FONCIER : Une des familles fondatrices fait déguerpir des commerçants à Faladiè Sema

0

Le vendredi 28 juin 2019, une des familles  fondatrices de Bamako (les Niaré) a fait déguerpir les commerçants occupant l’espace qui leur a été offert par les autorités. Cette situation a failli tourner au vinaigre, car, les habitants illégalement installés voulaient refuser de coopérer.

 

L’emplacement dont il est question, est situé à Faladjè Sema en face de la gendarmerie, au bord du goudron qui mène à Senou. Cet espace est occupé par des commerçants depuis plusieurs années. Il y a en effet,  des gars routiers, des stations d’essence, des quincailleries, des boutiques…, depuis plusieurs années. D’ailleurs, personne ne pouvait imaginer un jour, que cet endroit pouvait être offert comme récompense à la famille Niaré, au détriment de plusieurs centaines de personnes. Pourtant, c’est bien ce qui vient de se passer. Même s’il est clair que la quasi-totalité des personnes installées sur ladite espace ne disposent d’aucun document administratif valable.

 

Il y a quelques jours de cela, une équipe de géomètres s’est rendue sur ledit espace, pour faire comprendre aux occupants qu’ils vont procéder à des travaux de morcellement dudit espace. Et donc, qu’en conséquent, ils doivent chercher un autre espace pour leurs affaires. Ce message a été pris à la légère par les occupants du dit espace. Pourtant, à leur grande surprise, le vendredi 28 juin, dans les environs de 6 heures du matin, des véhicules remplis d’agents de la garde nationale appuyant les limiers du 10ème et du 7ème arrondissement ont quadrillé la zone, avant de la vider de son contenu.

 

Malheureusement, les occupants dudit espace n’ont pas compris les messages de sensibilisations des forces de sécurité, ils s’y sont opposés, en brûlant des pneus et en barricadant des voies. L’opération qui était dirigée par le commissaire Doumbia, l’adjoint au commissariat du 10ème arrondissement a donc tourné au vinaigre. En effet, il s’est retrouvé dans l’obligation d’appliquer la force. À la suite de laquelle, les manifestants ont été repoussés et d’autres moins chanceux ont été mis aux arrêts pour trouble à l’ordre public

 

Affaire à suivre…

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here