Commune Urbaine de Bougouni : Paiement fictif de 126 millions FCFA de salaires d’enseignants : le Maire Mamourou Coulibaly dans le viseur du Pôle Économique

2

Le contrôle effectué par le Bureau du Vérificateur Général (BVG) à la Mairie de la Commune Urbaine de Bougouni, a permis de déceler  que le Maire Mamourou Coulibaly, a ordonné des paiements fictifs de salaires d’enseignants pour un montant de 126,71 millions FCFA (126 712 156F) pendant deux ans de gestion.

De la période du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2019, la gabegie à la Mairie de Bougouni a dépassé l’entendement. La preuve : le Maire Mamourou Coulibaly n’a jamais publié les comptes rendus de sessions. Dans cette dynamique, le Vérificateur Général a décelé que sur la base des états de salaires établis par l’Académie d’Enseignement (AE) de Bougouni, le Maire Mamourou Coulibaly, a ordonné le paiement des salaires des enseignants des Collectivités Territoriales mutés hors de sa Commune alors que le délai réglementaire de prise en charge desdits salaires est dépassé. Le montant total indûment payé, pendant la période sous revue, s’élève à plus de 126 millions de nos francs.

Ainsi, pour couvrir cette affaire de faux paiement de salaires, les états de salaires des enseignants de la Commune Urbaine de Bougouni qui étaient déjà traités par l’Académie d’Enseignement  et fin prêts pour la perception sont égarés au niveau de la Mairie. Une stratégie pour le Maire Mamourou Coulibaly de saper les apparences et de se tirer d’affaire. Mieux,  il a demandé à l’AE d’enlever le nom des 31 enseignants qui ont bénéficié la mutation nationale depuis près de 4 à 5 ans et dont leurs noms figurent toujours sur l’état de paye des enseignants de la Commune urbaine de Bougouni. En clair, les salaires de ces 31 enseignants, pendant ces dernières années, tombent dans les poches du Maire Mamourou et  sa bande, malgré que ces mêmes enseignants émargent  sur le compte d’autres communes.

Le Directeur de l’Académie d’Enseignement  (DAE) de Bougouni, M. Lamine Traoré, a proposé à la Mairie de faire passer les états de ce mois afin de trouver une solution au problème, puisse que la fête est déjà proche. Mais malheureusement, le Maire Mamourou refuse cette demande. Et le DAE Lamine Traoré se trouvant aussi dans une position catégorique et unilatérale n’entend pas donner d’instructions à ses agents de faire ce travail. Voici là où se situe le blocus.

En revanche, pour avoir une solution immédiate, la Synergie locale des enseignants de Bougouni s’est réunie en urgence. Objectif : situer la responsabilité et dégager des perspectives.

Déjà,  le Trésor a ordonné les percepteurs de faire le virement des enseignants de la commune avant la fête de Tabaski. Le constat à ce niveau est que la circonscription de Bougouni a 14 communes et 13 communes sont déjà arrivées à la perception qui est la destination finale du traitement des salaires des enseignants fonctionnaires des collectivités. Et si rien n’est fait, les enseignants de Bougouni risquent de fêter sans leurs salaires. D’où le lieu pour la Synergie locale de Bougouni de prendre toutes ses responsabilités, en observant depuis le lundi dernier, un arrêt de travail. Et cela jusqu’au paiement des droits avant la fête.

Mariam Konaré 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Tous maudits ces responsables du pays! Tant que les gens sont mal rémunérés la situation serait toujours comme ça au Mali. Des imbéciles et malhonnêtes qui ne font que piller et voler les honn

  2. Je ne suis pas d’accord avec le DAE. L’AE doit actualiser les états de la la commune de Bougouni, le plus rapidement possible.
    Avec l’informatique, la bonne volonté et les professionnels de la GRH, ça ne devrait pas prendre du temps.
    Le DAE ne doit pas contribuer à la perpétuation de l’irrégularité. Les salaires peuvent être bel et bien virés avant la faite. Techniquement, c’est possible.
    Salam

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here