Goundam : La défaite inattendue aux législatives de 2020 encore en travers de la gorge

0

On ne le dira jamais assez, mais certains mauvais perdants admettent difficilement leur défaite électorale. C’est le cas du scrutin législatif de 2020 qui a vu les candidats du parti au pouvoir dans le cercle de Goundam (Tombouctou) terrassés de la plus belle des manières. Ce qui ne les a pas empêchés de continuer à user de toutes sortes de manœuvres dilatoires afin de revenir sur le devant de la scène.

Ainsi, à la faveur d’une rencontre appelée par une prétendue « Coordination de la tribu Kel Ansar » les 13 et 14 février dernier, ces mauvais perdants ont voulu se refaire une virginité. Mais c’était peine perdue puisque les initiateurs de cette supercherie étaient déjà identifiés. C’est donc tout naturellement que leur initiative n’a été couronnée que par un échec cuisant et retentissant. Ce qui devrait leur faire réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une nouvelle aventure.

Ainsi, plutôt que de mobiliser les vrais leaders de la tribu Kel Ansar et leurs alliés, cette rencontre de la prétendue « Coordination » n’a fait déplacer que des personnes dont l’écrasante majorité n’a rien à avoir avec la tribu.

Ayant comme intention de régler des comptes politiques, cette rencontre a été boycottée non seulement par les populations mais aussi par toutes les autorités coutumières et communales locales. Même les autorités administratives n’ont pas souhaité être associée à cette rencontre. Seul le préfet du cercle a fait le déplacement sans prononcer le moindre discours.

Ce qui est étonnant dans cette affaire c’est de voir les noms de certaines personnalités de la localité investies de fonctions publiques être associés à cette rencontre. Il s’agit entre autres de Oumarou Ag Mohamed Ibrahim, président de l’Autorité des données personnelles et des Ambassadeurs Oumou Sall Seck et Mohamed Ali Ag Ibrahim.

En réalité, ces personnalités digèrent encore très mal la défaite enregistrée aux dernières législatives de mars et avril 2020. Bien qu’issues de tendances politiques différentes, ces personnalités n’ont pas hésité à soutenir les candidats Rahmatou Walet Oumarou dite Kanto et Oumar Sididjé Traoré dit Gaucher. Lesquels ont pourtant été battus à la régulière en second tour des législatives de l’année écoulée. Raison pour laquelle leurs souteneurs qui refusent de s’avouer vaincus, ne lésinent pas sur les moyens, les astuces, les manœuvres et les ruses pour revenir au devant de la scène.

Pourtant, le combat politique lorsqu’il est porté par des personnalités occupant des fonctions au niveau de l’Etat, est faussé. Puisque ce sont les moyens de l’Etat et les influences qui seront mis à contribution pour affaiblir les adversaires. D’autant qu’on n’est pas dans une période de campagne ou même de précampagne.

Toutefois, cette manœuvre orchestrée par cette prétendue « Coordination » n’étonne personne. Ses initiateurs ne sont d’ailleurs pas à leur première initiative. Après la défaite des législatives passées, elle avait annoncé sa mise en place au cours d’une Assemblée constitutive tenue depuis le 25 avril 2020, à Tabago, dans le cercle de Goundam. Curieusement, toutes les personnalités de la tribu Kel Ansar dont leur présence a été citée dans cette rencontre l’ont formellement démentie. Ce qui avait amené les initiateurs à justifier leur acte par l’impossibilité de tenir une rencontre physique à cause de la pandémie de la Covid-19.

Assurément, leur intention ne visait qu’à déstabiliser l’actuel chef de la tribu Kel Ansar Abdoul Magid Ag Mohamed Ahmad dit Nasser dont la désignation ne souffre d’aucune forme de contestation.

En effet, c’est en décembre 2015 après le décès de son oncle Mohamed El Mehdi Ag Attaher El Ansari qu’il a pris la tête de la tribu. Pour couronner ses actions en faveur du rayonnement des Kel Ansar, il sera reconduit une nouvelle fois suite à une rencontre de la tribu tenue en fin mars 2016. Une consécration à la hauteur du combat qu’il mène pour le retour de la paix et de la stabilité au Mali.

Il est temps que les initiateurs de ces machinations de comprendre que le seul chef général de la tribu Kel Ansars et Alliés reconnu par l’opinion nationale et internationale demeure Abdoul Magid Ag Mohamed Ahmad dit Nasser. Il a été désigné à cette fonction selon les règles de l’art et assume cette responsabilité en toute conscience à travers des efforts visant à reconnaitre la contribution de la tribu à la recherche de la paix définitive au Mali. Ce n’est pas pour rien que les autorités actuelles de la Transition ont fait recours à lui en le désignant comme membre du Conseil National de la Transition en vue d’apporter son expérience pour que le pays sorte de la crise dans laquelle il est plongé depuis 2012.

Cheick Bougounta CISSE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here