l'intérieur. Seuls leurs conforts comptent. Les présidents des régions(qu'il faut multiplier par 2,5 au minimum) devraient disposer de pouvoirs réels et devraient être associer à la ratification de certains accords et textes. Chaque région devra avec un peu de "démocratie à l'occidentale" décider de son mode de désignation de ses responsables. Ainsi tout le Mali pourra décider et conduire son destin dans le respect du principe de responsabilité partagée. Avec la régionalisation les questions d'occupation des responsables des groupes armés, de la réintégration des combattants dans les forces armées de religion…. pourraient être prises en charge sans tapage. Ce qui freine actuellement notre développement c'est que tous ce décide et se gère à Bamako par des gens qui la plupart n'ont de malien que leurs patronymes. Aux Azawadiens il y'a un temps pour tout! et il savoir aller à l'essentiel!

  6. ENOUGH IS ENOUGH!!! IBK DIT NON A CES SOIT DISANTS PAYS DITS DEMOCRATES DONT LA FRANCE, LES 15 MILLIONS DE MALIENS VOUS SOUTIENDRONT. ALGER NE PEUT PS SUPPLANTER LA VOLONTE DU MALI ET LA CONSTITUTION MALIENNE. COMMENT VOULOIR IMPOSER C FAMEUX NOM D AZAWAD KAN LES GENS D TOMBOUCTOU, GAO ET KIDAL N L VEULENT PAS. CMT 1% DE LA POPULATION V IMPOSER L RACISME INSTITUTIONNEL AU MALI? IBK DIT NON !!!!! LES MALIENS VS SOUTIENDRONT

  7. NON AU “DIALOGUE INCLUSIF”, OUI AU DIALOGUE ENTRE TOUS LES MALIENS ……
    LE mnla L’ENTEND DEJA COMME DIALOGUE ENTRE BELLIGERANTS ET GOUVERNEMENT.
    MOI JE DIS NON ET NON AU “DIALOGUE INCLUSIF”, IL NE MENERA NUL PART.
    👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  8. Le Mali et la communauté internationale ont donné trop de temps a ces bâtard. Pendant que les sarakolés de Kayes se battent contre le froid et la neiges en Europe pour construire leur village et leur Région, ces bâtards sont entrains de prendre des armes contre leurs propres populations sous prétexte qu'ils cherchent le développement de leur région qui d’ailler une charge pour le Mali.

  9. Il est surprenant et choquant de voir des pays dits democrates encourager une minorite de rebelles armes qui se sont livres a des actes de terrorisme,des racistes primaires,d’ imposer une decision absurde sur la majorite ecrasante de tout le Mali.Les partis politiques,la societe civile ,le gouvernement Malien ont fait l’ unanimite sur les questions .Si les rebelles insistent c’est parce que la mediation ,malgre la position claire du Mali exprimee,a cree la confusion en mettant ces points rejetes par l’ensemble du pays dans “le Pre-Accord”.La delegation Gouvernementale a Alger represente la position Malienne.Il n’y aura pas d’accord a Alger a moins que cette ingerence “internationale” deplacee cesse.C’est une faveur que le Mali accepte de discuter avec des terroristes qui ont froidement egorge en face de leurs protecteurs Occidentaux les Hauts Representants regionaux de l’Etat .Eux qui viennent plaider la cause des rebelles n’accepteront jamais de discuter ,a plus forte raison de negocier avec de criminels de cette espece.La situation actuelle impose des decisions fermes. Nous avons fait appel aux Nations Unies pour faire respecter le Droit International.Ce que nous assistons maintenant ce sont des manoeuvres pour contourner les droits d’un pays souverain.Ces manoeuvres ne sont autre chose qu’une programmation de l’annexion d’une partie du pays.Leur plan sordide est d’imposer soit l’autonomie,soit la Federation a notre pays pour annexer ces regions.Les partis politiques,la Societe Civile et le peuple du Mali ont deja decide.

  10. La communauté internationale a bien commencé ses manœuvres et discours embarrassants cela en pleine discussion à Alger contrairement à tout principe de neutralité qui devrait guider ses actions dans le cadre des négociations inter-maliennes. Cette attitude n’est rien d’autre qu’un parti pris en faveur d’un groupuscule d’individus méprisant leur propre patrie au profit des intérêts sordides d’un projet fantôme dont ils n’ont pu justifier ni historiquement ni géographiquement. Si le gouvernement cède à la pression les maliens ne cèderont jamais car le pays appartient d’abord au peuple ensuite aux dirigeants légitimes du pays.
    Les maliens ont intérêt à compter sur leurs forces de défense et de sécurité car la délivrance semble être au bout du fusil!

