Mauritanie: Jour de clarification pour Ghazouani, un nain politique face à des prétendants sérieux

0

En Mauritanie, la campagne électorale aura duré 14 jours. Les six candidats en compétition pour succéder au président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz sont: Mohamed Ould Ghazouani (l’UPR), candidat dauphin de l’homme fort de Nouakchott, l’étoile montante Biram Dah Abeid (IND), Mohamed Ould Mouloud (UFD), Baba Hamidou Kane (CVE), Mohamed Lemine El-Mourteji El-Wavi (IND) etSidi Mohamed Ould Boubakar (RNRD), ancien premier ministre. Un scrutin déterminant qui va sans doute rebattre les cartes politiques du pays. Infographie

La campagne présidentielle a été soutenue. Pendant 14 jours d’intenses meetings des candidats à travers le pays. Ce dimanche 22 juin, les Mauritaniens ont pris le chemin des urnes pour choisir entre les six candidats en lice leur futur président. Le candidat-dauphin du Président sortant, Ould Ghazouani est perçu comme un des favoris de cette présidentielle aux côtés de l’ancien premier ministre Ould Boubacar, proche de l’ancienne  oligarchie sous l’ère Ould Taya et du régime transitoire au lendemain des élections présidentielles post-Taya. Figure parmi les favoris, le candidat Biram Dah Ould Abeid.

L’opposition va-t-elle tirer son épingle du jeu face à la machine du candidat Ould Ghazouani, qui passe aux yeux de bon nombre de Mauritaniens comme un novice et un nain de la chaudière politique. À l’évidence,  trois candidats sortent du lot : Mohamed Ould Ghazouani, Sidi Mohamed Ould Boubakar (RNRD) et Biram Dah Abeid (IND). Un outsider qui peut faire des surprises, Hamidou Baba KANE. Celui que l’on présente comme le candidat des victimes et de l’espoir du changement. Le futur successeur du président Ould Abdel Aziz devra relever le défi de conjuguer développement, progrès en matière de droits humains et préservation d’une stabilité chèrement acquise.

Force est de constater que les trois candidats qui sortent du peloton sont, le général Ghazouani du parti au pouvoir, Sidi Mohamed Ould Babacar, soutenu par les islamistes modérés de Tawassoul, ou encore le leader anti-esclavagiste Biram Dah Abeid. Le candidat Hamidou Baba KANE a réalisé de grosses prouesses combinant une communication politique modérée se situant au milieu des deux cultures sociologiques du corpus électoral avec cet écrin accessible. Alors que le candidat Ghazouani s’est révélé un peu moins mordant et livré un discours mal élaboré. Un amateurisme politique qui saute à l’oeil nu chez les initiés de la communication politique pure et dure.  Jusqu’à midi, la grande affluence n’était pas au rendez-vous. Au fur et à mesure que les heures passeront, le taux de participation à ce scrutin présidentiel se précisera. Avant la fermeture des bureaux de vote.

Ce samedi est un jour de vérité et de clarification pour les citoyens mauritaniens, ainsi que pour leur démocratie qui souffre d’une ligne visible crédible pour ce qui est de la configuration réelle et inoxydable des rapports de forces politiques.

Par A.F.B de Confidentiel Afrique

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here