Situation à Kidal : Les vérités du député Ahmoudène AG Iknass

33

Ahmoudène AG IknassL’élu est resté fidèle à des convictions bien arrêtées. Grâce auxquelles il s’est attiré le respect des populations.

La situation à Kidal où la souveraineté du Mali ne s’exerce toujours pas totalement continue d’alimenter le débat national. Elle a été omniprésente dans les différentes interventions lors des cérémonies de présentation de vœux au chef de l’Etat lundi et mardi. C’est dire si la question constitue une préoccupation fondamentale pour la communauté nationale. Dans un climat dominé par l’exaspération et la frustration, il y a des voix à la légitimité incontestable qu’il convient d’écouter. C’est le cas du nouveau député Ahmoudène Ag Iknass élu à Kidal dès le premier tour des législatives avec 67,60 % des suffrages sur sa « Liste indépendante pour la paix et l’union nationale ». Dans une brève, mais instructive rencontre que nous avons eue avec lui, l’élu de la nation et fils de la Région assène des vérités bien senties.

 

 

Ahmoudène Ag Iknass, Tamasheq bon teint, est l’un des témoins privilégiés de l’évolution politique, économique et sécuritaire dans la Région de Kidal depuis la création de la 8è Région administrative en 1990. Pendant tout son parcours atypique, l’homme a toujours cru au Mali et est resté fidèle à ses convictions malgré les soubresauts qui ont secoué le Septentrion. Contrairement à bien d’autres qui ont succombé aux sirènes faisant miroiter la probabilité d’une « République de l’Azawad ».

 

 

D’abord un bref survol de son parcours. Après les études primaires et secondaires à Gao, Ahmoudène Ag Iknass poursuit son cursus en Algérie, où il obtient un diplôme d’attaché d’administration. Dans la vie professionnelle, ce fonctionnaire de l’administration fait ses premiers pas à l’arrondissement de Tin-Essako comme secrétaire d’arrondissement entre 1978 et 1986, date à laquelle il est affecté à la même fonction à Tinzawaten. Une année plus tard, il est muté à l’arrondissement central de Kidal toujours au même poste jusqu’à la création de la Région de Kidal en 1990. Ahmoudène Ag Iknass est alors mis à la disposition du gouvernorat comme secrétaire particulier du gouverneur, rôle qu’il remplira jusqu’en 1998.

 

 

Après une formation qualifiante et diplômante en comptabilité et finances, il devient comptable matière au gouvernorat de Kidal, puis régisseur. Poste qu’il occupera jusqu’aux dernières élections législatives qui le voient passer dès le premier tour.

 

 

Personnalité très respectée à Kidal, aussi bien par les natifs de la Région que par ses collègues de l’administration et de la vie professionnelle, le nouveau député de Kidal n’a pas connu deux partis politiques. De l’instauration du multipartisme dans notre pays en 1991 jusqu’en décembre de l’an passé, Ahmoudène Ag Iknass milite au sein du CNID-FYT dont il était le secrétaire général de la section de Kidal jusqu’en 2012.

 

 

TROIS ENFANTS DANS L’ARMÉE MALIENNE. Syndicaliste chevronné, il fut secrétaire général de la section UNTM de Kidal pendant plus de 10 ans. Aux élections communales de 2009, il devient conseiller communal pour la commune urbaine de Kidal. Le quinquagénaire très actif est aussi le coordinateur de la fraction des Imghad  qui dans son ensemble est restée loyale et fidèle à la République. C’est d’ailleurs à cette même fraction qu’appartiennent le général El-Hadj Gamou qui n’est plus à présenter et beaucoup de cadres qui servent actuellement dans l’Administration.

