Présidentielle 2022 au Mali : Les inconditionnels et les indécis

1

Au terme des dix- huit (18) mois de la transition civilo-militaire, notre pays doit organiser en 2022 des élections présidentielle et législative pour boucler la boucle. Compte tenu de la situation,  certains leaders politiques se préparent pour la conquête du pouvoir. Si certains candidats attendent la fin de la transition, d’autres s’affichent déjà  et se lancent dans la cadence. Aujourd’hui, la bataille pour  la conquête de Koulouba s’annonce très  serrée en raison de la situation politique que le pays traverse.

Il faut d’abord souligner que la course pour Koulouba demeure une véritable bataille pour les candidats à la prochaine élection. Ils sont connus dans certaines formations politiques pendant que d’autres n’y arrivent toujours pas à s’afficher. Les partis politiques comme le RPDM de Dr Cheick Modibo Diarra, ADP-Maliba de Aliou Boubacar Diallo, Yelema de Moussa Mara, le SADI de Dr Oumar Mariko, des FARE-Ankawili de l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé et ainsi que d’autres se positionnent. Par contre l’incompréhension et la surprise se dessinent au sein de certains grands partis politiques. Le parti de l’ADEMA PASJ, comme d’habitude  se retrouve à la croisée des chemins, toujours attentiste à la lecture du sens du vent pour s’aligner derrière un candidat avec de fortes chances de l’emporter.

Le RPM d’IBK semble douter toujours à présenter son candidat pour la prochaine présidentielle. Rien ne dit que ce parti  conservera son unité après le clash. Les militants, en général sont opportunistes et pratiquent la politique du tube digestif, sans conviction, pas d’idéologie.  L’URD de feu Soumaïla Cissé traverse une crise de désignation en son sein avec la contestation par certains militants de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé comme candidat potentiel du parti. Celui-ci, plus président que le président par intérim du parti, se donne déjà des airs de chef du parti de la poignée de main en entreprenant des tournées au nom du parti, peut-être sans mandat, en s’adonnant à des bains de foule alors qu’il est le dernier par ordre d’arrivée des militants. Son duel avec Mamadou Igor Diarra s’annonce âpre. Sans oublier de véritables présidentiables parmi la vieille garde, respectueux eux, des mots d’ordre, de la discipline  du parti. Il faut reconnaître que depuis le décès du chef de file de l’opposition, feu Soumaïla Cissé,  les candidatures au sein du parti posent un sérieux problème. La seule et unique question qui se pose est de savoir qui de Me Demba Traoré, d’Amadou Diadié Sankaré ou encore de Boubou Cissé ou de Mamadou Igor Diarra va porter  l’étendard de l’URD ? Une chose est sûre, le parti aura un candidat, consensuel ou pas.

Au regard de la situation du pays, les grands partis politiques tardent à choisir leur  porte-étendards et les élections pourraient être inédites.

Il faut s’attendre à des surprises au cours des prochaines échéances électorales, car certaines formations politiques ont perdu leur crédibilité au profit d’autres.  Les candidats favoris se positionnent malgré les réalités du terrain et une difficile équation  à résoudre.

Par Alassane Cissé

Notre Voie

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il a longtemps doute, mais avec mes conseils, il a fini par accepter se faire suivre. Aujourdh’hui, nous sommes parents a 48 ans pour la premiere fois.
    Courage a Toi LVieux!
    Allah te le rende pout trs bienfaitx
    LVieux.+2.2.9.6.0.4.0.1.5.2.3

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here