Signes prémonitoires, divergences de vue… l’ancien ministre Dadié Dagnoko livre sa part de vérité sur l’Éclatement de la Fédération du Mali

0

Ce samedi 17 septembre, au Mémorial Modibo Keita, l’ancien ministre de la Culture Dadié Dagnoko a animé une conférence-débat. La conférence a lieu dans le cadre de la célébration du 22 septembre 2022. Elle a porté sur le thème : « l’Éclatement de la Fédération du Mali, vécu et raconté par un témoin ».

 « L’éclatement de la fédération du Mali a été un événement douloureux », se souvient Dadié Dagnoko. Jeune à l’époque de cette fédération qui a réuni le Mali actuel et le Sénégal, avec Modibo Keita comme président du conseil fédéral. Aux dires du conférencier, ce sont quelque 20 000 familles qui ont été jetées dans le train, direction Bamako. « Des couples brisés et des gens qui ont tout abandonné…», a regretté Dadié Dagnoko revenant sur les signes qui prédisaient l’échec de la Fédération du Mali.

A la montée officielle du drapeau de la fédération avec l’emblème du masque Kanaga, raconte Dadié Dagnoko, on s’est rendu compte que le drapeau était renversé. Aussi, le jour de l’indépendance de la fédération, le 20 juin 1960, la clé du Palais est tombée des mains du président Modibo Keita. Autre fait, le président Keita, s’est trouvé bloqué dans l’ascenseur au Palais. Mais ce qui a le plus marqué, Dadié Dagnoko malgré sa jeunesse, c’était l’apparition d’un chat noir au milieu de la foule qui célébrait l’indépendance à Dakar.

Choix difficile du chef d’état-major…

 Pour Dadié Dagnoko, le choix du chef d’état-major de l’armée fédérale a été un point important dans l’éclatement de la Fédération du Mali.  Le président du Conseil fédéral Modibo Keita avait proposé le colonel Abdoulaye Soumaré tandis que le vice-président Mamadou Dia préférait le colonel Amadou Fall. « Pour Modibo, le colonel Soumaré était le plus âgé, et aussi le plus ancien dans le grade », a rapporté le conférencier. Lorsque le président Modibo a confirmé le colonel Soumaré au poste de Chef d’état-major, Mamadou Dia refuse de contresigner l’acte de nomination et évite les conseils des ministres.

En plus des signes prémonitoires et des divergences, la Fédération du Mali a dû faire face aux ennemis. Des personnalités comme l’ivoirien Félix Houphouët Boigny qui ont pesé de leur poids pour l’échec de la Fédération. Finalement, le 20 août 1960, Modibo Keïta et ses compagnons ont été arrêtés et mis dans un train pour Bamako.

Mamadou TOGOLA /Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here