COOPÉRATION : Une délégation algérienne à la découverte des différentes structures sanitaires des FAMa

0

Conduite par le Directeur général de l’Hôpital central des Armées algériennes, le Général Major Ourrad El-Mountassir, une délégation de l’Armée algérienne a séjourné au Mali du 9 au 11 août 2022. Elle a visité les différents services sanitaires des Forces armées maliennes (FAMa) en compagnie du Directeur central du service de santé des Armées (DCSSA), Général de brigade Mohamed Alpha Diaw. Il s’agit notamment de, entre autres, la DCSSA, l’infirmerie Hôpital de Bamako, l’unité psychiatrique de la polyclinique des Armées de Kati…

Cette visite a permis de renforcer la coopération bilatérale entre le Mali et l’Algérie, dans le domaine de la santé des armées notamment. Elle s’inscrivait notamment dans le cadre de l’étude des possibilités d’assistance et de coopération pour l’édification de l’Hôpital militaire d’instruction des FAMa. Le Directeur central du service de santé des Armées, Général de brigade Mohamed Alpha Diaw, s’est réjoui de la disponibilité de son homologue algérien à aider les FAMa en ce temps de crise que traverse le Mali. Selon le DCSSA, «cette visite a été un succès car elle a permis à l’hôte du jour d’avoir un aperçu sur la situation générale des services sanitaires des FAMa». Ce qui a mis en exergue la nécessité d’apporter des améliorations au niveau de certaines structures et de partager les expériences entre les armées malienne et algérienne.

 

BUDGET : Les finances publiques affectées par le ralentissement des activités économiques suite aux sanctions de la Cédéao

Le Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga a présidé mardi dernier (9 août 2022) une réunion du conseil de cabinet consacrée à l’examen de l’avant-projet de loi portant modification de la Loi N° 2021-071 du 23 décembre 2021 portant loi des finances pour l’exercice 2022. Une modification imposée en partie par la crise ukrainienne et les «sanctions illégales et injustes» prises par la Cédéao et l’Uémoa contre notre pays. Et cela alors que nous étions déjà confrontés à la double crise sécuritaire et sanitaire liée au Covid-19. Cela a eu «un impact négatif sur l’économie nationale en provoquant un ralentissement des activités économiques et, par extension, une diminution des recettes de l’État».

Ainsi, le projet de loi des finances 2022 rectifié porte-t-il les recettes à 1 982 440 000 000 F Cfa contre 2 130 721 000 000) F Cfa dans la loi des finances initiale, soit une diminution de 148 281 000 000 F Cfa. Quant aux dépenses, elles s’élèvent à 2 647 028 000 000 F Cfa contre 2 748 285 000 000 de F Cfa dans la loi des finances initiale, soit une diminution de 101 257 000 000 F Cfa.

 

FINANCES : Le Mali bien côté sur le marché sous-régional malgré la crise

Le gouvernement du Mali (à travers le ministère de l’Economie et des Finances) a marqué les esprits d’emblée en réglant les intérêts pour plus de 60 milliards de  F Cfa dès la levée des sanctions imposées par la Cédéao et l’Uémoa.

Et notre pays vient de réussir la prouesse de lever 277 milliards F Cfa sur le marché de l’Uémoa avec une bonne participation des investisseurs des 8 pays de l’union. En effet, pour rembourser 220 milliards d’échéances tombées pendant l’embargo, le trésor malien avait sollicité les investisseurs pour 270 milliards. Et il a obtenu une réaction favorable à hauteur de 102 %, soit 277 milliards F Cfa. Ce qui dénote que le Mali bénéficie d’une bonne côte sur le marché sous-régional malgré la crise.

Par ailleurs, selon un communiqué publié vendredi dernier (12 août 2022) par le ministère de l’Economie et des Finances, le Mali a «réglé l’intégralité des impayés» de sa dette auprès des investisseurs et partenaires, soient plus de 216 milliards de francs Cfa.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here