Assises : Les meurtriers de Galadio Diallo condamnés à la peine de mort !

    1

    Le jeudi 4 mars dernier, la 1ère session de la Cour d’Assises a rendu sa première sentence de peine de mort, infligée aux auteurs de l’assassinat de Galadio Diallo. Il s’agit de cette affaire d’association de malfaiteurs, assassinat et complicité d’assassinat dont sont accusés Balobo Barry, Amadou Diallo (Cousin de la victime) et Aly Diakité. Un meurtre commis dans la nuit du 16 Novembre 2018 à SoudougoubaCoura.

    En effet, courant 2012, de son retour de la Côte d’Ivoire, Amadou Diallo, un maitre coranique et son cousin Galadio Diallo se retrouvèrent chaque mardi à la foire hebdomadaire de Sofara chez un parent. Ainsi, passionné par le Tafsir du Coran, Amadou Diallo s’isolait à Guilé pour son prêche ou il a été rejoint par son cousin Galadio Diallo. Un jour, au cours d’un débat, suite à une mésentente, Galadio proféra des injures à l’encontre d’Amadou et leva même la main sur lui, en le traitant d’imposteur.

    De ce fait, après des mois de séjour à Guilé, Amadou s’est aventuré avec ses disciples dans le village de SoundougoubaCoura à proximité de Bamako. Et la victime ne manqua pas d’audace de suivre son cousin Amadou Diallo à SoundougoubaCoura une année après leur mésentente et parvint à s’entendre avec ce dernier pour continuer harmonieusement la cohabitation. Mais peu de temps après, des altercations devinrent leurs quotidiens, puisqu’ils ne partageaient pas les mêmes points de vue sur des questions de religion.

    Ainsi, un jour, Galadio déclara au nommé Aly Diallo, un des disciples d’Amadou Diallo qu’il ose attenter à la vie de ce dernier. Informé de cette déclaration, le maitre coranique et Balobo Barry, un de ses disciples, ont conspiré contreGaladio, sur la base de renseignements fournis à eux par Aly Diakité. C’est ainsi que dans la nuit du vendredi 16 Novembre 2018, Amadou Diallo et Balobo Barry suivirent les directives d’Aly Diakité et rien qu’avec cela, ils se sont réunis à battre à sang Galadio Diallo, pour ensuite l’immoler  froidement. Ayant découvert le corps sans vie de son frère Galadio, la sœur de ce dernier mena par la suite une investigation qui lui permettra de dénoncer les nommés Amadou Diallo, Balobo Barry et Aly Diakité, lesquels furent alors conduits à la Brigade de gendarmerie de Baguinéda.

    En plus, à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur, les accusés n’ont tergiversé à faire leur mea-culpa relativement aux faits d’assassinat, de complicité d’assassinat et d’association de malfaiteurs reprochés à eux. Ils ont également avoué clairement que leur dessein était d’éliminer la victime afin que celui-ci, une fois de retour de chez Amadou Kouffa, ne vienne faire ce qu’il avait promis. Vu qu’ils affirment que Galadio Diallo est un Djihadiste, notamment un élément du terroriste Amadou Kouffa.

    Donc, le jeudi 4 mars dernier, Amadou Diallo, Balobo Barry et Aly Diakité étaient à la barre de la Cour. Ils ont reconnu les faits et se sont défendus d’avoir eu à se protéger contre la victime. Lequel avait promis d’un moment à l’autre attenter à la vie d’Amadou Diallo. Donc qu’ils ont prévenu ce que Galadio allait commettre.

    Malgré toutes ces explications des accusés et la défense de leur avocat, les trois hommes ont fini par être condamnés à la peine de mort. Peut-on classer la réaction de ces hommes dans le registre de la légitime défense ? La question reste posée !

    Par Mariam SISSOKO

     

    Commentaires via Facebook :

    1 commentaire

    1. Il n’y a pas de légitime défense dans ce cas. La victime n’a rien fait matériellement pour attenter à la vie des inculpés au moment où ces derniers l’ont attaqué. Ils peuvent dire que c’est une frappe préventive qu’ils ont mené, mais il faudra apporter les preuves que la victime préparait les attaquer. Même dans ce cas ils devraient la dénoncer à la police.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here