 

 

Revenons maintenant au sujet du jour. Que pense le nouveau député  de la situation actuelle à Kidal ? Sa réponse est sans équivoque : « Kidal est dans de mauvaises mains. Les groupes armés qui y agissent ne représentent pas les Touaregs, encore moins toutes les populations de Kidal. Mon élection comme député en est la preuve la plus tangible. Moi, je n’ai jamais pris part à une rébellion. Au contraire, j’ai mes trois enfants qui servent dans l’armée malienne. Et pourtant, les habitants de Kidal m’ont accordé leur confiance en me choisissant comme leur élu. Cela, malgré la candidature de personnes se réclamant des groupes armés. Je pense que l’autorité de l’Etat doit être et sera exercée à Kidal. En tout cas, c’est à cela que je vais travailler », martèle l’élu de la nation.

 

 

Ahmoudène Ag Iknass le dit à qui veut l’entendre : Kidal est aujourd’hui otage de groupes armés. Il est impératif que les partenaires du Mali comprennent cela. « Les écoles sont devenues des abris pour les groupes armés. L’économie locale est morte, parce que les commerçants sont de manière quotidienne victimes de harcèlements et d’arnaques. Je suis Touareg, je suis né dans cette région et durant toute ma carrière professionnelle j’ai n’ai servi que dans la Région. Je connais toutes les fractions, les moindres coins et recoins de cette région. Je peux vous dire qu’il n’y aura pas de paix à Kidal tant que l’autorité de l’Etat ne s’exercera dans toute sa plénitude. Le retour de la paix et de la réconciliation se feront forcément sous l’autorité de l’Etat malien », insiste l’élu.

 

 

Des convictions,  Ahmoudène Ag Iknass en a décidément, et de très fortes. En politique, il a une conception qui est aux antipodes des pratiques malheureusement encore courantes sous nos cieux comme le clientélisme. « Le clientélisme représente à la fois l’iniquité et la lâcheté. Iniquité, car aucune règle objective ne s’applique alors. Lâcheté, car il s’agit d’une réponse facile de l’élu qui se donne un passe-droit, de l’élu qui n’a pas le courage d’expliquer les principes qui doivent prévaloir dans un Etat démocratique. J’ai milité pendant plus de 20 ans au CNID malgré les nombreuses opportunités qui m’étaient offertes pour intégrer des partis plus puissants. Après les évènements de 2012, j’ai compris que les orientations de mon parti ne répondaient plus à mes convictions profondes. J’en ai démissionné. Et c’est en candidat indépendant que j’ai été élu. Je dois dire que pour la présidentielle, j’ai soutenu la candidature du président Ibrahim Boubacar Keïta. Dans cette logique, je compte donc soutenir son action en travaillant avec le RPM», argumente Ahmoudène Ag Iknass.

 

 

Le député élu se dit décidé à faire savoir partout où il aura l’occasion que les groupes armés qui sévissent à Kidal ne représentent guère les Touaregs, encore moins la Région de Kidal. « Kidal doit être et sera ce que l’Etat décidera. Pas ce qu’un groupe d’individus décrètera. Cette question est sans équivoque. C’est avec ce slogan que j’ai été élu et je le défendrai jusqu’à ce que Kidal retrouve toute sa place au sein d’un Mali uni, réconcilié et prospère », promet l’élu de la nation, visiblement exaspéré par le statu quo actuel.

D. DJIRE

 

PARTAGER

33 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Les contre vérités que propagent le MNLA et HCUA, à savoir qu’ils représentent la communauté Touareg, ne sont pas acceptables.

    De même, les Touaregs n’ont pas été plus écartés de la chose publique et du développement que les autres Maliens.

    Au contraire, leurs zones, les régions du Nord, devraient profiter des milliards qui avaient été alloués, dans le cadre des accords à la fin de la dernière rébellion, pour les développer.

    Mais où sont passés ces milliards ?
    Les responsables de MNLA, Ansar Dine, HCUA et des collectivités du Nord à l’époque des faits sous ATT, pourront, peut-être, nous fournir des réponses.

