L’eau c’est la vie, l’eau potable c’est la santé, et l’énergie c’est le développement

0

journé de l'eauAu Mali, 35% de la population n’a pas accès a l’eau potable et 74% des besoins énergétiques sont satisfaits par la biomasse. La coupe abusive de bois influence négativement la pluviométrie et le niveau des cours d’eau, et accélère l’avancée du désert. Quant au manque d’eau, il maintient les populations dans le cycle vicieux de la pauvreté, ne leur offrant aucune possibilité d’être en bonne santé ni de vivre dans un environnement sain.  Les couts exorbitants des constructions des barrages, la cherté des équipements et du gasoil nécessaire aux centrales thermiques, le maigre développement des énergies renouvelables et les faibles moyens de la population ne pouvant s’offrir de l’électricité, du gaz et de l’eau potable pour les besoins domestiques sont autant de raisons qui sous-tendent la réalité de ces chiffres.

 

Cette année, le 22 Mars, journée mondiale de l’eau placée sous le thème « l’eau et l’énergie » semble donc être approprié pour lancer le débat au Mali afin de rechercher des pistes de solution à ces deux problèmes majeurs. Organisée par la Direction Régionale de l’Hydraulique de Ségou avec la contribution de World Vision et plusieurs autres partenaires, la journée mondiale de l’eau a été célébrée  au sein de l’amphithéâtre de l’université de Ségou. Elle a été le lieu pour une centaine d’étudiants et étudiantes d’échanger sur la thématique avec les Directeurs du Cabinet du Gouverneur, de l’Hydraulique, des Energies, de l’Assainissement, de la Société Malienne de Gestion de l’Eau Potable (SOMAGEP), World Vision et bien d’autres acteurs des deux secteurs.

 

Le Directeur du Cabinet du Gouverneur, Mr Mamadou GaoussouTraoré, a ouvert la cérémonie en rappelant que l’eau c’est la vie, l’eau potable c’est la santé et l’énergie c’est le développement. 8% de la production des énergies dans le monde est utilisée pour la production, le transport et la distribution de l’eau tandis que sans eau, les énergies ne peuvent être produites.  Le rôle de l’eau et la place de l’énergie ne sont ni à débattre ni à démontrer aujourd’hui. Cette journée avait pour but d’attirer l’attention des décideurs sur une gestion durable de ces deux ressources, d’éduquer et de sensibiliser les étudiants et toutes les participants sur la gestion responsable de l’eau face à une demande de plus en plus croissante.

 

L’ONG World Vision a saisi l’occasion pour traiter de la qualité de l’eau, exposant ainsi sur les méfaits de la consommation d’une eau non potable et la nécessité de sensibiliser les populations sur les mesures d’accompagnement à savoir le transport et le stockage pour maintenir la qualité de l’eau.  Partenaire incontesté de la Direction Régionale de Ségou, World Vision a en 2013 réalisé 102 points d’eau sur  un total de 175 soit 58% des réalisations de la région et a effectué 100% des réhabilitations des points d’eau défectueux.

 

Il était donc important pour World Vision et pour la DRH d’associer les étudiants à cette célébration afin qu’ils comprennent les enjeux de cette problématique car ils sont les maçons, les ingénieurs et les politiciens du Mali de demain.

 

Les étudiants ont démontré leur intérêt pour le sujet à travers de nombreuses questions relatives aux mesures prises pour lutter contre l’ensablement, le cout élevé de l’électricité au Mali ou encore le rôle de la mairie dans l’épuration des égouts de la ville. Les représentants des structures présentes ont apporté des réponses satisfaisantes aux étudiants qui ont toutefois compris qu’ils doivent être instruits, motivés et engagés pour engranger le changement voulu.

Source  : World Vision

PARTAGER