Formation : De grandes écoles accueillent les élèves par concours

0

Au Mali, chaque année, l’accès aux grandes est conditionné à un concours. Généralement, ces concours, basés sur les connaissances académiques, l’évaluation de la motivation et la personnalité des candidats,  permettent d’identifier les meilleurs talents, de recruter les meilleurs profils afin de leur offrir un parcours d’étude personnalisé.

 Ecole nationale d’administration (ENA)

Placée au carrefour des administrations maliennes, l’ENA vise l’excellence dans l’accomplissement de sa mission entièrement dédiée à la professionnalisation des cadres. À cet effet, le culte du travail bien fait, la transparence, l’écoute de l’autre, le respect des règles et de l’égalité, l’évaluation des résultats sont les fondamentaux qui régissent son action.

LEna s’emploie à dispenser une formation adaptée aux cadres en leur apportant ou en les aidant à renforcer les compétences nécessaires pour servir de façon efficiente et exemplaire dans les services publics de l’Etat et fournir des prestations de qualité aux citoyens-usagers.

Il existe deux voies d’accès à l’Ena : le concours direct pour les titulaires d’au moins une maîtrise (master) âgés de 40 ans au plus et le concours professionnel pour les fonctionnaires de la catégorie B2 des corps recrutés par la voie de l’Ena, âgés de 45 ans au plus, justifiant de 5 ans d’expérience.

Les concours sont organisés périodiquement selon les besoins de l’administration. La durée de la formation est de 24 mois durant lesquels les élèves fonctionnaires ont la qualité de fonctionnaire stagiaire, avec un statut attractif. A la fin de la formation, ils sont nommés dans leur corps de recrutement.

Instituts de Formation de Maîtres IFM

Ces établissements scolaires dénommés Institut de formation des maîtres, au nombre d’une vingtaine aujourd’hui, ont pour objet de former et de mettre à la disposition du département de l’Education nationale, des ressources humaines qualifiées, capables de transmettre des bonnes connaissances aux élèves. Cette politique a été un meilleur cadre d’études et d’un bon enseignement donné aux élèves maitres, admis au concours d’entrée aux IFM. Le concours est ouvert aux élèves détenteurs du DEF ou du Bac.

Institut polytechnique rural de formation et de recherche appliquée (IPR/ISFRA) :

Connu sous le nom de l’IPR de Katibougou, l’institut est l’une des plus anciennes institutions de formation des agents du développement rural de la sous-région ouest africaine. En 1897, la Station de recherche agronomique expérimentale de Kati fut transférée au site actuel de Katibougou. En 1965, le gouvernement de la République du Mali décida de créer l’Institut Polytechnique Rural (IPR) de Katibougou qui occupa l’ensemble des infrastructures du CTA et en 1970 celles de l’Ecole des assistants d’élevage de Bamako comme annexe. En 1996 l’Institut polytechnique rural (IPR) devient Institut polytechnique rural de formation et de recherche appliquée (IPR/IFRA).

Ses missions sont : la formation initiale des ingénieurs en agronomie, en agro-économie, en zootechnie et eaux et forêts ; la formation en vulgarisation agricole (niveau maîtrise et brevet de technicien, la formation initiale de techniciens supérieurs dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, des eaux et forêts et du génie rural, la promotion de la recherche scientifique et technologique, la formation continue des cadres du développement rural et des jeunes diplômés désirant s’installer à leur propre compte dans le secteur rural ou encore la formation des communautés rurales.

L’Ecole normale supérieure (ENSup)

La filière de formation des Professeurs d’enseignement secondaire (PES) a une durée normale de deux ans après la licence et la filière de formation des Professeurs d’enseignement fondamental (PEF) d’une durée normale de quatre ans après un concours de recrutement niveau baccalauréat parmi les maîtres principaux de l’enseignement fondamental ayant un minimum de trois ans dans leur fonction de maitres principaux. Aussi, l’ENSup est chargée de la formation continue des enseignants du fondamental et secondaire.

Actuellement, l’établissement est rattaché, comme toutes les “grandes écoles”, à la direction nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. L’Ecole normale supérieure a pour missions : la formation initiale des professeurs appelés à exercer dans les enseignements secondaire, normal et fondamental, la formation des directeurs de CAP,  la formation des inspecteurs d’enseignement secondaire, la formation des techniciens et attachés de l’enseignement (Techniciens de laboratoire, personnels de vie scolaire, la formation continue des Professeurs des enseignement secondaire, normal et fondamental, des conseillers pédagogiques et des administrateurs scolaires et la recherche scientifique. Il s’agit donc de former des formateurs susceptibles d’accomplir les besoins de spécialiste d’une discipline, de tuteur ou gestionnaire de projets de formation.