    Les communautés du Nord, cas des Touaregs, n’ont en pas profité.
    Je pense que LA SEULE STRATÉGIE EFFICACE, c’est le développement durable et équitable de toutes les régions du Mali dans un cadre démocratique, décentralisé et sécurisé, ainsi que l’intégration équitable des communautés.

    Cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC/Gouvernance
    Mail: Webanassane@yahoo.com

  2. meme les singes en brousse savent que le mnla ne represente pas les tamasheqs …mais la france notre genereuse sauveur fait toujours semblante d,ignorer la realite …..la verite finira par se savoire..

  3. Les autorités maliennes ont toujours su que la majorité des Touaregs n’ont rien à voir avec la rébellion. Il s’agit de quelques familles Touaregs qui sont très bien connues des autorités elles mêmes mais des pays très puissants utilisent ces quelques Touaregs contre l’état malien. Ces pays détruisent ainsi la communauté Touaregs en l’empêchant de se multiplier, de prospérer et de vivre dignement. C’est le cela la vérité du problème dit Touareg ou au nord du Mali. Honorable tout malien du sud comme du nord qui s’informe a compris cela. La solution au problème, j’en suis sûre viendra des Touaregs eux mêmes.

  4. Bonjour,
    La majorité de la communauté Tamasheq, dans sa diversité, aspire à une vie paisible sécurisée caractérisée par la coexistence pacifique dans un Mali uni et multiethnique.

    La minorité de Touaregs appartenant au MNLA et au HCUA ne représente pas cette communauté Tamasheq. Cet amalgame doit être évité.

    Cette communauté Tamasheq doit être représentée lors du dialogue inclusif inter-Maliens pour la réconciliation nationale et pour le développement durable du Mali et de ses régions.

    L’oublier serait une grosse erreur.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

  5. 99 /100 des touaregs sont pour le Mali ,voila la preuve ,nous sommes Malien,et ibk est notre president .quoi de plus,abbas les separatiste abbas le mnla,huac maaa…vive le Mali multicolore ,vive notre depute loyalement elu par la majoritee des touaregs a kidal ,fief du mnla…que veut la comunotee international ? envoyer les fama dans tous les recoins et les chefs rebelles et leur exclave djery en prison. 😆 😆

  6. Nous Noirs avons souvent été jugés dans l’amalguame : Les Noirs tous les mêmes…Raison de plus pour ne pas faire la même chose…On a souvent lu ici des jugements trés durs envers la communauté Touareg..
    Pourtant seule la justice dira qui a commis des actes punissables.

  7. Le probleme de Kidal s’est eclairci avec l’election d’un elu loyal au Mali a 67.6% des votants de Kidal.L’administration de cette region de Kidal par le MNLA n’est qu’une pure occupation de cette ville par une bande armee qui opprime les populations qui ont garde tout leur bon sens.Ce vote a plusieurs significations.Il donne raison a Ag Hamani que les MNLA sont des milices armes dont il faut interdire leur organization et poursuivre ceux qui ont commis des crimes de guerre,des crimes scrapuleux.La MINUSMA doit se conformer au mandat officiel de sa mission et contribuer a asseoir la souverainete de l’Etat et de son armee sur tout le territoire Malien.Le Gouvernement du Mali doit rejeter toute negociation avec les rebelles armes et etablir un dialogue fecond avec la communaute touaregue restee fidele a l’Etat Malien en vue d’integrer le Nord au reste du pays par un programme regional special et renforcer l’harmonie sociale non seulement entre les ethnies du NORD mais entre NOrd et Sud.

  8. ”nouveau député Ahmoudène Ag Iknass élu à Kidal dès le premier tour des législatives avec 67,60 % des suffrages sur sa « Liste indépendante pour la paix et l’union nationale”. N’est-ce-pas curieux que ce soit un Imghad qui soit élu au premier tour dans le fief des ”rebelles” Foghas? Alors que les français ont un temps interdit Kidal au Foghas Gamou en nous faisant croire que les militaires maliens vont massacrer tous les touaregs!!!!!

