3ème congrès du PARENA : Tiébilé Dramé appelle le peuple aux concertations nationales

92
87
Tiébilé Dramé
Tiébilé Dramé

Mettre en place un nouveau bureau politique national et ceux des mouvements des jeunes et des femmes, examen des différents rapports, tels étaient, entre autres, le menu du 3ème Congrès ordinaire du Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA) tenu les 28 et 29 mai dernier au Centre international de conférence de Bamako sous la présidence de M. Tiébilé Dramé, le président sortant.  Un président qui, après tant d’années à la tête du parti, a décidé de remettre son poste de président en jeu. L’espoir est permis car ils sont aujourd’hui des centaines de militants à être aptes à impulser au PARENA une nouvelle marche, une nouvelle dynamique au parti.

 

Le Parti du Bélier blanc a tenu, les 28 et 29 mai 2016, les assises de son 3ème congrès ordinaire du parti. Des assises qui ont été couplées aux congrès des mouvements des jeunes et des femmes. Les délégués étaient venus des 55 sections de l’intérieur, du District de Bamako et aussi des Sections de France, du Sénégal et du Burkina Faso.

Dans son discours d’ouverture, le président sortant a interpellé sur les autorités sur les grandes questions de la Nation. Sur l’application de l’Accord de paix et de réconciliation nationale. Au gouvernement en particulier, aux mouvements signataires, à la communauté internationale, M. Tiébilé Dramé leur a appelé de se donner, dans un élan commun et sincère, pour la mise en application dudit accord et surtout l’examen négocié et consensuel de ses points controversés. Car, a-t-il déclaré, devant la Constitution adoptée par le peuple souverain du Mali en 1992, l’Accord d’Alger ne saurait être ni le Saint Coran, ni la Sainte Bible. D’ailleurs, il a prévu les conditions de sa relecture et de son éventuelle révision.

” Notre responsabilité historique vis à vis de notre pays et de notre peuple nous oblige d’aller, sans traîner davantage les pieds, vers  des concertations nationales en vue de rassembler notre peuple, afin de forger une marge de manœuvre  pour notre pays aujourd’hui coincé et menacé, et en vue d’une appropriation nationale, inclusive et collective de l’Accord d’Alger dont dépendent le présent et l’avenir “, a-t-il martelé.

Aujourd’hui, la situation sécuritaire se dégrade, trop de sang coule au Mali depuis trop longtemps, et les populations du centre et celles du  nord sont terrorisées, et les forces armées sont harcelées quotidiennement. Dans un tel contexte, c’est la responsabilité pour le Président de la République de réagir afin de rassurer les Maliens qui commencent à douter sur sa bonne foi dans un pays coincé.  C’est aussi, a-t-il poursuivi, la responsabilité du Président IBK de sortir le pays  de l’immobilisme et de créer les conditions de mise au point d’une stratégie nationale autonome de sécurisation et de stabilisation du pays.

La recrudescence, la multiplication des actes terroristes dans les cinq régions du Nord sont inquiétantes et traumatisantes. Elles appellent des réponses appropriées qui ne sauraient être que militaires. Les défis sont énormes avec une démographie qui croît plus vite que les ressources et d’une population jeune (83% des Maliens ont moins de 35 ans), la pauvreté de plus en plus galopante, car notre économie qui a tout pour passer à la croissance à deux chiffres, traine encore le pied. A ceux-ci, il faut ajouter les défis d’un espace national à quadriller effectivement par une administration efficace ainsi que des forces de défense et de sécurité conséquemment outillées, défis d’une école compétitive, défis d’une politique sanitaire et d’une gouvernance dignes du grand peuple du Mali.

Parlant de la jeunesse, le président du PARENA s’est beaucoup appésanti sur le manque d’emploi qui demeure de nos jours l’angoisse des jeunes maliens et qui les pousse à l’immigration dont certains, malheureusement, perdent la vie dans les eaux de la Méditerranée.

Un pays qui n’entend pas l’angoisse de ses enfants prépare très mal son avenir.

Le Mali d’aujourd’hui démontre largement l’urgence d’une réflexion stratégique sur les voies et moyens de l’émergence, les révolutions institutionnelles, y compris les transferts de compétences pour une vraie dévolution du pouvoir aux collectivités décentralisées, et y compris les modes de désignation des autorités et responsables du pays.