    Vive l’armée malienne dans une républicaine une et unifiée!

  11. DEPUIS LE DÉBUT:

    Nous n’avons cessé de dire que ces négociations étaient vaines dans le contexte actuel

    Mais malheureusement les maliens ne sont que d’eternels enfants

    Au lieu de se préparer sérieusement à la guerre totale qui n’est qu’une question de temps, le gouvernement de ladji kabako préfère surfacturer allègrement

    Depuis que le Nord du Mali a été occupé pas 1 helicos de combats ni 1 seul avion de combat, aucune leçon tiré des différents échecs passés surtout celui de Kidal
    Mais que voulez vous c’est bien ça le Mali d’abord

    Maintenant nous allons voir si l’homme de poigne celui qui ne se fait pas trimballer réussira à résister à la pression internationale (France caché derrière les États – Unis en l’occurrence)

  12. Dans un pays ou l’etat est tres faible voir inexistant, lorsque tu t’ecartes de la capiatale, le federalisme est une erreur. C’est une pre-programmation vers le decoupage du pays. Je preferere que les autorises divisent le pays des maintenant entre toutes les communautes du mali, au lieu de mettre en place les conditions de la prochaine guerre dans 10/15 ans…

    • Absolument Khry Shsta, une decentralisation poussee je ne suis pas contre pour toutes les regions du Mali. Ces malades et criminles du mlna veulent profiter de leur aide exterieure pour jouer avec le gouvernement, qui d’ailleurs laxiste, irresponsable et faible, comme ils veulent mais ca ne passera ps de la sorte. Je supporte la position de fermete du gouvernement meme si ladji machin et sa racaille doivent faire mieux que ca, beaucoup mieux que presentement. La fermete et la parole des armes face aux criminels du mlna et leurs allies djihadistes doivent etre mise en application.

  13. Même si à Alger la communauté internationale force la main des négociateurs maliens (gouvernement) pour signer un préaccord pas sérieux. Ils doivent se persuader que les maliens dans leurs ensemble vont le rejeter. Il n’y aura pas d’accord définitif à Bamako parce que la population va s’opposer. Il n’y aura ni fédéralisme, ni autotomie. Ce n’est pas un groupe d’individus avec l’arme dans les mains qui doit imposer un mode de gouvernance de tel type, qui impactera sur toute la nation entière.

  14. ses bandits ne veut pas la paix au mali .parce avec la paix eut ne pa faire leur trafic

  15. RINZ,
    Dans ce monde, il n’y a pas un modèle universel de bonne gestion. Chaque pays a ses propres réalités. Ce n’est pas parce que le Fédéralisme ou l’autonomie fonctionne ailleurs qu’il faut les appliquer aveuglement au Mali.

    Tous les outils de bonne gestion sont présents au Mali mais ce qui manque c’est de la bonne volonté pour les exploiter.

    Certains, pour leurs seuls intérêts, veulent créer du surplus, du superficiel pour satisfaire leur appétit claniste, communautariste et raciste parce qu’ils sont insatiables et incapables de vivre avec les autres.

    Combien d’accords ont été signés avec ces gens là : Alger 1, Alger 2, Alger 3 …etc.
    Dans 5 ans, ils se pointeront avec une autre revendication parce qu’ils sont incapables de se mettre au travail comme tous les autres citoyens qui n’aspirent qu’à la paix et au développement véritable de leur région.

    Tous les outils de bonne gouvernance sont déjà présents au Mali, il suffit d’avoir de la bonne volonté pour les exploiter.

  16. Que la communauté internationale sache que les maliens dans leur grande majorité du Nord au Sud ne céderont pas devant une quelconque menace, devant un quelconque chantage.

    Il n’y aura ni Fédération, ni autonomie au Mali.

    Si ces bandits veulent réellement travailler pour développer leur région en particulier Kidal, ils n’ont qu’à d’abord s’inscrire dans les collectivités territoriales.
    Tous les moyens, les outils nécessaires pour développer une région y sont réunis.

    Ces gens là ne voient que leurs seuls intérêts.

Comments are closed.