  9. Ceux qui pensent que les supporteurs extérieurs du MNLA ignorent la vérité de Kidal se trompent, seulement cette réalité ne colle pas avec les intentions inavouables qu’ils ont pour cette partie de notre pays. C’est dans ce sens qu’œuvrent certains députés européens, certains chefs d’états africains, pour ne pas citer Blaise, et la France qui a dit par une voix autorisée que “LES TOUAREGS SONT NOS AMIS”. Combien de fois des élus nationaux comme le Président des collectivités et Anbarkan de l’Assemblée Nationale(tous touaregs) sont sortis du pays pour parler comme l’a fait ce député de Kidal, On-t-ils seulement écoutés? non , car cela n’arrange pas les occidentaux qui veulent que les choses collent à leur “réalité” qui est la stigmatisation, l’oppression des “populations du Nord” pour parler d’une centaine d’apatrides fabulateurs du MNLA à leur solde. Le MNLA se résume en réalité aux entretenus de Blaise à Ouaga et les mercenaires payés par le Qatar et autres sur le terrain

  10. Chapeau à m. Iknas!
    Seulement,un mot: travaillez en indépendant et soutenez les actions du président…merci.

  11. Dommage que les médias “Mille collines”, les Foudkg, et toutes ces espèces de crééééétins… ne lisent pas ce genre d’interviews… 🙁

    Le Mali a maintenant les institutions légitimes pour déclarer les régions du nord en zones spéciales… L’armée malienne qui monte en puissance a toute la légitimité de détruire tous les véhicules à moteur pilotés par les bandits.

    Déclarer l’opération : “tous à dos de chameau”… 😀 … Après tout, le désert… c’est pour les chameaux ! 😀

    Comment des bandes d’1béciles enturbannés peuvent-ils piloter de grands bolides sur-armés en plein désert sans rendre compte ? … D’où vient leur fortune ? :mrgreen:

    Tous à dos de chameau ! … et que chaque malien vive de la sueur de son front ! 😀 😀 😀

  12. Nous avons toujours dit et repete’ que le probleme du nord n’est pas malo-malien seulement. Il va au-dela des frontieres de Mali! Comprendre et accepter cette verite’ seraient de grands pas vers la recherche de la solution qu’il faut pour lutter contre les terroristes et les narcotrafiquants au sahel! Le MNLA n’est que la face visible de l’iceberg!

  13. C’est bon de savoir que le député élu de Kidal raisonne ainsi, il sera un atout majeur dans la récupération de la ville…..

  14. Kidal doit être et sera ce que l Etat décidera…Tout est dit…C’est à l’Etat malien d’agir..Pas à la France !!! Ou sont les gendarmes et l’armée malienne ?

  15. Merci Honorable que ton message soit entendu partout dans le monde afin que ce chapitre sombre de notre histoire se referme à jamais.Nous profitons de l’occasion qui nous est offerte pour appeler les lobbies qui soutiennent ces gens la d’arrêter leurs manœuvres de déstabilisations.

  16. Arrêtons ces détours et allons vite à l’essentiel: la régionalisation, solution idoine à nos problèmes de développement.Par régionalisation j’entends la constitution de régions naturelles sur le plan sociologiques et historiques gouvernées par des gouverneurs élus disposant de gouvernements régionaux contrôlés par des parlements régionaux et disposant d’une bonne partie des ressources générées par sa région et consacrées au développement de celle-ci. Chaque région doit conduire son développement dans un grand ensemble appelé Mali. Le Mali ne se développera pas à partir de Bamako. Et tant qu’il y’a la misère, le sentiment que certains s’accaparent de toutes les richesses du pays et forcent les autres à accepter le rôle de citoyens de seconde zone, il y’aura toujours des rebellions.

