Imagie arts de Belgique ; L’association fait découvrir à travers les contes les talents cachés de jeunes créateurs

0
0

Kathleen Hanon,  promotrice de l’association Belge   ” Imagie arts et solidarité ” présente son projet ” l’art d’un échange ” qui a pour objectif de mettre en avant l’univers des contes traditionnels et permettre aux jeunes d’exprimer leur savoir et découvrir les talents cachés. Durant quinze jours elle a réuni les élèves de l’école ” le petit défi de Lafiabougou ” pour pérenniser les savoirs ancestraux du Mali à travers les contes.

Les acteurs de l’association culturelle acte Sept et  les enfants de l’école  ” le Petit défi de Lafiabougou ” se sont réunis durant 15 jours pour échanger à travers les contes sur les savoirs ancestraux du Mali et ceci à travers le projet ” l’art d’un échange “.

L’association ” Imagie  arts et solidarité ” est un projet qui met en avant l’univers des contes traditionnels pour enfant. Cet univers  est un facteur de continuité de la tradition  et transmet à travers cela le patrimoine culturel. Elle appartient à la mémoire collective, car pour cette association, il est important de sauver les valeurs ancestrales.

Ainsi, en réunissant Ousman Diarra, écrivain-conteur, Siriman Dembélé, artiste plasticien et Bourama Diarra dit Radja, chanteur-instrumentiste autour des enfants, l’association Imagie a voulu répondre  à ses différents objectifs. Qui sont entre autres de développer l’imaginaire et la créativité de tout un chacun, donner accès à la culture sous toutes ses formes et être un lien de solidarité entre les enfants du monde.

En tournée au Mali, l’association Imagie a organisé à l’école Petit de Lafiabougou une série d’activités  permettant aux jeunes de s’exprimer sur des thèmes variés, d’apprendre à les transmettre tout en se focalisant sur l’importance du regard, de la voix et du corps dans l’espace. Apprendre ensuite à les réécrire puis à les illustrer afin de garder une trace.

La technique choisie lors de cette rencontre était  le bogolan, car selon l’initiatrice, le bogolan est bien présent dans le patrimoine culturel malien, d’où l’importance de le transmettre aux enfants.

Enfin pour compléter ce projet, l’association a fait inclure les cours de  musique, plus particulièrement les percussions telles que la calebasse et le paty Colomba. Les enfants ont créé puis appris à jouer ces instruments.

Un spectacle de clôture présentant ces 15 jours de travail se déroulera au siège de l’association acte SEPT ACI 2000 Hamdallaye près de l’hôtel Radisson, le samedi 25 février prochain à 18heures et l’initiatrice a rappelé que l’entrée est gratuite et a exhorté toutes les âmes de bonne foi et les amoureux de l’art d’honorer de leur présence cette cérémonie riche en couleur.

 

Clarisse NJIKAM

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.