Dans ce cadre, le PARENA préconise depuis des années, une réfondation de nos institutions, à savoir : la suppression de l’élection présidentielle au suffrage universel, l’élection du Président de la République par le parlement, l’élection des chefs d’exécutifs régionaux par les Assemblées régionales, l’élection du parlement national et des Assemblées régionales au scrutin proportionnel. Et la grave crise politico-institutionnelle et sécuritaire de 2012 aurait dû être l’occasion de cette réfondation. Si le Mali a raté cette occasion, cependant, l’Accord d’Alger est une autre occasion à ne pas rater. La Conférence d’entente nationale dont l’objet doit être revu en est aussi une opportunité à saisir.

 

LA RÉCONCILIATION PAR LES EXCUSES DE MOUSSA TRAORÉ AUX VICTIMES DE MARS 1991

Aujourd’hui, le PARENA se soucie de la réconciliation de tous les fils du Mali. C’est pourquoi le président sortant a interpellé le Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta à créer les conditions des retrouvailles avec ceux qui l’ont précédés à la tête de l’État. Ainsi, il demande à IBK de créer les conditions afin que le président Moussa Traoré apporte une contribution de qualité au renforcement de la cohésion nationale en présentant ses excuses aux victimes de mars 1991 et au peuple malien. Créez les conditions du retour du président ATT qui a non seulement présidé aux destinées du pays dix ans et qui a apporté une contribution décisive à l’avènement de la démocratie. Créez les conditions afin que le président Alpha Oumar Konaré apporte mette son expérience et son expertise à la résolution des problèmes du pays.

Il y chemine aux côtés d’autres, au coude à coude, la main dans la main,  comme l’illustre la grande marche pour le Mali du 21 mai dernier.

Ce cadre unitaire d’action est un atout pour le Mali et il participe de la pédagogie démocratique dans un contexte où la citoyenneté est en crise et la société civile aux abonnés absents quand il s’agit d’infléchir la gouvernance du pays.

Membre de l’opposition, le parti du Bélier a joué son rôle d’investigations et de dénonciations de toutes les actions contre la fragilisation et l’affaiblissement du pays, contre la gabegie, la corruption, le népotisme, l’incompétence et l’immobilisme.

Après tant d’années passées à la tête du parti, M. Dramé a décidé de remettre son poste de président du parti en jeu. Car, l’espoir est permis à travers la présence des centaines de personnes aptes à impulser au PARENA une nouvelle marche, une nouvelle dynamique. Ainsi, il a vivement remercié ses camarades membres du bureau politique national pour la confiance placée en lui et pour leur compagnonnage fidèle et l’amitié sincère qui l’ont permis de vaincre l’adversité, a-t-il conclu.

Les partis amis (de l’opposition comme de la majorité) ont, à travers des témoignages, magnifié leur attachement aux idéaux du PARENA.

Le congrès a pris fin par la mise en place d’un nouveau bureau politique national et de nouvelles équipes dirigeantes des jeunes et des femmes.

A l’ouverture des travaux, une minute a été observée à la mémoire de tous les disparus.

 

Youssouf SANGARÉ

Ajouter un commentaire

92 Commentaires sur "3ème congrès du PARENA : Tiébilé Dramé appelle le peuple aux concertations nationales"

avatar
3500
 
smilegrinwinkmrgreenneutraltwistedarrowshockunamusedcooleviloopsrazzrollcryeeklolmadsadexclamationquestionideahmmbegwhewchucklesillyenvyshutmouthpintadehangman223love
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
KISSINGER<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1249</span>
KISSINGER 1249

Aucune institution de ce pays ne sera refondé par la volonté du Paréna. Un parti qui n’a même pas plus de 200 militants et qui veut imposer des choses à notre pays. Il faut que Tiébilé se réveille de son petit sommeil. C’est bien de faire des propositions à la c.o.n et que demain ce soit le président IBK qui en soit tenu responsable. Vous n’avez jamais été de bonne foi; c’est pourquoi le président IBK ne doit pas prendre en compte vos préoccupations.

SOUMO<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 213</span>
SOUMO 213

Le PARENA doit destituer le petit monsieur TIEBILE DRAME avant qu’il ne fuit à l’URD.C’est ce qu’il envisage de faire c’est pourquoi il met son poste de président en jeu.Il faut aussi que les gens soient certains qu’il ne laisse pas des factures impayées.