    • bbacus, à vous lire attentivement, votre régionalisation n’est que du fédéralisme qui, si on l’applique, la Région actuelle de Kidal ne disposant pratiquement d’aucune ressource propre va disparaître en ne fournissant aucune prestation publique. Par contre, une régionalisation existe actuellement au Mali et est entrain d’être améliorée avec l’apport de plus de personnel et de ressources aux Régions. MAIS N’OUBLIEZ JAMAIS QUE LES ELUS LOCAUX SONT TRES LARGEMENT IMPLIQUES A TOUS LES DETOURNEMENTS DES COMMUNES, DES CERCLES ET DES REGIONS PARTOUT AU MALI. LE VRAI DEFI DE LA GOUVERNANCE AU MALI EST DANS L’AUGMENTATION DES BUDGETS DE CONTROLE, LE SUIVI REEL DE CES STRUCTURES DE CONTROLE AINSI QUE L’APPLICATION DE LEURS RECOMMANDATIONS EN JUSTICE…

  17. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre. L’on a toujours assené que les MNLA/HCUA/ANECARDINE ne représentent pas les touaregs. Le monde entier les a observés s’allier aux djihadistes pour attaquer le Mali. Après y avoir été chassés par les envahisseurs, les militaires maliens ont été très applaudis à leur retour à Kidal. Mais la France a toujours maintenu un calendrier propre. Dieu ne dormant pas, leurs deux journalistes y ont été assassinés sous leurs yeux. Et c’est la population kidaloise qui continue à faire le frais des bandits armés sous le regard goguenard de la France et de la MINUSMA. Impuissance malienne, quand tu nous tiens! Pas de policiers en nombre à Kidal pour mater les marcheurs ”spontanés”. Sans permis de port d’armes, les bandits gardent impunément leurs jouets en famille et dans la rue. Même dans les Régions de Gao et de Tombouctou, l’armée malienne n’est pas assez mobile: des forains et autres couches de la population continuent d’y être arnaqués. S’il faut sans doute désarmer les milices anarchiques, pour pallier à l’insuffisance d’hommes dans l’armée, il est indispensable D’INSTALLER DES BRIGADES D’AUTODEFENSE BENEVOLES, CREEES, FORMEES, ARMEES ET ENCADREES PAR L’ARMEE MALIENNE, AUGMENTER LE BUDGET DES PATROUILLES MOBILES, REUNIR LES CHEFS DE FRACTIONS A TOUTES LES FOIRES HEBDOMADAIRES POUR LE RENSEIGNEMENT, ENVOYER UN CONTINGENT IMPORTANT DE POLICIERS ”NINJAS” A KIDAL bref, toute chose que l’armée malienne sait faire et qu’elle a utilisé avec succès par le passé. CAR, DE L’ERE DES EMPIRES A NOS JOURS, LES BANDITS ARMES DU SAHARA REVIENNENT TOUJOURS, A CHAQUE FOIS QUE L’ETAT CENTRAL FAIBLIT…

    • nonalinertie.
      Je trouve toujours tes interventions remarquables…Tu es un homme de conviction et de propositions, mais je ne te suis pas sur la question “DES BRIGADES D’AUTODEFENSE BENEVOLES”. Il faut uniquement les instruments de l’etat…..LA FORCE DE L’ORDRE PUBLIC NE PEUT PAS ETRE DELEGUEE. Il y a la responsablité de l’etat d’un coté et celle du citoyen de l’autre. Ton exasperation et tes doutes sur la capacité ou la volonté des pouvoirs publiques sont bien comprehensibles…mais…mais.
      😉 😉 😉

      • Je comprends parfaitement la peur panique que les brigades d’autodéfense soulèvent, précisément parce qu’on les confond avec les milices anarchiques. Ayant été brigadier à Tombouctou, je sais de quoi je parle: il s’agit de supplétifs à l’armée régulière, bénévoles, très bien identifiés, avec des armes numérotées et des munitions fournies par l’armée, formés pour tirer en un jour, avec des chefs d’équipes, résolument affectés à la défensive, prépositionnés en cercle la nuit autour de la ville, habillés en civil, invisibles et apparemment non armés le jour. Un militaire fait la ronde la nuit pour les surveiller au niveau de leurs sites. Il y eut une seule attaque à Tombouctou après leur installation à Tombouctou dans les années 94. Les brigadiers ne peuvent pas remplacer l’armée. Ils constituent juste une force dissuasive qui ne fait qu’appuyer l’armée dans les principales villes d’un septentrion malien très vaste. Ils permettent ainsi au gros de l’armée de s’occuper d’offensive…

