Adama Ben Diarra : « Macron a fait un deuxième abandon en plein vol »

8

La visite annulée du président français Emmanuel Macron au Mali continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive à Bamako. Le sujet était au cœur d’un meeting du mouvement Yèrèwolo Debout sur les remparts. C’était ce samedi 18 décembre au siège du mouvement à Badialan.

 « Macron venait dire « non » à la venue de la Russie au Mali », a débuté Moussa Diarra, ancien député élu à Kati et connu pour ses positions tranchées sur les questions relatives à la présence de la France au Mali. « Le président Assimi agit exactement comme les Maliens le veulent », se réjouit Moussa Diarra. Et d’ajouter avec satisfecit : « Nous avons aujourd’hui les dirigeants auxquels nous avons longtemps rêvé ».

« Le pouvoir actuel n’a pas amené Yèrèwolo dans ses valises », a défendu Siriki Kouyaté, leader du mouvement tentant de défaire Yèrèwolo de l’image de porte-voix des Colonels de Kati. « Nous sommes nés au moment où le régime IBK a montré ses limites », a expliqué Siriki Kouyaté à l’assistance. « Le seul rapport qui existe entre nous et le pouvoir actuel, c’est le chemin du peuple qu’ils ont emprunté », a assuré Siriki Kouyaté.

« Pour la France, perdre le Mali c’est perdre son influence dans le Sahel », a indiqué Adama Ben Diarra, porte-parole du mouvement Yèrèwolo.  « La volonté de Macron, c’était de venir et tenter de récupérer cette influence en déclin avec le pouvoir d’Assimi », a assuré celui que l’on surnomme Ben le Cerveau. « Il y a plusieurs versions à l’annulation de la visite de Macron, mais nous allons donner la bonne version » a informé Adama Ben Diarra. Le Covid-19, a-t-il dénoncé, est un faux prétexte, car une visioconférence aurait pu régler le problème.

Aux dires de Ben le Cerveau, Macron venait d’abord pour la communication politique en vue de sa réélection. Assimi a dit « non » aux caméras. Aussi, la rencontre se fera à Koulouba et non à l’aéroport de Bamako. « Mieux, c’est le Premier ministre Choguel qui devait accueillir Macron à sa descente d’avion », a informé le conférencier sûr de ses informations. « Voici les vraies raisons qui ont poussé Macron a fait un deuxième abandon en plein vol du Mali », a conclu Adama Ben Diarra, riant à pleines dents.

 

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. poil a gratter,

    Les occidentaux ont été les premiers á les compagnies militaires privées, donc á privatiser la guerre.

    Tout le complexe mlitaro-industriel des usa est privé. C’ est le même cas avec l’ europe occidentale.

    En plus , ce sont les grandes fortunes occidentales qui passent les commades de guerres aux hommes politiques. Ces derniers sont placés au pouvoir uniquement pour ça.

    N’ est-ce pas ça le plus haut niveau possible de la CORRUPTION…????

  2. D’ autres vents sofflent dans le monde entier.

    La République Populaire de Chine est aujourd’ hui la première économie du monde.
    Elle est aussi hypersonique, en plus d’ être thermonucléaire et quantique.

    La russie est redevenue militairement la première puissance militaire , encore plus puissante que l’ URSS.
    Elle maîtrise mieux que quiconque, ici sur terre les sciences des matériaux et les sciences de l’ électromagnétisme.

  3. Il faut aller à l’essentiel: sortir notre pays de ce conflit meurtrier pour recouvrer notre souveraineté et l’intégrité du territoire. Pour ne pas être largué ou abandonné en plein vol, arrêtons d’embarquer dans leur avion.
    Ne jamais oublier qu’une diaspora forte vit en France et contribue efficacement au bien-être de leurs familles et proches, ainsi qu’à l’épanouissement économique du Mali

  4. Notre sécurité ne pourra être assurée ni par la France ni par la Russie.
    Arrêtons les manifestations hystériques au front pour combattre. Il ne s’agit point d’être seulement “débout sur les remparts”

  5. Laissons Macron et occupons nous de notre souveraineté synonyme de liberté et de développement socio-économique et culturel

  6. macron is politician that see himself of best politicians in France thereof media during his reelection campaign have great influence on what he choose to do with his decision having base of what will gain greatest number of voters for him. Obviously coming to Mali not receiving agreement preventing Wagner from Russia being present in Mali is no time to come.

    From information I have received concerning Malian law President Goita may not as law exist become president of Mali beyond Transitional Government period. According to law only Prime Minister Choguel Maiga of Transitional Government three highest officers may campaign to become president after Transitional Government is no longer in office.
    However laws may be changed. If possible in Mali this action should be pursued for upcoming presidential election. If not we should clearly favor Prime Minister Choguel Maiga. Of course there is also Moussa Sinko Coulibaly.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  7. Macron avait pensé que le Mali était un maillon faible. Maintenant il a su la vérité. Le Mali montrera aux autres que “anw tè mana mana mogow yé!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here