YOUNOUS<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 204</span>
YOUNOUS 204

Je pense que Tiébilé Dramé devrait aller plutôt payer ses factures au lieu d’organiser un congrès bidon.Voila un monsieur qui n’a aucune honte.Les partisans du PARENA doivent se réveiller de leur sommeil.Un homme qui n’arrive pas à payer ses factures pourra rien pour vous.

LADJI SECK<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 140</span>
LADJI SECK 140

Il y a des gens qui font rire dans ce pays quoi? Pour votre information le président IBK est un président DÉMOCRATIQUEMENT ÉLU. Donc vos propositions comme si nous sommes dans une situation de partage du pouvoir; vous pouvez les garder pour vous. C’est lorsque vous êtes en manque d’arguments que vous utilisez les noms des ex-présidents pour vous donner de la valeur. Ces chantages ne passeront pas.

VATIE<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 233</span>
VATIE 233

Moussa Traoré n’a rien a se reprocher au lieu de demander à Moussa Traoré, il faut dire à ATT de faire sortir les rebelles de notre pays et aussi s’excuser aux victimes de 1991, à Sanogo la mort des 21 bérets rouges. Et aussi personne n’empêche ATT de rentrer au mali donc occupe toi de tes oignons qui pourrissent que de t’occuper des autres.

L\'OEIL DE BAMAKO<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1341</span>
L\'OEIL DE BAMAKO 1341

Très sincèrement il y a des gens qui devraient apprendre à rester dans leur silence comme ce Tiébilé dramé. Des gens qui sabotent les accords de paix tout simplement parce que la médiation à été déplacée du Burkina en Algérie et qui osent venir dire que les choses n’avancent pas?
Si vous quittez les plateformes d’échanges mis en place par le gouvernement par orgueil; qu’est ce que le gouvernement peut bien faire si ce n’est composer sans vous?
Lorsque vous monterez que seul l’intérêt du pays compte pour vous; le gouvernement vous associera à ses prises de décisions.

LADJI ABOU<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 215</span>
LADJI ABOU 215

Je pense que ce congrès était l’occasion pour les partisans de ce parti de faire le bilan de l’existence du parti.Un seul député à l’assemblée nationale.Le petit monsieur n’a même pas pu être maire dans une localité du pays.Et avec ce bilan ils pourront jauger la capacité de leur président.

MALI DAMBE<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 321</span>
MALI DAMBE 321

Si les forces qui étaient ennemis hier ont décidé de fumer le calumet de la paix c’est une bonne chose. Par conséquent, je crois que les attaques sporadiques qui ont souvent lieu dans le nord du pays ne sont que l’œuvre de ceux qui ne veulent pas voir l’accord de paix aboutir donc ils s’adonnent à des actes de déstabilisation qui ne porteront pas de fruits car nous sommes engagés pour la paix et rien ni personne ne devra nous détourner de cette voie.
Le gouvernement est tout à fait conscient du défi sécuritaire et mets les moyens en termes d’équipements et de recrutements dans les différentes composantes des forces de défenses et de sécurités.

LA TORPILLE<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1159</span>
LA TORPILLE 1159

Vous pensez qu’il est facile de reconstruire et de contrôler un pays qui n’est même pas encore sortis de la crise car les armes circulent encore partout dans le pays?
La mise en place des autorités intérimaires auxquelles les opposants veulent à tout prix faire obstacles est un moyen de retour de l’administration là où elle n’était plus en somme c’est un moyen de reconquête pacifique du territoire national.
On ne peut pas faire obstruction à un projet et venir dire que les chose n’avancent pas et rejeter la faute aux autres. Cette bande rapace ferait mieux de la fermer.

LA DUCHESSE<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1066</span>
LA DUCHESSE 1066

Le souhait des autorités de ce pays est d’apporter la paix, la réconciliation et la cohésion sociale à leur population donc il ne faudrait pas douter de leur bonne foi et être un peu patient.
Les autorités ont marqué leur engagement pour ces accords et je suis sûr qu’elles le tiendront.
Mais ceux qui entravent le processus de paix de façon voilée et qui viennent dire que le pays est divisé doivent se revoir car ce sont eux les premiers ennemis de la paix.

wpDiscuz