  18. Merci pour cet article. Pourquoi est ce qu’on nous parle pas plus de nos compatriotes Touaregs qui bien plus servis ce pays que nos chers dirigeants de Bamako. On nous fatigue du matin au soir avec le Mnla, qu’on nous parle de nos frères Touaregs, comme ce Monsieur ou le Général Ag Gamou. Rares sont les maliens qui leurs arrivent a la cheville, au Nord comme au Sud.

  19. patisakana je ne comprend plus rien ce mali m’etonnera toujours en tout cas bon courage et bonne continuation mon frere ahmoudene

  20. 😈 COUrage honorable que Dieu nous aide dans la lutte contre ses gencs 👿 😈 🙄 😈 👿

  21. Merci honorable Ahmoudène AG Iknass pour cette mise au point. En effet vous connaissant depuis les années 1988,lorsque le parti UDPM de Moussa TRAORE était au firmament de sa notoriété nationale, je n’ai nullement douté de votre loyauté envers l’Etat Malien. Et à ceux qui insinuent que des rebelles reviennent à l’Assemblée Nationale, je leur dirait tout simplement qu’ils ne connaissent rien de la réalité régionale de Kidal. Autant, le vieux Intallah a toujours temporisé l’ardeur de certains irrédentistes, je suis convaincu que le bout du tunnel pointe à l’horizon, n’en déplaise aux pessimistes. Les Azaze, Wardofan, Cheick Elmounène, Bajan Ag HAMATOU et autres ont tout fait pour ce Mali au gré changeant de Yad AG GHALI. Vive la république.

    • sankingba, ”Et à ceux qui insinuent que des rebelles reviennent à l’Assemblée Nationale”. Ce n’est pas une insinuation, tout le monde sait à commencer par vous-même que Ag Intalla et AG Bibi sont des rebelles/terroristes qui reviennent à l’Assemblée Nationale. Et personne n’a jamais soutenu que tous les touaregs étaient des ”rebelles”. Mais IBK se rend compte que sa souillure avec Ag Intalla et AG Bibi n’a rien servi. Bien au contraire, récompenser ces 2 encouragent les autres aussi à réclamer leur part du gateau. Et ça recommence….

  22. Bonjour,
    L’engagement et la volonté d’aller de l’avant pour la réconciliation nationale et la refondation durable du Mali, dans l’unité, doivent être réellement partagés à travers un PROTOCOLE SIGNÉ par tous ET le désarmement de tous les groupes armés.

    Pour effectuer le dialogue inter-Maliens dans la quiétude, la Minusma doit jouer son rôle aidée par SERVAL pour laquelle les Maliens doivent être reconnaissants malgré le fait que le MNLA ET LES GROUPES ARMÉS n’ont pas été désarmés, FAUTE DE L’ABSENCE d’une décision nationale et internationale dans ce sens : dommage, les accords de Ouagadougou ne prévoient ce désarmement qu’après la résolution définitive de la crise Malienne.

    LE DÉSARMEMENT DE TOUS LES GROUPES ARMÉS EST INDISPENSABLE, COMME JE L’AI INDIQUÉ DANS MA PROPOSITION DE SORTIE DURABLE DE LA CRISE DU MALI, ADRESSÉE AUX MALIENS, PRÉSIDENT ET AUX PARTENAIRES, PUBLIÉE EN LIGNE LE 02 JUILLET 2012.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE
    Webanassane@yahoo.com

Comments are closed.