Institut national des arts (Ina)

L’Institut national des arts de Bamako (Ina) est un centre d’apprentissage culturel et artistique. Il a été créé en 1933, sous le nom de Maison des artisans soudanais. Il fut plus tard rebaptisé en école artisanale de Bamako, avant de devenir l’Institut national des arts de Bamako en 1963.

Le centre comporte cinq sections : peinture, musique, art dramatique, métiers d’arts et animation socio-culturelle.

L’Ecole nationale d’ingénieurs Abderhamane Baba Touré

 L’École nationale d’ingénieurs Abderhamane Baba Touré (ENI/ABT) est une école d’ingénieurs fondée en 1963 à Bamako. Elle forme des ingénieurs en génie industriel (mécanique, énergétique, électricité), en génie civil (bâtiment, hydraulique), géodésie (photométrie, topométrie, géodésie astronomie) et géologie (hydrogéologie, géologie minière). Depuis juillet 2006, l’établissement porte le nom de l’homme politique Abderhamane Baba Touré.

En plus des cycles ingénieurs génie civil, ingénieur géodésie et génie industriel, les étudiants peuvent également se former dans les cycles de technicien supérieur, d’exploitation minière (EM), de technicien supérieur en génie civil (GC), de génie de télécommunication et informatique (GTI), de génie industriel et maintenance (GIM), de génie thermique et énergie (GTE), et le cycle technicien supérieur en topographie (Topo).

Institut universitaire de gestion (IUG)

L’IUG  a quatre types de candidats qui peuvent s’inscrire, mais tous seront soumis à une présélection, suivie d’un test. Ces candidats sont : les étudiants réguliers Bac (de l’année en cours, 25 ans au plus),  les titulaires du BT (de l’année en cours avec mention au moins Assez Bien), les professionnels (titulaires du Bac et BT), les candidats non Maliens (titulaires du Bac ou d’un diplôme équivalent).

L’IUG prépare en 2 ans au DUT (Diplôme universitaire de technologie)  dans les spécialités suivantes : secrétaire assistant de gestion, secrétaire de direction, secrétaire particulière, secrétaire comptable, finances et comptabilité, technique de commercialisation, informatique de gestion, hôtellerie et tourisme, commerce international, gestion logistique et transport, gestion des entreprises et administration. La durée maximale des études est de 3 ans, (un seul redoublement est autorisé).

Ecole nationale supérieure des travaux publics (ENSTP)

L’ENSTP a pour mission  de former des cadres experts et des techniciens capables d’exécuter ou de participer efficacement à tout projet dans le domaine des infrastructures rurales. Pour la filière génie rural : approvisionnement en eau potable, assainissement du milieu physique, lutte contre la dégradation et la pollution de l’environnement, dans le domaine des infrastructures routières, hydrauliques et bâtiments, pour la filière génie civil, dans le domaine des infrastructures urbaines, dans le domaine de la topographie.

Institut national de formation des travailleurs sociaux (INFTS)

L’Institut national de formation des travailleurs sociaux est un EPST créé le 29 mars 2002. Il a pour mission d’assurer la formation initiale et continue dans le domaine du travail social. L’institut  recrute des bacheliers ou des professionnels de niveau équivalent disposant d’une ancienneté requise pour le diplôme de technicien supérieur en travail social (DTSTS), des titulaires du diplôme d’études universitaires générales (DEUG) ou d’un niveau équivalent avec une ancienneté requise pour l’obtention du diplôme supérieur en travail social (DSTS).

Les produits de la formation initiale de l’INFTS sont destinés aux structures publiques, ONG, projets, collectivités décentralisées, aux organismes publics (santé, éducation, agriculture, assurances et mutuelles).

Institut national de formation en sciences de la santé INFSS

L’Institut national de formation en sciences de la santé est une référence nationale et un carrefour des compétences pour les professionnels de la santé. Cette école est née de la fusion des 6 écoles étatiques de formation des professionnels de la santé non médecins.

L’Ecole supérieure de journalisme et des sciences de la communication (ESJSC)

Créée en 2015, l’École supérieure de journalisme et des sciences de la communication a débuté ses activités en 2017. Elle a pour mission, la formation initiale et continue en journalisme et en sciences de la communication. Elle entend s’employer dans la production audio-visuelle de tous les documents de communication et d’information.

Ibrahima Ndiaye

 

 

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here