«Complicité» de la France avec le terrorisme : Des acteurs anti-corruption maliens mettent les pieds dans le plat

1

Certes dans une proportion moindre, mais le chef de la diplomatie malienne ne se sera guère montré moins percutant que le chef du Gouvernement par intérim, lors de son passage sur cette autre tribune des Nations – Unies. C’était à l’occasion de la présentation du rapport annuel du secrétaire général de l’ONU, un rapport que le ministre malien des Affaires étrangères a battu en brèche, non sans redoubler d’ardeur dans l’affirmation de la souveraineté du Mali. Abdoulaye Diop s’est en clair inscrit en faux contre la perception onusienne de la situation au Mali dans nombre d’aspects – dont les avancées dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et les évolutions du retour à l’ordre constitutionnel -, mais il s’est tout aussi insurgé contre les incursions sans frontières des missions de la Minusma sur le terrain du droit humanitaire. Allusion est faite notamment à l’intérêt d’un certain comité d’experts de l’ONU pour les présomptions d’atteintes aux droits de l’homme au Centre du Mali, un domaine au sujet duquel Bamako continue d’afficher son refus de transiger et d’accuser les missions onusiennes de déstabilisation du Mali.

Le passage du représentant malien a été mis à profit pour remettre le couvert sur les nuisances présumées de la France, sur fond de persistance dans les accusations de l’ancienne colonie et non moins partenaire antiterroriste. Paris a été notamment pris à partie pour violation de l’espace aérien malien et pour connivence avec les djihadistes auxquels ils livreraient armes, munitions et informations stratégiques. Pour les preuves de ces accusations, l’opinion internationale et le public malien prendront encore leur mal en patience. Et pour cause, les autorités maliennes les garder par-devers elles et se réservent le droit de ne les divulguer dans le cadre d’une hypothétique réunion spécifique du Conseil sécurité. C’est ainsi que le public est resté sur sa faim lors de la présentation du rapport sur la situation au Mali et s’est contenté d’une spectaculaire  passe d’armes entre le représentant français à l’ONU et le ministre Diop, provoquée par la dénonciation suivante : «Le Gouvernement du Mali renouvelle sa demande d’une réunion spécifique du Conseil de sécurité, qui lui donnera l’occasion de présenter les preuves concrètes des actes de duplicité, d’espionnage et de déstabilisation de la France à l’encontre du Mali, y compris le partage de renseignements et le largage de matériels militaires au profit des organisations criminelles, qui sont à l’origine de l’insécurité et des violences contre nos populations civiles qui attendent du Conseil de sécurité qu’il assume sa responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales».

Sauf que le maintien du suspense sur les preuves tant annoncées, à coups d’ajournements incessants, semble plutôt corroborer les doutes de beaucoup d’observateurs sur la réalité desdites preuves ainsi que sur la détermination des autorités maliennes à traquer véritablement les complices des terroristes. En atteste cette gênante sortie de l’Association malienne de lutte contre la corruption et la délinquance financière, qui dénonce le silence et l’inertie des autorités maliennes devant deux cas de complicités par vente d’armes aux terroristes. «Nous avons appris avec sidération les accusations portées sur le sous-officier Drissa Diakité, ancien responsable du dépôt d’armes du camp Firhou Ag Alinsar de Gao, qui aurait organisé et exécuté des détournements massifs de matériels militaires revendus aux pires ennemis de notre pays, des djihadistes», peut-on lire dans sa correspondance adressée à l’ancien président de la Transition, Bah N’Daou. Et la correspondance de demander les suites de l’affaire tout en précisant que les connexions de l’intéressé avec les groupes terroristes ont été décelées par les forces Barkhane «au cours d’une opération anti-terroriste», avant qu’il ne tombe dans les mailles du filet. Dans une plus récente sortie sur les réseaux sociaux, la même association s’insurge contre le mutisme du Pôle spécialisé de lutte antiterroriste qu’elle a dit avoir pris soin d’informer du scandale, depuis sa survenue il y a deux ans environ. Comme pour signifier, dans l’air du temps, que les complices du terrorisme se tapissent y compris dans les rangs de l’armée malienne qui accuse les anciens partenaires français de collision avec l’ancien ennemi commun. Quoi qu’il en soit, une telle approche de là question est corroborée par d’autres éléments factuels tout aussi édifiants. Il s’agit d’une récente lettre circulaire où le Ministre en charge de la Sécurité fait allusion, menaces de sanctions disciplinaires et de poursuites judiciaires à l’appui, à des éléments des forces de défense et de sécurité coupables de vente de sa dotation en armes ou qui s’approvisionne en armes et munition dans les magasins d’armement des casernes pour fournir leurs, etc.

En définitive, le phénomène de la complicité avec le terrorisme paraît beaucoup plus proche que ses dimensions pour lesquels un arbitrage a été sollicité par le Mali à l’échelle inter nationale.

 

A KEÏTA

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. “…Sauf que le maintien du suspense sur les preuves tant annoncées, à coups d’ajournements incessants, semble plutôt corroborer les doutes de beaucoup d’observateurs sur la réalité desdites preuves ainsi que sur la détermination des autorités maliennes à traquer véritablement les complices des terroristes….”
    ABDRAHAMANE, TU PRENDS LE PROBLEME DU MAUVAIS COTE.
    UNE QUESTION: SI LE GOUVERNEMENT FRANCAIS A UNE OCCASION AUJOURD’HUI DE DEMONTRER QUE LES AUTORITES MALIENNES SONT DES MENTEURS, PENSES-TU QU’IL S’EN PRIVERAIT? NON, NON ET NON. SI CE QUE LE MALI DETIENT N’EST PAS REFUTABLE, LA FRANCE SERAIT DEPECHEE DE TENIR CETTE REUNION DU CONSEIL DE SECURITE ET CONFONDRE “LE MENSONGE” DES MALIENS.
    ET PUIS DE TOUTES FACONS, LE MALI A DEJA GAGNE DANS CETTE AFFAIRE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here