Coup de griffe ; La chicha ? ” Addictif et dangereux ” selon l’Oms

3

L’usage de la chicha devient de plus en plus inquiétant au Mali et plus précisément à Bamako, sans que les autorités ne lèvent le plus petit doigt pour protéger la jeunesse. En effet, fumer la chicha est devenu en quelques années un mode de consommation de tabac très à la mode jusque dans des boîtes de nuit et autres espaces de loisirs. D’ailleurs des endroits sont aménagés, des “chicha house “ pour permettre aux adeptes de venir s’intoxiquer. A cause de son aspect convivial, raconte-t-on (on partage le tabac autour d’une chicha) et le goût fruité des tabacs qu’il est possible de consommer, la chicha a rapidement conquis les couches jeunes, garçons et filles.

Appelée sous d’autres cieux narguilé, water-pipe ou hooka, la chicha comme on l’appelle au Mali, n’est pas moins dangereuse que la cigarette, contrairement à ce que l’on tente de faire croire aux consommateurs pour les embrigader dans une pratique nocive. En effet, l’appareil libère près de 4 000 substances chimiques (dont des métaux) mais aussi du monoxyde de carbone, avec pour conséquence une augmentation des risques de cancers (bouche, langue, lèvres, bronches, poumons, etc.), de bronchites chroniques et de problèmes cardio-vasculaires. Elle est également responsable d’emphysèmes pulmonaires (destruction des alvéoles) précoces et particulièrement graves, qui ne peuvent être traités que par greffe pulmonaire.

Comment nos autorités peuvent-elles continuer de laisser faire alors que l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) a tiré la sonnette d’alarme, évoquant le caractère “addictif et dangereux” de cette nouvelle forme de tabagisme ?

La réaction de certains pays n’a pas tardé, comme au Sénégal où des mesures sont annoncées pour bientôt, après avis des professionnels de la Santé. Avant cela, la Tanzanie et le Rwanda ont carrément interdit la chicha, pendant qu’au Mali, on continue d’exploiter la crédulité de la jeunesse en lui vendant, dans des espaces spécialement aménagés, ce produit nocif à la santé.

 A.B.N. 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Le journaliste joue son rôle d’interpellation et il appartient à tout un chacun de jouer sa partition. Pour avoir fait des recherches car l’article le prouve et pris le soin d’écrire, il vaut mieux qu ceux qui attendent que les journalistes produisent pour se cacher derrière des claviers et les insulter car celui-là prouve bien qu’il a de la cervelle et comme le dit bien un enseignement inculqué à ceux qui sont éduqués: l’insulte n’habite pas chez le destinataire, mais bien chez celui qui la profère. L’intervention de Yugubané est excellente, quant à l’autre, habitué des insultes et jérémiades…

  2. Ce journaliste possède-t-il une cervelle???

    Comment attendre de l’état une interdiction du narguilé, ALORS QUE LES CIGARETTES SONT PARTOUT EN VENTE LIBRE ET A PRIX MODIQUE???

    Ou bien on prend des mesures contre le TABAC (et donc aussi bien le narguilé que la cigarette), ou bien on autorise le tabagisme, et là encore, aussi bien pour le narguilé que la cigarette!!!

    Mais interdire de fumer le narguilé alors qu’on autorise de fumer la cigarette, serait TOTALEMENT STUPIDE!

    C’est le TABAC qui est en cause, pas la forme sous laquelle on le fume…

  3. Narguilé ou pas, le tabac est là et à portée de prix pour les jeunes et même les mineurs qui peuvent se l’acheter (sans restrictions) dans n’importe quel boutique du coin.

    Laissez moi vous raconter une petite histoire ; un peu avant la dévaluation du FCFA j’ai eu à acheter de la cigarette dans plusieurs pays. À l’époque les prix du paquet étaient le suivant:

    Mali = 300 FCFA
    Togo = 125 FCFA
    Niger = 165 FCFA
    Côte d’Ivoire = 400 FCFA
    Gabon = 600 FCFA

    Au même moment à New-York il me fallait débourser l’équivalent de 1400 FCFA pour le même paquet alors que MARLBORO est fabriquée en Amérique. Si un paquet coûte dix fois plus cher à New-York que dans certains de nos pays, c’est parce qu’on a pris des mesures pour rendre difficile l’accès au tabac alors qu’en ce moment l’état Malien fabrique de la cigarette et fait la publicité sur la chaine Nationale.

    Barrons la route au Chicha mais n’oublions pas de taxer le tabac pour que les plus jeunes hésitent à l’acheter. 💡💡

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here