L’Assemblée Générale de l’Organisation Patronale des Industries (OPI) s’est tenue le samedi : Cyril Achcar succède à Mamadou Sidibé pour consolider les acquis

0

C’est désormais Cyril Achcar (il était précédemment 1er vice-président) qui dirigera l’Organisation Patronale des Industries (OPI) durant les trois années à venir. Il a été élu à l’unanimité à la tête d’un bureau de 20 membres, le samedi 20 octobre, à l’issue de l’Assemblée générale, qui a été présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Abdoul Karim Konaté. Cyril Achcar succède à ce poste à Mamadou Sidibé, qui n’était pas candidat à sa propre succession.

Le ministre de l’Industrie et du commerce, Abdoul Karim Konaté (G) et le nouveau président de l’OPI, Cyril Achcar, samedi, lors de l’assemblée générale

La salle Moussa Balla Coulibaly du Conseil National du Patronat sis à l’ACI 2000 a servi de cadre, le samedi 20 octobre, aux travaux de l’Assemblée générale de l’Organisation Patronale des Industries (OPI). Cette cérémonie présidée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Abdoul Karim Konaté a regroupé tous les acteurs du secteur privé. On notait aussi la présence de Moussa Balla Coulibaly, président d’honneur et Jeamille Bittar, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM).

Il s’agissait de faire le bilan des trois années passées (2009-2012) du bureau présidé par Mamadou Sidibé, absent dans la salle pour des raisons sociales.

Dans son mot de bienvenue, Moussa Mara était très heureux d’accueillir les travaux de cette assemblée générale de l’OPI dans sa Commune. C’est pourquoi, il a saisi cette opportunité pour saluer cette initiative de l’OPI de renouveler son bureau conformément aux textes de l’organisation. Prenant la parole pour prononcer le discours du président Mamadou Sidibé,  Cyril Achcar a tout d’abord salué la présence du ministre de l’industrie et du Commerce à cette assemblée. Selon lui, le mandat qui vient de s’écouler a été significatif dans la vie de l’OPI puisqu’il a été le point de départ d’un véritable processus de structuration. “Aujourd’hui, notre organisation est visible parce que disposant d’un siège qui lui donne une existence indéniable dans le renforcement de son audience auprès des pouvoirs publics ainsi qu’auprès de ses propres membres. Nos actions sont plus visibles et nos membres de façon progressive trouvent satisfaction auprès de l’organisation. Ceci s’explique par une montée franche du niveau de nos ressources du fait d’une grande adhésion des unités industrielles. Cette dynamique doit être maintenue et renforcée afin de faire de l’OPI un véritable instrument de développement industriel dans notre pays” a-t-il précisé. Avant de saluer le gouvernement pour la réalisation de certaines actions notamment l’adoption du nouveau document de politique de développement industriel, l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi d’orientation du secteur privé, l’avancement de la mise en place du fonds national d’investissement et du fonds de garantie en faveur du secteur privé avec l’engagement de les doter chacun de 5 milliards de FCFA. Sans oublier l’adoption du nouveau code des investissements en décembre 2011.

Avant de conclure son discours, Cyril Achcar précisera que cette assemblée générale devra être celle de la consolidation des acquis sur tous les plans. Pour ce faire, l’organisation doit être renforcée davantage, la cohésion et l’unité d’action doivent être recherchées par tous les moyens.

C’est avec un grand plaisir que le ministre de l’Industrie et du Commerce, Abdoul Karim Konaté a pris la parole devant tout ce beau monde. Au lieu de prononcer  le discours qu’il avait préparé en cette circonstance, Empé a montré aux responsables du secteur privé qu’il maitrise son domaine. Il a reconnu les difficultés que le pays traverse depuis le coup d’Etat du 22 mars et l’occupation des 2/3 du territoire. Avant de préciser que “la tenue des présentes assises est un événement majeur pour le secteur privé car  elle offre l’occasion de témoigner à tous, le ferme engagement et la volonté des membres de l’OPI de donner un nouvel élan à cette importante organisation de notre secteur privé”. L’occasion était bonne pour lui de saluer et de féliciter les chefs d’entreprises pour leur détermination à agir pour la construction d’une économie forte et prospère.

“L’Assemblée générale de l’OPI intervient cette année dans un contexte national, marqué par la rébellion au Nord et des défis sécuritaires et économiques nouveaux pour notre pays. Je reste convaincu que le Mali saura trouver en son sein les réponses appropriées pour venir à bout de ces difficultés par la conjugaison des efforts de tous” soulignera-t-il. Il a ensuite rendu un vibrant hommage au président sortant de l’OPI, Mamadou Sidibé : “votre action à la tête de l’organisation a contribué largement à faire de l’OPI un acteur incontournable dans la conception et la mise en œuvre de la politique de développement industriel du gouvernement. Ce dont, je vous en remercie infiniment”.

Après la présentation des rapports d’activités et financiers, ce fut la mise en place d’un nouveau bureau pour les trois années à venir. C’est à l’unanimité que Cyril Achcar a été élu à la tête d’un bureau de 20 membres. Le ministre de l’Industrie et du commerce a souhaité bon vent à ce nouveau bureau de l’organisation.

  Alou B HAIDARA

 

PARTAGER